Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 06:26

Deux de mes amis sont bouchers-chevalins. Pour eux, l’univers des équidés est à la fois un gagne-pain et une raison d’être. Chaque année, ils marchent quinze jours en compagnie – et à côté – de deux ânes. À raison d’une vingtaine de kilomètres quotidiens, ils sillonnent telle ou telle partie du Massif Central. L’années dernière, ils ont cheminé sur les traces de Stevenson en Ardèche, en Lozère et dans le Gard. Cette année, ils choisirent l’Aveyron.

 

Un soir, ils s’arrêtent dans une ferme-hôtel qui offre le gîte et le couvert. Prudents, ils transportent toujours avec eux la nourriture des ânes.

 

La soirée se passe normalement. Avant d’aller se coucher, ils attachent leurs deux ânes, avec l’autorisation de la fermière, à un pieu dans une pâture jouxtant le corps de ferme. Ils laissent aux deux bêtes trois mètres de longe.

 

Le lendemain, ils règlent leur note et s’apprêtent à partir quand la fermière leur dit :

 

  • Je ne vous fais pas payer l’herbe.

 

Sciés, mes amis, mais pas au point de ne pouvoir répondre à cette propriétaire de 130 hectares de terre :

 

  • On ne vous fait pas payer l’engrais naturel du crottin de nos ânes.

 

Cela m’a rappelé – façon de parler, je n’y étais pas mais on m’a raconté – ces braves paysans qui faisaient payer un verre d’eau du robinet aux évacués durant le très chaud été de 1940.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Tranches de vie
commenter cet article

commentaires

J.J. 12/08/2013 10:59

Nous avons observé le même phénomène lsuite aux tempêtes de 99.
Alors que la plupart des braves gens (si, si ça existe !) s'aidaient les uns les autres sans compter leur peine, on a pu observer quelques brebis dites galeuse :
artisans couvreurs facturant des prestations non effectuées, possesseurs de congélateurs prétendant avoir fait la veille leur plein de courses chez Fauchon.
Certains commerçants ont même eu immédiatement le réflexe "marché noir" en vendant à des prix prohibitifs piles électriques et bougies !

Éric G. Delfosse 07/08/2013 14:22

Ce serait bien d'avoir l'adresse, histoire que je ne me trompe pas si un jour je décide d'aller visiter ce coin-là...

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche