Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2022 3 01 /06 /juin /2022 05:01

D'abord, quelques statistiques, qui – comme c'et presque toujours le cas avec les statistiques – ne clarifient pas forcément la question. Selon l’INSEE, en 2021, la France comptait 7 millions d’immigrés sur une population de 67,8 millions, soit 10,3 % de la population totale. 2,5 millions d'immigrés, soit 36 % d'entre eux, ayant acquis la nationalité française. 

 

La population étrangère  vivant en France s'élève à 5,2 millions de personnes, soit 7,7 % de la population totale. Elle se compose de 4,5 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,8 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

 

1,7 million de personnes sont nées de nationalité française à l'étranger. Avec les personnes immigrées (7 millions), au total, 8,7 millions de personnes vivant en France sont nées à l'étranger, soit 12,8 % de la population.

 

L’assimilation et l’intégration sont des concepts théoriques. Le concept d'assimilation (dans assimilation, il y a “ semblable ”) implique l'effacement de la culture d'origine. Ainsi les Juifs, après des siècles d'incertitudes de leur part et d'errements de la société française, finirent par devenir en droit de vrais citoyens dans le respect de la laïcité. L'intégration, quant à elle, permet de rester attaché à la culture d'origine.

 

Il est difficile d'évaluer avec précision le pourcentage d'immigrés assimilés à un instant précis. On notera que le concept d'assimilation tend à disparaître des travaux scientifiques, en France mais pas, par exemple, aux États-Unis où l'assimilation est, selon Dominique Schnapper, “ la réinterprétation spontanée et libre, par des migrants, de leurs traditions d'origine à l'intérieur du cadre légal et politique de la nation démocratique ”.  Les spécialistes évaluent l'assimilation en France à 10 à 15%.

 

Deux facteurs empêchent une assimilation de masse réussie : la religion – l'islam principalement – et la démographie. Alors que les immigrations européennes (Portugal, Italie, Espagne, Belgique, Pologne) et asiatiques (Vietnam) se sont quasiment éteintes, l'immigration en provenance d'Afrique du Nord n'a pas cessé depuis 70 ans. Il n’y a jamais réellement eu de pause permettant à la population de s’assimiler. Pour de nombreuses familles maghrébines, le cordon ombilical n’a pas été coupé avec le pays d’origine. Le regroupement familial, à partir du milieu des années soixante-dix, a induit une transmission forte des traditions culturelles comme l'endogamie, donc un recul de l'assimilation. Les immigrés européens, pour leur part, ont connu une séparation radicale avec les modes de vie, voire les religions d'avant l'immigration. Pour les Polonais, dans les années cinquante, le rideau de fer a isolé ceux qui avaient émigré dans les années trente et quarante. Ils ont dû s'assimiler rapidement, créer d'autres racines. Les Italiens ont cessé d'émigrer vers 1960 quand leur pays a décollé économiquement avant de devenir rapidement une terre d'immigration. Même chose pour les Espagnols et les Portugais, un peu plus tard, avec la fin des dictatures dans leurs pays. Á noter que l'émigration portugaise, la dernière en date à avoir rejoint la France, a à la fois donné de nombreuses preuves d'assimilation tout en conservant le plus de liens avec le pays d'origine. Les Vietnamiens, sans parler des “ boat people ” contraints à un exil soudain, se sont bien intégrés en France, malgré leur religion, leur langue, leur culture très différentes, donc malgré leur visibilité.

 

En 2021, 47% des immigrés vivant en France était nés en Afrique (Algérie et Maroc 12%, Tunisie 4%). 32% en Europe (Portugal 8%, Italie 4%, Espagne 3%). Il réside actuellement en France environ 850 000 personnes d'origine et de nationalité algériennes. Le flot migratoire annuel étant de 30 à 40 000. Ces chiffres sont peut-être sous-estimés car l’INSEE donne le nombre d’immigrés et de descendants d’immigrés, mais seulement pour les première et deuxième générations (mais le propos, en 2020, du président algérien selon lequelle 6 millions d'Algériens vivaient en France est fortement sujet à caution).  Les personnes d'origine maghrébine représentaient 8,7% de la population française des moins de 60 ans en 2011, et 16% des enfants nés en 2006-2008 avaient au moins un grand-parent maghrébin. En 2015, la démographe Michèle Tribalat estimait à au moins 4,5 millions le nombre de personnes d'origine maghrébine sur trois générations. Selon l'historien Pierre Vermeren, il y avait environ 15 millions de personnes d'origine maghrébine en Europe de l'Ouest en 2016. Á noter que l'Union européenne cautionne d'autres chiffres : 19 millions en 2010, 25 millions en 2016 (5% du nombre total de musulmans dans le monde), et une augmentation a minima – sans immigration – de 7% en 2050 (“ Guidelines to Train Media Circles on Inclusiveness and Preventing Gender Islamophobia ”).

 

L'INSEE estime qu'à partir de la troisième génération les immigrés sont assimilés mais il n'a rien à répondre  – sûrement parce que ce n'est pas sa vocation – lorsqu'on lui fait observer que le terrorisme en France (ou en Belgique) est l'œuvre de descendants d'immigrés de la troisième voire de la quatrième génération, et qu'ils sont nés en France. Les meilleures statistiques démographiques tiennent difficilement compte du retour d'un refoulé qui fait que 57% des jeunes musulmans considèrent que la charia est plus importante que les lois de la République



 

 

Assimilation ou intégration ? (I)
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Qu'on on parle d'immigrés nous savons qu'il s'agit d'une dénomination codée que tout le monde comprend et derrière laquelle se cache le mot arabe. <br /> C'est vrai que l'assimilation est inversement proportionnelle au nombre d'immigrés d'une même origine.<br /> Par ailleurs la religion dans cette affaire n'est pas neutre et particulièrement pour l'Islam. Il faut rappeler que " l'islam a un caractère totalisant qui n'établit aucune distinction entre le royaume de César et le royaume de Dieu ".<br /> Ainsi selon " Abdellah Cherif Ouazzani : Le roi du Maroc occupe deux fonctions : il est à la fois chef temporel en tant que roi, et leader spirituel en tant que « commandeur des croyants ». Officialisé en 1962, ce second titre recoupe en réalité une fonction tacite exercée par le roi depuis toujours. Elle permet au roi de gérer la politique religieuse du Maroc. Tous comme les anciens califes, le roi est considéré comme le descendant direct du prophète Mohammed, d’où ses pouvoirs sur la sphère religieuse.<br /> D'où également dans ces royaumes le tropisme légaliste qui se traduit par une mentalité réactionnaire. Il faut bien du courage à ceux qui dans ces pays contestent cet ordre. De plus la religion ici plus que chez d'autres s'invite complémentairement dans la sphère domestique.<br /> Il faut ajouter que nos environnements quotidiens ont bien changé et cette idée me traverse l'esprit chaque fois que je vois à la télé le film " la main au collet " d'Hitchcock. On se souvient que ce film se déroule sur la Côte d'Azur. Une des scènes se déroule au marché aux fleurs de Menton ( je crois ). On y voit contrairement à notre temps que des marchands uniquement d'origine européenne. Alors pour ceux qui ont encore le souvenir de ces décors urbains et qui ne restituent pas ces changements locaux dans les changements plus vastes du Monde on comprend très bien qu'ils ne trouvent plus leur compte.<br /> Ça c'est pour le constat et dans le droit fil de ce constat on imagine que l'assimilation ne sera effective qu'à partir du moment où les individus concernés s'éloigneront de la religion. Je ne pense pas qu'individuellement le compromis soit possible c'est-à-dire un moyen terme personnel entre laïcité et le dogme religieux.<br /> Il faut aussi revenir sur la fable de la tolérance collée aux royaumes islamiques. On se souvient des conversions forcées ou du statut inférieur des infidèles et ce n'est pas parce que les royaumes chrétiens étaient souvent moins tolérants, que les premiers l'auraient été.<br /> Il se trouve que j'ai lu 2 récits uchroniques qui m'ont fait réfléchir sur la culture de l'islam et ce qu'elle induit. <br /> Le premier : Chroniques des années noires de Kim Stanley Robinson<br /> Le second : le secret ottoman de Raymond Khoury <br /> Et même si le second a il me semble une visée réactionnaire j'en ai tiré la certitude que si la culture occidentale n'a pas toujours garantie la tolérance, il existe un mouvement de fond qui nous y conduit bon an mal an. <br /> Je sais qu'il est possible d'utiliser ce qui précède pour justifier des propos racistes mais est-il toujours possible d'exprimer des critiques sans en être accusé ? A-t-on le droit de critiquer l'Islam comme on le fait avec le christianisme ou comme on pourrait le faire avec le judaïsme sans être traité d'antisémite ?
Répondre