Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 05:01

Si l'on part du principe que tous les enseignants recrutés doivent être titulaires d'un concours en bonne et due forme (Capes ou agrégation) on n'est pas sorti de l'auberge.

 

Il m'est revenu en mémoire le recrutement, assez original j'en conviens, d'un dingue certifié irlandais pour enseigner l'allemand au Lycée Pierre-Gilles de Gennes et au collège Borrely de Dignes. Ce, dans le respect scrupuleux des procédures. Pour pallier l'absence de professeurs titulaires, le rectorat avait puisé dans son vivier de vacataires (alors que, dans le même temps, de nombreux titulaires originaires de la région se morfondaient dans les Ardennes ou dans la banlieue parisienne...).

 

Un homme de 26 ans, évadé d'un asile d'Irlande du Nord, a donc enseigné pendant un mois avant d'être démasqué, de par sa faute car il avait un peu fanfaronné.

 

En 2007, il avait poignardé un homme dans un ascenseur et avait été interné en hôpital psychiatrique « pour une durée indéterminée ». D'abord pour meurtre puis pour blessure sans intention de donner la mort. Son dérangement ne faisait pas l'ombre d'un doute : il prétendait que sa télé lui parlait personnellement et que son poste de radio répétait systématiquement tout ce qu'il disait au téléphone. Il refusait par ailleurs de prendre le moindre médicament.

 

Il s'était évadé et avait voyagé jusqu'en Provence.

 

Les autorités de l'Académie des Alpes de Haute-Provence n'avaient rien remarqué de particulier lors de l'entretien d'embauche chez cet individu qualifié de schizophrène dangereux par les Nord-Irlandais : « La procédure de recrutement a été respectée. Nous n'avons rien remarqué d'anormal. Ce n'était pas un boute-en-train, il était très sérieux, mais enfin, il y a plein de gens comme ça », avait-on dit à l'époque.

 

Des élèves avaient fini par se méfier de son comportement : il était toujours tout seul, ne parlait à personne, regardait fixement devant lui. On commença à s'inquiéter lorsqu'il se vanta d'appartenir au MI-5 et d'expliquer qu'il portait toujours des gants pour ne pas laisser d'empreintes. Sollicitée, la police découvrit rapidement le pot-aux-roses.

 

Après coup, le rectorat demanda à consulter son casier … qui était vierge puisqu'il n'avait commis aucun crime.

 

La FCPE reconnut que la direction de l'établissement avait réagi de manière très réactive mais manifesta son mécontentement : ce laxisme ne pouvait que contribuer à appauvrir le service public et à réduire la confiance des parents dans l'École de la République.

Recrutement des enseignants : on arrête la chochotitude !
Partager cet article
Repost0

commentaires