Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2022 4 09 /06 /juin /2022 04:52

Un texte de Nathalie Bianco, repris de son compte Facebook. Ce texte nous dit tout simplement, en creux, que le paradigme de l'islam, qui ne cesse de se déplacer, l'a emporté. De concert avec les modèles qui nous viennent d'outre-Atlantique. Comme quand des militants de La France Insoumise en Seine-Saint-Denis déplorent, en regardant la photo des candidats de leur formation aux élections législatives à venir, qu’il n’y ait qu’un seul Noir en présence (contre une dizaine de Blancs). Comme si la valeur de l’activité militante se mesurait à la couleur de la peau... Et ce, même dans un département où les Français d’origine sont désormais minoritaires. Je pense aussi à ce vieux professeur d’université qui candidate comme suppléant d’une jeune femme voilée. Lui, ce pur produit de la méritocratie républicaine ! Je pense aussi à ces écoles de la République où l'on enseigne ce qu'est l'Aïd mais pas ce qu’est la Pentecôte (c’est un athée, je l’ai déjà dit, qui vous parle). Je pense enfin à cet enseignant, médecin militaire, catholique, professeur agrégé, chevalier de l'ordre national du mérite, égorgé par un trafiquant de drogue devant ses deux enfants qu’il était venu chercher à l’école, enterré en catimini sans aucun hommage de la Nation. Cet homme était ce que la France fait de mieux, en matière scientifique et humaine. On en est désormais à se rendre sur des sites bien à droite pour trouver des analyses raisonnables de son martyre.

 

 

Inévitablement, nos regards vont finir par se croiser. Je suis une fille polie, je vais tout faire pour essayer de ne pas trop te dévisager mais à un moment ou à un autre, quand je vais sortir de l’eau, quand tu vas y rentrer, en haut de l’échelle ou au bout de la ligne de nage on va se rencontrer. Si mon œil s’attarde sur toi bien malgré moi ne le prends pas mal : c’est ton étrange tenue, ta « burka de bain » qui m’interpelle. Pas toi. Alors bien sûr, je détournerai le regard. Peut-être même que l’amie avec laquelle je serai venue me poussera du coude : « c’est sa religion » me murmurera-t-elle. C’est une amie adorable, elle nage super bien le crawl mais question réflexion, parfois, elle est larguée ; parce que ça m’étonnerait qu’un dieu, il y a 1400 ans de ça, se soit préoccupé de savoir dans quelle tenue les femmes devaient aller à la piscine municipale. Il a donné des consignes sur le taux de chlore aussi ? Sur la crème solaire ? Indice 30 ou 50 ?

 

Bref. Il faut que tu saches que je n’ai rien contre toi. Je ne te suis pas hostile. Tu fais ce que tu veux. Si tu tiens absolument à te baigner dans cet accoutrement, quand on sait à quel point c’est difficile et désagréable de nager avec des vêtements mouillés, c’est ton problème. Le truc qui me dérange, c’est tout le bordel que vous avez foutu, toi et tes copines militantes, pour faire changer une règle que tout le monde respectait, au nom d’un communautarisme religieux dont personne n’a rien à faire, y compris la plupart de tes coreligionnaires, qui ne demandent qu’à ce qu’on leur foute la paix. (La plupart de ceux que je connais sont d’ailleurs plutôt très gênés de ces gesticulations).

 

Parce que, dis-moi, nouvelle-copine-de-piscine, tu es comme moi, tu as des enfants ? Tu fais de ton mieux pour les éduquer ? Comme moi tu t’échines à leur apprendre qu’en société, pour bien vivre ensemble, il faut respecter les règles communes ? A la piscine comme ailleurs. Alors, oui, on va sous la douche, même si elle est froide. Non, on ne fait pas pipi dans l’eau même si personne ne le voit. Oui, on met un bonnet de bain, même si c’est moche. Non, on ne peut pas faire le kéké avec ce caleçon à fleurs, même s’il est propre, il faut mettre un maillot. Non, on ne court pas autour du bassin etc… Je me dis que ça va être difficile de leur expliquer, à tes gamins, que toi, au nom de ton rigorisme politico-religieux, tu as exigé de t’affranchir des règles communes. Que tu as fait pression, avec tes copines, jusqu’à faire évacuer les bassins les années précédentes, jusqu’à ce qu’on cède à tes caprices. « Les règles c’est pour tout le monde, sauf pour nous ». C’est un message étonnant que tu envoies à tes enfants. Et c’est un message dérangeant que recevront les miens : chaque partie du corps d’une femme, du coude au genou, en passant par le ventre, est potentiellement un objet de tentation et d’excitation sexuelle et il est normal qu’elle doive le couvrir en entier, même pour nager.

 

Je te vois venir… tu vas me parler de liberté et de discrimination. Tu vas me citer Rosa Parks… Pardon, mais Rosa Parks était empêchée de monter dans un bus à cause de sa couleur de peau. Un prétexte scandaleux sur lequel elle ne pouvait pas agir. Toi, tu n’as jamais été « discriminée », il t’était juste demandé, comme à tous les usagers, de respecter le règlement. Personne ne contrôle les origines, les opinions politiques ou la religion des gens à l’entrée des piscines municipales et c’est heureux.

 

Après, tu vas peut-être aussi me sortir des photos de nos arrières grand-mères qui se baignaient avec d’étranges tenues. Sous mes lunettes de natation, je lèverai les yeux au ciel : C’était en 1900 ! Il y a 120 ans. Les femmes n’avaient même pas le droit de vote !

 

Lettre à une copine de la piscine

Bon, là, je te dis tout ça dans ma tête, parce que, à ce stade de ma réflexion, forcément j’aurai arrêté de te regarder pour ne pas te gêner. Je serai repartie essayer de nager ce putain de crawl sans me noyer. Ma copine se marrera. Elle me donnera des conseils et bien sûr, je n’arriverai pas à respirer au moment où je sors la tête de l’eau. Un battement sur trois …Pff… Je ne suis jamais synchronisée. Toi non plus d’ailleurs, t’es pas très synchrone avec l’époque. Parce que la banalisation d’un dogme qui prône l’obligation de pudeur pour les femmes et qui considère que celles-ci doivent dissimuler la totalité de leur corps, on ne peut pas parler d’un grand « progrès ». Les pseudos féministes qui validez cette connerie, je vous donne rendez-vous dans quelques années, quand ces idées auront progressé au point d’être majoritaires dans certains endroits. Cette fois-ci, pas question de détourner les regards : c’est dans les yeux qu’il faudra fixer celles qui n’oseront plus se mettre en maillot de peur d’être considérées comme « impudiques ». C’est les yeux dans les yeux qu’il faudra leur expliquer que vous les avez abandonnées, au nom d’une prétendue tolérance et « inclusivité ». J’extrapole ? Je fantasme ? Qu’est ce qui se passe quand une idéologie minoritaire se développe petit à petit jusqu’à devenir une nouvelle norme ? Chère nouvelle copine de piscine, tu peux me citer beaucoup d’endroits dans le monde prônant la pudeur féminine où les « rebelles » peuvent se baigner sans risque en bikini ?

 

Et puis, dis-moi, de toi à moi, depuis quand des injonctions sexistes libèrent -elles les femmes ?

 

Parce qu'aucun homme ne devra jamais se conformer à ces préceptes répressifs. Pendant que toi, pendant que tu marines dans ta burka de bain, ton mari promène librement son torse poilu et son gros ventre nu, sans problème. Il profite du soleil, de la douceur de la petite brise, de la fraicheur de l’eau sur sa peau. Serein. Pas un mollet, pas un genou, pas un centimètre de peau féminine impure pour le troubler. Il est tranquille. Toi aussi. Tu as choisi librement tes chaines. C’est le moment de relire La servitude volontaire de La Boétie. Ce n’est pas une lecture de vacances ou de plage. Mais c’est une lecture d’actualité.

 

Alors d’avance, pardon, nouvelle copine de piscine, si je te contemple avec un peu d’insistance et de tristesse. Ce n’est pas toi que je fixe.

 

C’est ma liberté et celle de nos filles que je regarde prendre l’eau, petit à petit.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
@Guy : qu'est-ce qu'un reac, qu'est-ce qu'un bobo ? Où sont-ils ? "Le reac et le bobo" sont-ils réellement là où vous les mettez surtout quand on s'écrie "vive le burkini" pourvu que "ça fasse chier" ces deux catégories... apparemment, pour vous, pas très distinctes ? Souhaitons pour nos enfants et petits-enfants que dans vingt ans, "le burkini" ne domine pas en France ! Ils auront, alors, tout lieu de vous remercier !
Répondre
G
à partir du moment où ça fait chier le réac et le bobo , je dis "vive le burkini " ! 😂 Peut etre une cousine à zemmour la Bianco ? Tjrs est il que je trouve sa lettre puante au plus haut point ! Et publier ce genre de prose démontre une fois de plus que vous vieillissez très mal . PS la photo d'illustration , ce n'est pas la piscine municipale , c'est le "miroir" municipal .C'est la France d'aujourd'hui ! Et plus il y aura d'effarés plus ils prendront leur pied à vous offusquer avec un bout de tissu ! Secouer moi ce cocotier bernard et arretez l'eau d'javel ....
Répondre
A
Merci de relayer ce texte de Nathalie Bianco ! Il y a presque quarante ans (eh oui déjà!!) que nous Français de la République française, laïque, indivisible, démocratique et sociale, avions tenté de faire comprendre que tous signes religieux ostentatoires, notamment le port du foulard ou même de la burqa dans un lieu public, étaient malvenus et notamment à l'Université. Mais en cette fin des années 1980, nous avions reçu l'ordre d'accepter. Donc, nous nous sommes tus ! <br /> <br /> Et aujourd'hui, en l'an 2022, quoi d'étonnant à ce que cette pratique soit de plus en plus tolérée et surtout acceptée ? Oui, notre ternaire est mis à mal : plus de liberté, plus d'égalité quant à... la fraternité elle se règle, envers les filles, à coups d'injures quand ce n'est pas de couteau ! <br /> <br /> J'espère que mes propos n'apparaîtront pas outrés : pour faire court, mon coeur comme mes convictions ont toujours été à gauche ! Mais en effet nous avons l'impression de revenir au Moyen-Age et aux débuts violents du christianisme mais justifiés, là encore, par le religieux devenu au fur et à mesure de plus en plus puissant ! "Tout s'en va (mais hélas aussi), tout revient" ! Le propre de la vie de l'être humain n'est-il pas de dominer pour justifier son irrépressible trouille de la mort ? Et qu'y a-t-il de mieux qu'une religion ?
Répondre