Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 07:33
 
Un article vibrant et très argumenté d'Alain Garrigou dans les colonnes du Monde Diplomatique :
 

Coup de tonnerre au milieu d'un orage déjà commencé. L'affaire a éclaté en deux temps : après l'annonce par l'hebdomadaire Le Point de l'existence d'enregistrements effectués par l'ancienne éminence grise de l'Elysée Patrick Buisson - quinze jours comme pour laisser le temps de (dé)mentir -, les premières conversations étaient publiées par le Canard enchaînéet le site Atlantico. Ces premiers dévoilements augurent de beaux morceaux d'indiscrétion. D'ailleurs, comme une fuite dans la bienséance, les dirigeants politiques se sont exclamés en choeur : « intolérable »,« inacceptable »« répugnant », pour vilipender les mauvaises manières du conseiller. Surtout à droite évidemment. Mais pas seulement. Et des journalistes tout aussi frileusement légitimistes ont entonné les mêmes refrains moralistes. « Pas de révélation fondamentale » et « embarrassant pour tous », déclarait par exemple la directrice politique de France 2 au journal de 13 heures. « L'histoire avec un petit "h", n'exagérons pas ! », tempérait même leCanard enchaîné. Sans même attendre la suite.

 

Il est vrai qu'il n'est pas très intéressant de savoir quelle opinion - pas très flatteuse - Patrick Buisson et Jean-Michel Goudard ont de Carla Bruni-Sarkozy, de Michèle Alliot-Marie ou de Roselyne Bachelot. Tout juste un symptôme supplémentaire de la « pipolisation » politique. Par contre, est-il futile d'apprendre qu'un remaniement ministériel se fait au sein d'un cabinet noir, que le choix d'un garde des sceaux implique des considérations sur sa capacité à contrôler le parquet, que le texte de l'annonce du remaniement ministériel est transmis avec des consignes en avant-première au directeur du Figaro, Etienne Mougeotte, qui titrait le lendemain matin dans la ligne de l'Elysée ? Un journaliste de pouvoir, Jean-Claude Dassier, venait jouer les cyniques blasés et soutenir que tout le monde fait pareil (iTélé, 4 mars 2014). Ancien directeur de LCI - la chaîne d'info en continu du groupe Bouygues -, il a recruté Patrick Buisson avant que le groupe Bouygues ne lui confie la chaîne Histoire.

 

 

Le tribunal de l'histoire

Cette promotion se justifiait évidemment par la « grande qualité » et la compétence d'historien de M. Buisson, sans doute diplômé (une licence en histoire et une maîtrise de lettres) - la France semble manquer d'historiens de renom -, mais sûrement pas grâce à ses convictions de droite (maurrassienne ) et ses points de vue, si peu scientifiques et si indulgents sur Vichy - qui fleurent bon le révisionnisme -, ou sur la guerre d'Algérie, où il vante l'action de l'armée française. Avec de tels appuis, l'historien a pu être qualifié ensuite par la presse la plus sérieuse - comme l'Agence-France-Presse (AFP) - d'« érudit »,d'« intellectuel hypercultivé », d'« historien et politologue », « docteur en histoire », « politologue »et « l'un des meilleurs analystes de la droite française » .

 

Lire la suite ici.

Affaire Buisson : éloge du scandale

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Daniel 07/03/2014 18:20

Quand un hiérarchique me disait "Je ne vous l'écris pas, mais je vous ordonne de le faire; ne vous inquiétez pas, je vous couvrirai"... eh bien j'enregistrais. Pas pour le publier, juste pour lui rafraichir la mémoire si besoin, entre quatre oreilles.
Sauf lorsqu'il s'agissait d'un homme de confiance.

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche