Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 05:57

Henry Percy, 8ème comte de Northumberland, nous donne un très bon exemple du dérèglement des sens dû à la religion. Il vient d’une famille catholique et se convertit au protestantisme. Comme tel, il fait partie des troupes d’Élisabeth I qui terrasse l’insurrection écossaise de 1567 menée par son frère. Il le livre à ses bourreaux qui l’exécutent. Bourré de remords, il revient vers le catholicisme et offre ses services à la reine Marie Stuart emprisonnée. Il est jeté en prison, une fois, deux fois, trois fois. Le 21 juin 1585, il craque et se tire une balle en plein cœur. Les catholiques européens crient à l’assassinat. Les protestants qualifient ce suicide de châtiment divin.

 

(Subtractio).

 

 

 

 

Pétrone inventa le suicide dans la jouissance différée. On a dit de lui qu’il avait été le seul « à faire venir la mollesse et la nonchalance dans sa mort » (Saint-Évremond). On ne sait pas avec certitude s’il fut l’auteur du Satyricon car onze auteurs latins ont porté le nom de Pétrone. Pétrone fut accusé à tort d’avoir conjuré avec Pison contre Néron. Imaginant que l’empereur allait le condamner à mort, il commanda un banquet magnifique et, entouré de ses amis, il écouta des chansons et des poésies légères. En même temps, il se fit trancher les veines des poignets, puis se les fit bander ou ouvrir à volonté. Il mourut à 46 ans après avoir dégusté un repas d’une grande finesse. Pison s’était également suicidé en s’ouvrant les veines.

 

Eunice, sa maîtresse, ancienne esclave, choisit de mourir avec lui.

 

Avant de mourir, il avait lu à ses convives la lettre écrite à Néron :

 

« Je sais, divin César, que tu m'attends avec impatience, et que, dans la fidélité de ton cœur, tu languis après moi jour et nuit. Je sais que tu me couvrirais de tes faveurs, que tu m'offrirais d'être préfet de ta garde, et que tu nommerais Tigellin gardien de mulets dans celles de tes terres dont, après l'empoisonnement de Domitia, tu héritas, – office pour lequel il semble avoir été créé par les dieux.

« Mais, hélas ! ! il faudra m'excuser. Par le Hadès, et en particulier par les mânes de ta mère, de ta femme, de ton frère et de Sénèque, je te jure qu'il m'est impossible de me rendre auprès de toi. La vie est un trésor, mon ami, et je me flatte d'avoir su extraire de ce trésor les bijoux les plus précieux. Mais dans la vie il est des choses que je m'avoue incapable de supporter plus longtemps.

« Ne va pas penser, je t'en conjure, que m'a rebuté l'assassinat de ta mère, de ta femme, de ton frère, que je suis indigné de l'incendie de Rome, que je suis outré du procédé consistant à expédier dans l'Erèbe tous les honnêtes gens de ton empire...

« Eh bien ! non, très cher petit-fils de Chronos ! La mort est l'hoirie commune des êtres sublunaires, et l'on ne pouvait, du reste, s'attendre à te voir agir autrement.

« Mais, de longues années encore, me laisser écorcher les oreilles par ton chant, voir tes jambes domitiennes – tes échalas – se trémousser en la danse pyrrhique, t'entendre jouer, t'entendre déclamer, t'entendre dire des poèmes de ta façon, pauvre poète des faubourgs ! ... ah ! vraiment, semblable perspective était au-dessus de mes forces. Et j'ai senti en moi l'incoercible besoin d'aller rejoindre mes pères. Rome se bouche les oreilles, l'univers te couvre de risées. Et moi, je ne veux plus rougir pour toi. Je ne veux plus, je ne peux plus ! Le ululement de Cerbère, même semblable à ton chant, mon ami, serait moins affligeant pour moi, car je n'ai jamais été l'ami dudit Cerbère, et n'ai point le devoir d'être honteux de sa voix.

« Porte-toi bien, mais laisse là le chant ; lue, mais ne fais plus de vers ; empoisonne, mais cesse de danser ; incendie des villes, mais abandonne la cithare. Tel est le dernier souhait et le très amical conseil que t'envoie l'ARBITRE DES ÉLÉGANCES. »

 

(Subtractio)

 

 

 

 

 

 

Il avait charitablement prévenu les siens : de sa famille, il ne resterait qu’un champ de ruines.

 

Née en 1926, Jacqueline Roques rencontre Picasso en 1952. Françoise Gilot, la femme du peintre, vient de quitter le foyer avec leurs deux enfants, Claude et Paloma. Picasso et Jacqueline se marient en 1961. Jacqueline va protéger son génie de mari avec la plus grande vigueur (parfois en lâchant les chiens), y compris contre ses enfants et petits enfants.

 

En 1986, treize ans après la mort de Pablo, Jacqueline ne tremble toujours pas et se suicide d’une balle dans la tempe.

 

(Impatienta doloris).

 

 

 

 

 

 

Petit-fils de Pablo, « Pablito » (en fait Pablo) Picasso naît en 1949. Jacqueline Roques lui interdira systématiquement la maison de son grand-père et l’empêchera d’assister aux obsèques. Celui qui n’avait pas coûté un centime à son grand-père puisqu’il travaillait comme postier, craque après cette ultime humiliation. Il ingère du chlorure de potassium. Son estomac et un de ses poumons sont perforés. Il ne peut plus manger et meurt trois mois plus tard, le 11 juillet 1973, à l’âge de 24 ans, à l’hôpital d’Antibes.

 

(Impatienta doloris)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche