Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:49

Pauvre Philippa de Hainault ! Elle était douce (les six bourgeois de Calais lui doivent la vie) et aimante : elle donna douze enfants à son mari le roi Édouard III. Née à Valenciennes, elle était aussi cultivée que sa mère Jeanne de Valois qui répandit la culture française dans la cour de Hainault. Et pourtant, une femme laide (mais on ne possède aucun portrait d’elle) et méchante allait lui pourrir la vie en devenant la maîtresse de son mari. Fille d’un carreleur et d’une prostituée, née pendant l’épidémie de peste de 1348, Dame Alice Perrers de Windsor était entrée à la cour royale à l’âge de quinze ans comme dame de compagnie (l’expression anglaise est beaucoup plus réaliste : « la dame qui attend »). Le roi en fit immédiatement sa maîtresse alors qu’il avait été parfaitement fidèle jusque là. Lorsque Philippa mourut six ans plus tard, le roi lui donna une partie des bijoux de sa femme.

 

 

Elle épousa (sans que le roi soit au courant) Sir William Windsor, lieutenant royal en Irlande, donc souvent absent. Du roi, elle eut trois enfants, tous bien casés. Par sa grande intelligence, sa cruauté, son esprit d’entreprise, elle devint la femme la plus riche du Royaume. La plus détestée, aussi. Elle possédait cinquante-six manoirs dans la région londonienne. Et des bijoux pour une valeur de 20 000 livres (environ 5 millions d’euros).

 

Elle inspira Chaucer qui la représenta sous les traits de « la femme de Bath » dans ses Contes de Cantorbéry.

 

Elle assista à la mort de son souverain, ce qui lui permit de le dépouiller de quelques bijoux qu’il portait en cette circonstance.

 

Après la mort du roi, elle fut condamnée pour corruption et fut bannie du royaume. Elle put revenir ensuite dans le pays excipant que la plupart de ses propriétés avaient été acquises légalement par elle-même et non reçues en cadeau.

 

Le roi l’avait surnommée « la Dame du Soleil ».

 

Alice fut enterrée dans l’église paroissiale d’Upminster. Avant de mourir, elle avait légué, comme cela se faisait fréquemment, une partie de sa fortune aux pauvres de sa commune et elle avait vendu son bœuf le plus vigoureux pour payer sa tombe.

 

On pourra se reporter à The King’s Concubine d’Ann O’Brien.

Partager cet article
Repost0

commentaires