Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 05:45

 

On le sait, Mohammed Ali fut un boxeur d’exception, unique, sous le nom de Cassius Clay puis de Mohammed Ali. Il changea de patronyme à l’âge de 22 ans en 1964 après avoir adhéré à la Nation de l’Islam. Il se convertira à l’islam sunnite en 1975. En 2005, il rejoindra le soufisme.

 

En 1967, champion du monde des poids lourds incontesté, il prend position contre la guerre du Vietnam et refuse la conscription. Il est dépossédé de son titre mondial et de sa licence de boxe. Il sera interdit de ring pendant quatre ans avant de revenir au sommet de la profession.

 

À l’occasion de sa conversion religieuse, il se fait d’abord appeler Cassius X, ce qui fait référence au nom d’esclave d'un de ses ancêtres (illettrés, les esclaves signaient généralement de la lettre X). Il suit en cela l’exemple de son modèle Malcolm X. Celui-ci avait d’ailleurs été le seul musulman à le soutenir à ses débuts professionnels. Puis il reçoit le nom de Mohammed Ali de la part d’Elijah Muhhammad, le chef de la Nation de l’Islam. Une lutte d’influence a lieu entre Malcolm X et Elijah Muhammad. Le boxeur prend parti pour Muhammad et confie les destinées de sa carrière sportive à Herbert Muhammad, le fils du chef musulman.

 

Ali s’appelait « Cassius Clay » parce que l’un de ses ascendants avait été l’esclave d’un dénommé Cassius Marcellus Clay. Cet individu n'était en rien un planteur lambda ou un horrible propriétaire de « bois d’ébène ». Très jeune, il déclara en effet que les Noirs faisaient partie intégrante du peuple des Etats-Unis, qu’il fallait les éduquer et qu’un jour ils accèderaient aux fonctions politiques les plus éminentes.

 

Cassius puise dans ses caisses personnelles, où il y a de quoi, pour se faire élire dans le Kentucky. Il a alors 25 ans. Il pense qu’il n’a absolument aucune chance de convaincre la petite minorité de propriétaires d’esclaves de l’immoralité de l’esclavage et qu’il vaut mieux persuader les petits Blancs qu’ils sont eux-mêmes des exploités, en concurrence déloyale avec une main-d’œuvre quasiment gratuite.

De quoi Mohammed Ali est-il le nom ?

Clay, qui sera bientôt surnommé « le lion du Kentucky », se lance dans un combat local harassant et courageux. Il fait voter un moratoire qui interdit l’importation dans son État de Noirs en tant qu’esclaves. Et il écrit beaucoup. Il veut persuader que la traite des esclaves s'apparente à terme à un suicide économique. Naturellement, il se fait traiter de fou et de traître. On tente de l’assassiner, d’enlever ses enfants. Il ne cède pas.

 

Il émancipe ses propres esclaves (dont l’arrière grand-père du boxeur, qui n’a donc pas, quoi qu’il ait pu dire, une goutte de sang blanc dans les veines) bien avant la Guerre de Sécession. Il ouvre le premier collège interracial du pays. Il soutient le candidat Lincoln et lui accorde une aide financière importante durant la campagne électorale. Il aide le président à rédiger la Proclamation d’émancipation en 1862. Il est nommé ambassadeur des États-Unis en Russie et négocie très habilement l’achat de l’Alaska.

 

En 1878, il divorce de sa femme Mary Jane, après 45 ans de mariage. Il épouse une de ses servantes âgées de 16 ans. Il a alors 84 ans. Son ancienne épouse tente, en vain, de le faire interner. Un journaliste rend visite au couple peu banal, espérant rencontrer un vieux fou tenant en laisse une femme soumise. Il écrit : « J’ai rencontré deux personnes très amoureuses. Je n’ai plus peur de vieillir. »

 

Alors qu’il a 93 ans, il tombe nez à nez, chez lui, sur quatre cambrioleurs. Il en tue un avec son pistolet. Les trois autres ne demandent pas leur reste.

 

Il meurt peu après de mort naturelle. Ses deux filles Laura et Mary seront d’ardentes militantes féministes.

Partager cet article
Repost0

commentaires