Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 16:48

Lu dans Le Monde : un condamné à mort sur 25 est innocent aux Etats-Unis. Le Centre d'information sur la peine capitale a dénombré 146 condamnés à mort innocentés et libérés depuis 1973, dont dix au Texas. Le Texas a exécuté plus du tiers des condamnés américains et détient le record des exécutions aux Etats-Unis avec 517 sur un total de 1 389 depuis le rétablissement de la peine capitale en 1976.

 

L’Humanité nous dit que pour devenir commissaire européen, Moscovici a donné des gages écrit  aux eurodéputés : « Si un État membre n’engage pas l’“action suivie d’effet” nécessaire pour se conformer aux recommandations du Conseil, la Commission proposera d’appliquer les règles », à savoir des sanctions. Il reprenait dans ce texte la ritournelle des « défis structurels » que « doivent relever » les États membres « et qui appellent parfois des réformes profondes et difficiles ». Ces réformes structurelles ont pour noms marché du travail, retraites, services publics. L’Humanité note également que Moscovici sera bien entouré. Valdis Dombrovskis a en effet pris le portefeuille des Affaires monétaires et du Dialogue social. Dans son pays, la Lettonie, Dombrovskis a mis en œuvre une politique d’austérité inouïe : baisse générale des salaires, coupes dans les services publics. Les Lettons ont perdu 20 % de leur produit intérieur brut sur la période 2008-2009 : un résultat inégalé en Europe, mais qui a permis au pays d’entrer dans la zone euro, le 1er janvier dernier…

 

Dans Le Monde Diplomatique, Jean-Marie Chauvier revient sur le coup de force de Boris Eltsine contre le Congrès en 1993 :

En 1993, la population mesure les effets de la « thérapie de choc » imposée après l’effondrement de l’URSS par les idéologues du marché. Une majorité de députés tente d’imposer une autre voie. Mais, fort du soutien des gouvernements occidentaux, le président Eltsine lance l’assaut contre le Congrès.

Eltsine est décidé à liquider le Congrès des députés du peuple et le Soviet suprême. Le Parlement est dissous le 21 septembre et rapidement des chars de combat cernent la « Maison blanche » qui l’abrite. À l’aube du 4 octobre, les mitrailleuses crépitent. Certains commandos spéciaux refusent d’attaquer les civils. Mais, sous la conduite du ministre de la défense Pavel Gratchev, les blindés tirent au canon. Les premiers députés commencent à se rendre, tandis que l’on évacue les morts et les blessés.

Selon les chiffres officiels, il aura fallu cent vingt-trois morts pour permettre cette « victoire de la démocratie » qu’acclament nombre de responsables et de journaux occidentaux. D’autres sources évoquent un bilan beaucoup plus lourd ; le chiffre de mille cinq cents morts a souvent été cité. 25 000 personnes, dont de nombreux Caucasiens, ont été raflées.

 

 

Sur son blog, Jean-Emmanuel Ducoin estime que la question des retraites se situe au point de convergence de toute notre organisation sociale. Le pouvoir d’achat des retraités – sur lequel repose désormais une solidarité générationnelle rendue obligatoire par la crise – est dans une situation désastreuse. Au nom de la réduction des déficits publics, le gouvernement, va procéder à de nouveaux choix qui frapperont de plein fouet les familles. Hier, dans les médias dominants, vous n’avez entendu qu’une seule information: la dette publique française a franchi les 2 000 milliards d’euros. Mais vous a-t-on précisé que l’Allemagne détient toujours la plus importante dette de la zone euro, à 2 147 milliards? Pendant ce temps-là, François Hollande a préféré jouer la provocation: «Il n’y a pas de plan d’économie qui soit indolore sinon ça aurait déjà été fait. » Affligeant.

 

La Voix du Nord relate un fait divers bien singulier : Aissatou, une étudiante en droit de 20 ans, a été interpellée et placée en garde à vue avec son cousin il y a une semaine pour avoir présenté un vrai billet de 500 € au Leclerc de Douai.

« La dame à la caisse m’a dit que c’était sûrement un faux billet. La sécurité est venue et la police est arrivée. »

Assiatou et son cousin sont restés vingt heures en garde à vue. Avec presque rien à manger : « Le soir, je leur ai dit que j’avais faim, ils m’ont demandé si je mangeais du porc, je leur ai dit que non et puis... rien. Quelques biscuits et un jus de fruit le lendemain matin. »

« On m’a demandé si j’avais pas la fièvre Ebola. »

Et quand son billet a enfin été vérifié, le mardi vers 10 heures, « on m’a juste répondu qu‘ils avaient appliqué la loi... pas d’excuse, rien. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche