Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 06:14

Jacque Sapir, dans son blog Russeurope évoque la correspondance cachée de Hollande avec la Commission européenne :

Ce que cette lettre révèle, car de bonnes âmes,  Mediapart pour les nommer, en ont publié le texte obtenu par des fuites venant soit de Bruxelles soit de Paris, c’est l’arrogance d’une Commission européenne. Mais, pourquoi donc cette dernière prendrait-elle des gants ? Après tout, c’est bien François Hollande qui signa le Traité sur la stabilité et la gouvernance, le TSCG, qui met la France sous la tutelle de Bruxelles, c’est à dire en fait de l’Allemagne. Ce que François Hollande redoute, tout comme un mauvais élève craint le courroux de ses parents et cherche à leur cacher une mauvaise note, c’est d’être confronté aux conséquences de ses actes. Ce traité, le fameux traité « Merkozy », négocié par Mme Merkel et Nicolas Sarkozy, organise la soumission institutionnelle de la France à un pouvoir étranger. Il est aujourd’hui facile d’affirmer qu’il n’est pas question que Paris modifie son budget pour satisfaire tant Bruxelles que Berlin. Mais, le mal est fait. Soit nous nous plierons à cette règle inique et nous l’entérinerons, soit nous allons au conflit ouvert tant avec Bruxelles qu’avec Berlin, qui a refusé les 50 milliards d’investissements quémandés, toute honte bue, par le triste duo Macron-Sapin.

 

Le Monde Diplomatique est formel : “ Loués soient nos mécènes ! ” : La baisse continue des budgets de l’Etat consacrés à la culture consacre les plus grandes fortunes du monde.

En France, l’attachement à la peinture, qui constitue aussi un investissement lucratif, permet aux milliardaires de polir leur image parfois peu avenante et de faire ainsi oublier sur quelles vies humaines sont édifiées leurs fortunes.

Les plus grandes fondations charitables étasuniennes ont ainsi été créées au début du XXe siècle par des patrons rapaces, les “ barons voleurs ”.

Dès lors que la presse française dépend largement des prévenances de ces industriels et de ces banquiers, il n’est pas étonnant qu’elle se pâme aussitôt quand l’un d’entre eux prend la pose devant une œuvre d’art qu’il vient d’acquérir ou un beau bâtiment qui gravera son nom dans la postérité urbaine.

Ainsi en est-il, par exemple, de la Fondation Louis Vuitton que la capitale devra à l’admirable générosité de Bernard Arnault, grand amateur d’art et de beauté, en même temps que première fortune de France.

 

Marianne

« Huit politiques français ont accepté de se déguiser pour une émission de D8 où ils se plongent incognito dans le quotidien des Français ». On découvrira donc « à la rentrée 2015 », les nouveaux visages (et les nouvelles vies) de Thierry Mariani, dans la peau d’un handicapé-moteur, de Bernard Accoyer, brancardier aux urgences, de Julien Dray, prof de lycée, de Michèle Alliot-Marie, gardienne de la paix en province et de Geoffoy Didier déguisé, avec cheveux longs et barbe façon d'Artagnan, en footballeur des années 1990. Samia Ghali, sénatrice PS des Bouches-du-Rhône et maire du 8e secteur de Marseille, va endosser le rôle d’une mère divorcée de deux enfants, « à la recherche désespérée d’un logement ». Espérons que les Français ne soient pas dupes et ne se ruent pas sur leurs écrans. De toutes façons, la plus grande des émissions de téléréalité politique et d'immersion, ils la suivent chaque jour en vrai. Car il paraît – mais c'est à vérifier – qu'il y a des ministres déguisés en socialistes à la tête de l'Etat. Et une opposition qui prétend avoir des idées pour faire mieux qu'eux à l'avenir...

 

Je lis dans Gala (hé oui ! le responsable d’une revue de presse doit tout lire) une nouvelle qui m’a navré : Antoine Berge, le compositeur du générique de l’émission qui aida les enfants à aller au lit entre 1962 et 1973 est décédé jeudi 23 octobre. Il avait 87 ans. Bonne nuit les petits, c’était aussi un générique. Emblématique et caractéristique, la mélodie du générique jouée au pipeau avait été composée par son interprète, Antoine Berge, et adaptée d’un morceau de Pergolèse (dont le vrai nom était Draghi, comme celui d’un célèbre banquier), “ Que ne suis-je la fougère ”. Pour cela, le flûtiste n’avait touché que 29 francs, et avait attendu 2009 pour attaquer ses anciens patrons pour droits d’auteurs insuffisants. Berge était Diplômé de la Guilde française des faiseurs de pipeaux. Lui, c’était au sens propre …

 

On finit sur la dénonciation d’une privilégiée péruvienne. À 118 ans, la doyenne du Pérou et peut-être du monde, Andrea Guttierez, recevra finalement sa première retraite de 42 dollars. L’Obs précise qu’elle avait précédemment essuyé deux refus. En France, on est plus ferme : on vient de mettre à l’asile une dame de 98 ans qui ne pouvait plus payer son loyer.

Revue de Presse (104)
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
D'après les derniers "cancans" M A M sera absente de cette émission de téléréalité sur D8 . Cela ne change rien , bien évidemment , à la nullité du programme .....
Répondre
A
Jim Harrison : " ...je me rappelais alors invariablement de l'idée populiste de mon père selon laquelle l'argent des fondations était des salaires non payés ". Bien évidemment l'adjectif populiste ici n'a pas le sens péjorative qu'il a pris depuis quelques décennies.
Répondre