Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 07:56

Des travailleurs d'avant les luttes syndicales, des travailleurs livrés pieds et poings liés au patronat voyou, sous l'œil indifférent des politiques.

 

Les photos qui suivent ont été prise par Lewis Hine, sociologue et photographe. Aux États-Unis, vers le début du XXe siècle. Elles auraient pu être prises en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et dans bien d'autres pays.

 

Je les adresse à ceux qui pensent que les luttes syndicales ne servent à rien, alors qu'elles ont grandement fait progresser la cause de l'humanité. Et, à un degré moindre, à ceux qui, syndicalistes, pensent que le syndicalisme n'est pas, n'est plus, un sport de combat. Ils sont malheureusement de plus en plus nombreux, jusque dans les organisation qui, dans leurs statuts, prônent la transformation sociale.

Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz
Des travailleurs chers à Gattaz

PS : un lecteur instituteur me remet en mémoire ce très beau poème de Victor Hugo :

 

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
« Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! » 
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? Que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Bonjour,<br /> Je ne sais pas ce qu'il en restera dans les têtes, mais en tant qu'instituteur à l'école élémentaire pendant plus de trente ans, nombre de mes élèves ont appris par coeur ce passage de Melancholia de Victor Hugo:<br /> Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?<br /> Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?<br /> Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?<br /> Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;<br /> Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement<br /> Dans la même prison le même mouvement.<br /> Accroupis sous les dents d'une machine sombre,<br /> Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,<br /> Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,<br /> Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.<br /> Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.<br /> Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.<br /> Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.<br /> Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !<br /> Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,<br /> « Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! » <br /> Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,<br /> Qui produit la richesse en créant la misère,<br /> Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !<br /> Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? Que veut-il ? »<br /> Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,<br /> Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Répondre
A
Ces photos sont terribles. La transformation sociale va vers la régression... Merci M. le Président. Merci l'Europe. Pour ne pas sombrer dans le pessimisme le plus complet en ce week-end (et il y a de quoi faire) permettez-moi de vous communiquer un lien qui démontre, dans un style différent certes et qui prête à sourire mais c'est connu c'est lorsqu'on en rit..., les mêmes constats qui devraient inciter à réfléchir avant de voter : <br /> <br /> http://ampelosophisme.over-blog.com/
Répondre
J
Sans compter les enfants de 6 ans travaillant dans les mines de charbon de ma ville natale, Saint-Etienne. Un pan de l'histoire qui échappe à Gattaz fils.
Répondre