Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 08:56

Une revue de presse exceptionnelle, consacrée à un seul article, celui de Renaud Dély dans l’OBS sur le népotisme des grands amis du peuple, cette famille où l’on préfère sa fille à ses cousines et ses cousines à ses voisines, mais où l’on finira peut-être par préférer les Aïcha aux Marine ! À trois reprises, selon Dély, le père a scandaleusement aidé sa fille, contre tout principe moral, ce qui explique assurément son ire actuelle.

 

2011 : le coup de pouce anti-Gollnisch

 

Il remonte à la compétition interne préalable au congrès de Tours de janvier 2011. Après avoir fait miroiter sa succession pendant des années au député européen Bruno Gollnisch, en lui attribuant le statut de "dauphin", le fondateur du Front national lâche son fidèle second dans la dernière ligne droite. "Le destin des dauphins, c’est parfois de s’échouer", assène Le Pen. Et Gollnisch échoue dans les grandes largeurs… Lors du vote des militants frontistes, il ne recueille qu’à peine un tiers des voix face à Marine Le Pen. Tout au long de la campagne interne, celle-ci s’est appuyée sur le soutien de son père, s’est réclamée de lui, de son héritage, et de son "œuvre", dont elle était alors parfaitement et entièrement solidaire.

 

En 1997, Marine Le Pen fut humiliée par les militants, sauvée par son père

 

Lors du 10e congrès du FN réuni à Strasbourg, Bruno Mégret est plébiscité par la base et les cadres du mouvement. Il arrive nettement en tête lors de l'élection des cent membres du comité central. Les mégrétistes trustent 15 des 20 premières places au comité central. Marine Le Pen est battue ! La benjamine des filles du chef, âgée de 30 ans à l'époque, ne figure pas parmi les 100 premiers cadres du mouvement créé et dirigé par son père ! Pour Jean-Marie Le Pen, l'affront est terrible. Pour sa fille, Marine, c’est une véritable humiliation.

 

C’est le moment que choisit le fondateur du FN pour voler à son secours. A peine le dépouillement de ce scrutin interne terminé, il convoque un comité central extraordinaire du parti. On le croise alors dans les couloirs du palais des Congrès de Strasbourg, rouge écarlate, fulminant à haute voix contre le "félon" (déjà…) Mégret. Aussi sec, il annonce qu'il repêche une vingtaine de candidats pour les nommer au comité central sa fille. Battue dans les urnes, elle est donc nommée par son père. Ce jour-là, il lui sauve tout bonnement la vie… politique.

 

 

En 1998, Marine Le Pen fut embauchée par le parti pour 30.000 francs par mois

 

Avant de lui mettre le pied à l’étrier politique, puis de lui offrir les rênes du parti, Jean-Marie Le Pen s’est servi du FN pour subvenir aux besoins de sa fille. En janvier 1998, alors que Marine Le Pen est une jeune avocate en mal de dossiers, et donc de revenus, son père la fait embaucher comme responsable du service juridique du parti, un poste qui jusque là n’existait pas. Marine Le Pen émarge à 30.000 francs (soit 4.500 euros) bruts par mois pour un deux-tiers de temps.

 

Cette nouvelle marque de clanisme irrite le numéro deux du parti, Bruno Mégret, d’autant que Marine Le Pen passe le plus clair de son temps à éplucher les dépenses des mégrétistes pour mieux leur couper les vivres. A la même période, Le Pen pousse la bienveillance familiale jusqu’à prendre soin de son gendre, Franck Chauffroy, époux de Marine. Il impose au FN de recourir à sa société pour louer 7 500 chaises au tarif de 1 280 000 francs (195 000 euros) pour la fête des Bleu-Blanc-Rouge du parti d’extrême droite. Puis, l'entreprise ayant fait faillite avant de remplir son contrat, Le Pen renonce à lui réclamer les arrhes déjà versées. Avant de devenir son boulet électoral, Le Pen fut donc bel et bien le bienfaiteur de sa fille. Et il est probable qu’en prétendant rompre avec l’héritage politique de son père, Marine Le Pen ait d’abord tiré un trait sur celui, sonnant et trébuchant, qu’il a placé à l’ombre de quelques coffres discrets du côté du lac Léman.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche