Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 05:18

Une pensée tardive mais émue pour BHL à la lecture d’un article de Rue 89 : Bernard-Henri Lévy détient assurément le record du monde des entartages : samedi soir, il en a subi un nouveau, en Belgique, de la part d’un spécialiste de la discipline, l’entarteur Noël Godin qui n’en est pas à son coup d’essai.

BHL a été attaqué dans une église de Namur, où il venait participer à un dialogue avec l’artiste belge Jan Fabre. Une vingtaine de personnes s’en sont prises à l’intellectuel français en criant « y en a marre » ! Les deux gardes du corps qui accompagnaient BHL n’ont rien pu faire et le philosophe a été atteint par les tartes à la crème...

Noël Godin a dédié son geste au dessinateur Siné limogé de Charlie Hebdo et contre lequel, dit-il, BHL a témoigné. Heureusement que BHL éprouve un coup de foudre permanent pour Arielle Dombasle.

 

 

Owen Jones, dans le Monde Diplomatique, tire les leçons de la victoire des conservateurs au Royaume-Uni : « Au Royaume-Uni, la victoire des bourreaux :

Non, la crise qui balaye l’Union européenne n’évince pas mécaniquement les gouvernements sortants. Pas même lorsque les politiques qu’ils ont menées ont aggravé la détresse sociale. C’est l’une des leçons des élections générales britanniques de mai, qui ont conforté un gouvernement de conservateurs millionnaires en guerre contre les démunis. Comment expliquer un tel paradoxe ?

 

Pour les travaillistes, ce fut une défaite en rase campagne. Une tornade à laquelle peu s’attendaient. Jusque-là, les sondages s’étaient montrés aussi monotones qu’un ciel d’hiver en Grande-Bretagne. Ils plaçaient les tories du premier ministre David Cameron, élu en 2010, au coude-à-coude avec le Labour de M. Edward Miliband. Le jour des élections, les instituts avaient même décelé un frémissement en faveur du second. A l’unisson, éditorialistes et « experts » avaient rendu leur oracle : M. Miliband déposerait sa brosse à dents dans la salle de bains du 10 Downing Street. Non pas à la tête d’une majorité parlementaire, mais grâce au soutien du Parti national écossais (SNP), favorable à l’indépendance. »

 

Guy Novès, qui vient d’être nommé sélectionneur de l’équipe de France de rugby et que les Toulousains connaissent bien, assume des idées résolument de droite : Fils d'un ouvrier, petit-fils d'un chiffonnier, républicain espagnol réfugié, déclare, selon sa fiche Wikipédia, « Je suis pour reconnaître ceux qui travaillent. Je n'avais rien ; j'ai ramassé des cartons pour gagner de l'argent. Ma femme est anesthésiste, – onze ans d'études, elle a sacrifié sa jeunesse. Pendant ce temps, certaines prenaient du bon temps, fumaient des joints. À Noël, cette année, elle a passé des nuits blanches au bloc opératoire. Je veux dire qu'aujourd'hui, il me semble que la droite met plus en valeur l'importance du travail. »

 

L’Humanité revient sur Robert Ménard et sa communication d’extrême-droite : « il avance, aiguillonné par ses deux éminences grises. Sa femme, Emmanuelle Duverger, est une catholique traditionaliste. Son directeur de cabinet André-Yves Beck, proche des Identitaires, occupait les mêmes fonctions auprès des époux Bompard à la mairie d’Orange. Pour mener à bien sa mission, il a totalement reformaté le Journal de Béziers. Un marqueur de l’extrême droite, que l’ex-homme de presse, qui connaît ses classiques, utilise à plein. Il accueille la propagande municipale, martelant sa vision pour la cité, vante les qualités des conférenciers reçus par la municipalité (Éric Zemmour, Philippe de Villiers,  Philippe Bilger…) ; il y affirme l’idéologie identitaire lorsqu’il érige la jeune chanteuse originaire d’Hénin-Beaumont Louane Emera, en « Lolita de souche », ou fait l’éloge du « hamburger bien de chez nous » en lettres bleu-blanc-rouge… Pire, cette une sur l’exposition « Gaulois, une exposition renversante » censée balayer les clichés, qui se retrouve ici utilisée pour vanter « la naissance d’une nation », « le temps, pas si lointain où tous les enfants de France, quelles que soient leurs origines, récitaient en chœur “Nos ancêtres les Gaulois” »… Ce numéro-là se paie même le luxe de citer Orwell « Qui contrôle le passé contrôle le futur. Qui contrôle le présent contrôle le passé. » Dans cette ville où le premier édile a confié au promoteur de la théorie raciste dite du grand remplacement, Renaud Camus, la tâche de (ré)écrire une histoire de Béziers, rien n’est plus vrai… Sur le plateau des Poètes, en bas des allées, avec sa foire 1900, chevaux de bois et balancelles, il a fait revivre une époque où la séparation de l’Église et de l’État n’existait pas, et où les salariés n’avaient d’autre droit que de se taire. « Le changement c’est jamais », lançait-il pour l’inaugurer… »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

AF30 08/06/2015 19:45

Ce qu'il y a de désespérant - désespérant parce qu'on ne sait pas par quel bout le prendre - c'est le vol permanent des mots de gauche par le droite, toute la droite. Quand même citer Orwell dans un de leur torchon faut oser. Peut être est-ce cette arme de la confusion qui est une des causes du paradoxe soulevé par un des commentaires. Même si déjà Thomas Frank s'interrogeait dans son livre Pourquoi les pauvres votent à droite il me semble plutôt que le vrai problème est pour quelle raison les pauvres votent de moins en moins. Et à cet effet le choix a été pris de laisser partir à vau l'eau la population la plus fragile et ainsi la sortir mécaniquement du jeu 'démocratique' . Ce n'est pas nouveau car cette situation existe depuis longtemps aux USA et ainsi la démocratie n'est plus qu'une comédie où le choix est circoncrit entre bonnet blanc et blanc bonnet

Gensane 08/06/2015 17:29

A Dwaabala. Faut-il même parler de paradoxe ? C'est la même situation qu'en France, en un peu plus forcé. Il y a un trait dans la classe ouvrière anglaise qui a été observé et étudié depuis près d'un siècle, c'est le "deferential worker". Avec cette idée que la droite mérite davantage de gouverner que la gauche, qu'ils sont plus respectables, que comme ils ont de l'argent ils ne sont pas motivés par l'argent (my foot !).
Le parti travailliste est désormais coupé à 80% des syndicats.
Quelques lignes bien vues sur les travailleurs conformistes et respectueux :
http://www.jstor.org/stable/27767025?seq=1#page_scan_tab_contents

Dwaabala 08/06/2015 17:13

Est-ce que tu as une explication du paradoxe d'Owen Jones, dans le Monde Diplomatique ?

Gensane 08/06/2015 12:49

A Lyonnais : normal dans ce grand pays anglophone qu'est la Belgique.

Lyonnais 08/06/2015 10:29

Cerise sur le gâteau (ou sur la tarte) BHL donnait sa conférence en... anglais !
Voir la deuxième vidéo de ce reportage de la RTBF :

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_bernard-henri-levy-entarte-par-noel-godin-alias-le-gloupier-a-namur?id=8994327

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche