Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 05:50

 

Isabelle Ranchet, Éric Mazebourg. Moi, mince à vie ? C’est maintenant. Paris : Lanore 2015.

 

 

Je sens que je vous étonne. Mais le plus beau, c’est que je m’étonne moi-même. Ce n’est tout de même pas à 67 ans que je vais me soucier d’être « mince à vie ». D’ailleurs les auteurs déconseillent de maigrir à partir d’un certain âge.

 

Ce qui m’a intéressé dans ce livre, c’est qu’il n’est pas que (remarquablement) technique et documenté. Ce n’est pas non plus l’humour du titre, fine allusion à Hollande qui a pratiquement repris tous les kilos qu’il avait réussi à perdre en suivant un régime sévère mais inefficace. Moi qui, à une époque un peu lointaine, ai écrit sur le corps chez Orwell ou chez Defoe, j’ai été sensible à la démarche de Ranchet et de Mazebourg car ils articulent en permanence – pour ceux qui souhaitent maigrir comme pour tous les autres – le corps et l’esprit. Si, après la Libération, de nombreux Français se sont mis à manger et à grossir inconsidérément, si, dans le tiers monde aujourd’hui, le problème de santé numéro un est l’obésité (comme aux Etats-Unis qui se prolétarisent), c’est que les fluctuations pondérales se passent d’abord dans la tête, l’intestin étant notre « deuxième cerveau » (il en est même un troisième : l'intelligence du kilo de bactéries que nous portons en permanence en nous) sur lequel le premier n'a strictement aucune autorité. Et ce n’est pas l’excellent François qui me contredira.

 

Pour maigrir, il faut aimer ce que l’on mange et s’aimer soi-même, à tout le moins avoir de soi une image valorisante. Il faut aussi comprendre le monde tel qu’il va ou tel qu’il devrait aller. Car si nous sommes des poussières d’étoiles, nous sommes aussi le produit d’enjeux économiques et politiques au ras des pâquerettes. Si nous consommons beaucoup trop de protéines, de mauvais lipides (graisses animales et végétales, graisses saturées, beurre pasteurisé, charcuterie, pâtisserie), beaucoup trop de sucre, ce n’est pas par l’opération du saint esprit. À propos de protéines, les auteurs relèvent que, comme elles consomment beaucoup d’énergie pour la digestion, les régimes hyper protéinés « aident à perdre rapidement du poids, mais cette perte entraîne des carences et n’existe que durant le régime. »

 

 

Note de lecture (148)

La prise de poids n’est pas faute à pas de chance : les causes héréditaires ou génétiques ne concernent que 10% des cas. Les vicissitudes de la vie nous plombent parfois. Nous pouvons grossir sans manger davantage parce qu’en prévision d’un manque éventuel le corps va fabriquer des défenses car il a besoin de se protéger. Sauter méthodiquement un repas ne sert à rien, si ce n’est à modifier notre métabolisme et à mettre notre corps en mode de stockage. Par ailleurs, une nourriture malsaine influe sur notre cerveau : une trop grande absorption de graisses saturées rigidifie notre matière grise. Trop de fritures, de saucisses grasses peuvent faciliter de la violence verbale ou physique. Bref, on ne saurait perdre du poids si on n’a pas réglé nos problèmes existentiels.

 

L’abus d’alcool entraîne la disparition de connexions neuronales et une prise de poids. On préfèrera les alcools de macération (vin, cidre, bière, champagne) aux alcools de distillation, le whisky étant le pire de tous dans cette optique – quatre fois plus caloriques qu’un verre de blanc. Il faut bien sûr s’interdire toutes les boissons énergisantes qui excitent et comportent trop de sucre raffiné ou d’édulcorants de synthèse.

 

Je n’évoque pas le Nutella car on ne tire pas sur une ambulance mais il faut savoir que 100 g de chocolat représente le quart des besoins caloriques d’un sédentaire. Les légumes et les salades en sachet sont bourrés d’azote et d’argon. Les salades sont chlorées, les pommes de terre subissent un traitement au dioxyde de soufre. Le fromage le plus calorique est le comté.

 

Sachons également que la France compte 3 millions de diabétiques et que 620 000 Européens en sont morts en 2012.

 

En conséquence, c’est vous qui voyez, et bon ap’ !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

jean-jacques clement 02/10/2015 14:27

Changeons surtout de régime politique,essayons la gauche de la gauche "on sait que ça marche!" à condition d'avoir une bonne constitution...

gensane 02/10/2015 15:37

je préfère l'expression "gauche de gauche".

pschitt 02/10/2015 08:26

Mince alors , je ne fais finalement parti que d'une espèce de batraciens dont le seul but est de devenir comme les bovidés ....

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche