Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 06:30

 

C’est parti pour une généralisation abusive : politiquement parlant, les Lyonnais sont d’extrême centre. Lorsque vous démontrez à un universitaire de cette ville (dont Jean Moulin n'était pas originaire) qu’il accomplit une charge d’enseignement 40 à 50% plus élevée que ses collègues du reste du pays et qu’il serait peut-être bon de faire quelque chose,  la réaction la plus violente, la plus concernée sera : « C’est trop tard ». Si nos ancêtres de 1789 avaient raisonné de la sorte, notre bon roué Hollande embastillerait qui il voudrait à coups de lettres de cachet.

 

Aussi ai-je été très surpris de croiser tout récemment une manif’ imposante (environ 5 000 personnes), bien organisée, bruyante et originale à souhait, en plein centre de Lyon. A dire vrai, je l’ai d’abord entendue, dans le lointain, de l’autre côté du Rhône. Des hurlements très concertés m’intriguèrent. Je me rendis dans la direction des manifestants et découvrit, stupéfait, qu’ils marchaient en défense de la cause des loups. Ils avaient préparé des dizaines de pancartes, ma préférée étant : « Un pays qui tue ses loups ne mérite pas ses légendes », et ils marchaient derrière de vrais loups, pas empaillés, tenus en laisse, heureusement (ben quoi, Bernard, c'est gentil les loups !). Dans le paquet de la protection des animaux, certains défendaient les oiseaux, les ours et les taureaux livrés en pâture aux toréadors. Tous les âges étaient représentés, avec une nette majorité de quadras et de quinquas, tout de même. Il ne manquait qu’Hélène Grimaud.

 

Je vais vous faire un aveu : je ne suis pas un défenseur acharné des loups mais je suis sensible à la protection de tous les animaux, au nom de la biodiversité. Après tout, nous descendons tous (y compris Zemmour) du même poisson hideux dont j’ai oublié le nom. Au nom de quoi nous arrogerions-nous le droit de faire disparaître des espèces selon notre vouloir (qui n’est même pas bon) ? Lecteur de La Fontaine, je suis très sensible au sort de l’agneau, mais je sais fort bien que les loups lui ont causé beaucoup moins de souffrances que l’industrie agro-alimentaire. Loups ou pas loups (on en compte moins de 300 sur notre territoire national, il y en avait 400 000 du temps de Néanderthal et zéro en 1930), l’élevage français ovin est, de toute façon, en crise. En revanche, l’Espagne est autosuffisante à 129% (nous le sommes à 45%) avec 14 millions de moutons et l’on trouve environ 2 000 loups dans ce pays.

 

Pour en revenir à la population lyonnaise, peut-être un peu moutonnière, j’observe que, la manif’ pour Charlie Hebdo exceptée – manif’ dont, dans cent ans, sociologues et historiens parviendront peut-être à établir le sens – je n’avais pas encore vu, entre Rhône et Saône, une mobilisation identique à celle-ci en faveur de l’emploi, des libertés, ou suggérant de renvoyer Hollande et Valls à leurs chères études. La cause des loups : un podrome ?

 

Les défenseurs du loup se retrouvent sur ce site.

 

 

Photos : BG

 

Les Lyonnais ont vu le loup
Les Lyonnais ont vu le loup
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Fabrice Nicolino victime survivante des attentats de Charlie Hebdo était de cette manif' qui ne regroupait sans doute pas que des catholiques zombies comme nomme Emmanuel Todd ceux qui défilèrent en janvier 2015. Nicolino défend le loup mais aussi une certaine conception de la nature et de la vie qui ne choque pas quelqu'un de (la vraie) gauche.http://fabrice-nicolino.com/?p=2155<br /> <br /> Pour terminer ne loupons pas ce site:http://www.franceloups.fr/loupotheque/fables.htm,
Répondre
F
Pas de généralisation abusive. Les Lyonnais, c'est comme les auvergnats de Brice Hortefeux il y en a des biens aussi : <br /> <br /> http://rupturetranquille.over-blog.com/2015/12/vivement-l-euro-2016.html<br /> <br /> la preuve par l'image
Répondre
A
" la raison du plus fort est toujours la meilleure " il m'a fallu du temps pour comprendre cette affirmation . Je me disais " y'a bien des fois, quand même, où le plus fort peut se tromper ".Bon ! faut dire que j'étais enfant
Répondre