Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 06:00

Je ne sais pas vous, mais je trouve que, depuis quelques temps, notre Premier ministre a très mauvaise mine. Il a maigri, fait face aux caméras de manière hagarde, hallucinée, les joues creuses, les jambes flageolantes. Peut-on penser que dans son cas le pouvoir rend malade ? Serait-il usé avant d’avoir trop servi ? Par comparaison, Hollande est toujours aussi fringuant et enrobé.

 

L’invraisemblable affaire Mezzadri nous a remis en mémoire un Valls s’essayant à l’humour, décontracté, marchant d’un pas ample et assuré dans la ville dont il était le maire .

Bernard Mezzadri et l'étrange regard de Valls

Bernard Mezzadri, un universitaire d’Avignon, a été poursuivi pour deux phrases où il ironisait, dans un courriel interne à l’université, sur les propos “ Blancos ” prononcés par Emmanuel Valls à Evry. Ce en mai 2015, sur une liste de discussion interne réservée aux personnels de son établissement. A l’occasion de la rencontre d’une délégation de l’université avec le premier ministre, il rappela ironiquement les propos de Manuel Valls sur le marché d’Évry, des propos assumés au nom de la « lutte contre la ghettoïsation » : « J'espère qu'en cette grande occasion la délégation de l’université comptera suffisamment de “ blancos ” (et pas trop de basanés), afin de ne pas donner une trop mauvaise image de notre établissement. » Il qualifiait par ailleurs Valls de « chasseurs de Roms ». Il a fait l’objet d’un signalement (autrement dit : il a été dénoncé) à la Justice par le président de son université. Bien que n’ayant pas fait l’objet d’une plainte, Mezzadri a été poursuivi devant le tribunal correctionnel pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale.

 

Rappelons incidemment qu’en décembre 2013 deux plaintes pour provocation à la haine raciale déposées par le MRAP contre le ministre de l’Intérieur Manuel Valls pour des propos très controversés sur les Roms avaient été classée sans suite par la commission des requêtes de la Cour de justice de la République.

 

La démarche du président de l’université d’Avignon (promus recteur depuis) s’assimilait à une vraie tentative d’intimidation. La décision du procureur de répondre à la démarche présidentielle fut infâmante car elle attribuait à l’universitaire des idées contraires à celles qu’il avait toujours défendues. Mezzadri fut accusé d’avoir « provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard […] d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance […] à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. » Il risquait jusqu’à 1500 euros d’amende.

 

Au beau milieu de l’été, Mezzadri fut entendu par la police. « Je me suis expliqué et j’ai avancé que je n’avais fait que reprendre les propos de Valls lui-même. » En décembre, il reçut une citation à comparaître. Une pétition en faveur de cet homme de gauche, descendant d’immigrés italiens (mezzadri sigifie métayer) fut signée par plus de 8 500 personnes, parmi lesquelles Etienne Balibar, Susan George et Toni Negri.

 

 

En 2009, Mezzadri s’était mobilisé contre la loi Pécresse renforçant l’autonomie des établissements (la LRU), la présence de plus en plus active du monde de l’entreprise, la professionnalisation des savoirs. Sa dénonciation par le président (qui se préparait à être recteur) peut donc être vue comme la volonté de faire tomber tout ce qui bouge, d’obliger les universitaires à rester dans le rang. Mezzadri écarte l'idée d'un règlement de comptes.

 

Le 27 janvier, une amende de 2 000 euros assortie d’un sursis simple fut demandée par le tribunal.

 

Le monde de Valls l’efflanqué au regard de songe-creux devient très inquiétant. A Roissy comme à Amiens, des travailleurs sont criminalisés, risquant ou étant condamnés à de la prison ferme pour avoir voulu défendre leur travail. Des familles sont déjà brisées. Ce gouvernement accable les gens qui luttent. Et il veut des universitaire qui ne pensent à rien, sauf à mettre en conformité le contenu de leur enseignement avec les exigences de “ l’employabilité ” des étudiants.

 

 

Petit PS personnel : Il y a 47 ans, j’étais étudiant à Amiens. Nous étions déjà un certain nombre à manifester en solidarité avec les travailleurs de Goodyear. Difficile de ne pas désespérer.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

chb 30/01/2016 17:26

Dire qu'on avait viré le Sarko, et en revoilà un autre.
Ou pire ?
Son label de 'socialiste' lui donne les coudées franches pour y aller... Franco.
Et le (métèque?) Mezzadri est tombé sur dénonciation, dans le pays où Porochenko, Netaniahu et Erdogan sont venus chanter la liberté d'expression et pleurer charlots !

Lyonnais 30/01/2016 08:29

Effectivement Valls devient très inquiétant.
Sur le blog du "Yeti" on peur voir cette interview faite par la BBC et qui parait-il ne serait pas passée sur les télés françaises :

http://yetiblog.org/index.php?post/1595

Ce qui frappe dans la vidéo c'est son air halluciné.

PS : en 2011 (ou 2010 ?) je suis allé voter au premier tour des primaires du PS pour écarter sa candidature ! Je ne participerai plus jamais à ce genre de mascarade.

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche