Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 06:14

Sa vie est un roman. De gare. De triage. Quelques repères :

 

Placé est un être fin et délicat. Il “ sait toujours se placer ”, selon Hollande (immédiatement après la victoire de Hollande à la présidentielle, Placé est le seul non socialiste sur la photo).

Jean-Vincent Placé

Il a d'abord été proche du PS, puis a rejoint le PRG et la franc-maçonnerie (sous l'influence de Michel Crépeau).


Jean-Michel Baylet a dit de lui ( Le Nouvel Observateur du 28 novembre 2013) :


« Ce type est sans foi ni loi ! Il vendrait père et mère, son cynisme est total […] Tu lui prête un euro, non seulement il ne te le rend pas, mais il te pique ton portefeuille. […] Je le connais bien c’est moi qui l’ai formé ! »

 

Il doit pour 118 000 euros de PV. Pour lui une "simple négligence" (après 250 rappels et autres majorations d'huissier).

 

En novembre 2013, il affirme être l'un des hommes "les plus influents de la République". L'un des plus modestes aussi.



Il fréquente les riads de Marrakech. C'est un grand ami d'Israël.


Après la mort de Crépeau, Placé rejoint les Verts.


Lorsque Cécile Duflot devient secrétaire nationale des Verts, en grand partie grâce à ses talents d'apparatchik à lui, il lance à Bruno Le Roux : « T’as vu qui est secrétaire nationale ? Ma meuf ! C’est moi le patron maintenant. »


Il copine avec Karoutchi, Dassault, Pierre Charon.


Quand il prend la parole à la Mutu dans un meeting antifasciste devant toutes les huiles de la gauche qu'il remercie pour leurs "acclamations", il fait rigoler tout le monde.


Auditeur financier, il n'a presque jamais travaillé au sens propre du terme.


En 2015, il signe un essai autobiographique : Pourquoi pas moi !. Il y écrit :


" Je suis devenu père il y a un peu moins de dix-huit mois. Un heureux bouleversement qui m'a aussitôt fait ressentir les limites de l'image que je peux encore renvoyer auprès des médias. Je ne pense pas en effet être un affreux politicard seulement motivé par des "coups tordus", comme beaucoup me présentent. Maintenant, peut-être suis-je un peu coupable d'avoir laissé s'installer dans les journaux cette image pour la moins caricaturale de ce que je suis réellement. Je n'aimerais pas que, dans dix ou quinze ans, ses amis disent à ma fille que son père n'est qu'une sorte de politicien sans conviction. Je pense, en toute modestie, mériter mieux."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

jean-jacques clement 17/02/2016 10:35

Sur la foto (ben oui quoi réforme de l'orthograf), il semble qu'en levant la main notre bien aimé président ait déplacé l'auréole de ....JVP (Je Vais Pontifier).

Gensane 17/02/2016 12:17

Ces choses transcendantales nous dépassent...

AF30 17/02/2016 09:02

C'est tellement énorme qu'on ne sait pas par quel bout le saisir. Sans conviction et sans honte c'est l'arrivisme tranquille

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche