Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 06:06

Dans l’Humanité, Pierre Khalfa se demande si la Cour des comptes n’est pas devenue l’organe officiel de l’ordre libéral :

 

En aucun cas, la Cour ne peut prescrire des politiques publiques, qui relèvent du seul débat démocratique et de la décision politique.

 

Or, depuis quelques années, la Cour tend à outrepasser son rôle, évolution qui s’est encore aggravée depuis la nomination de Didier Migaud à sa tête, et les rapports se multiplient qui promeuvent une orientation politique ultralibérale. On y retrouve tous les poncifs concernant les dépenses publiques. Les recommandations, qui ressemblent comme deux gouttes d’eau aux plans d’ajustement structurel du FMI ou aux mémorandums de la troïka en Grèce, sont à l’avenant : réduction des dépenses d’intervention de l’État, baisse du nombre de fonctionnaires et de leurs salaires et ralentissement des déroulements de carrière, désindexation des retraites, des allocations chômage et de la plupart des prestations sociales par rapport à l’inflation, augmentation de la durée du travail.

 

La Cour des comptes est, de fait, devenue un organe faisant, sous le couvert de l’objectivité, l’apologie des politiques néolibérales. Avec des orientations présentées comme une évidence indiscutable, la Cour participe ainsi à la crise démocratique actuelle, dont l’une des racines est l’exclusion du débat public et de la décision citoyenne de tout ce qui relève des politiques économiques et sociales.

 

 

Dans Le Grand Soir, Vanessa Codaccioni, maître de conférences à Paris VIII, explique pourquoi « L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique d’exception » :

 

Il y a une tradition en France de contourner ou d’utiliser politiquement la justice. Dans l’histoire de l’antiterrorisme, le pouvoir exécutif a toujours eu tendance à contourner l’autorité judiciaire pour donner plus de pouvoirs aux agents qui travaillent avant le procès. Ce qui compte, c’est l’enquête, la surveillance, le fichage, tout ce qui constitue l’avant-crime.

 

L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique, qui visait les ennemis intérieurs. Officiellement, la justice politique n’existe plus en France depuis 1981, lorsqu’on a cessé, juridiquement, de considérer qu’il existait des crimes politiques. Mais, en réalité, elle n’a jamais cessé. De multiples dispositions antiterroristes sont réutilisées contre des militants radicaux. Par exemple, l’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, créée pour soi-disant empêcher les réseaux d’acheminement au djihad au milieu des années 1990, a été réutilisée contre les activistes de Tarnac.

Revue de presse (156)

 

Pour Bernard Cassen (sur le site des Mémoire des luttes), l’Europe est une terre d’immigration. Il faut en tirer toutes les conclusions :

 

Dans la mesure où toutes les hypothétiques mesures de redistribution des richesses à l’échelle du globe prendront du temps, l’Europe va devoir accueillir des millions de nouveaux immigrants dans les années à venir. Cela va lui poser des problèmes de tous ordres, dont le plus aigu sera l’intégration de personnes aux cultures très différentes de celles du Vieux Continent, en premier lieu dans les rapports hommes-femmes et dans le statut de la religion. C’est un immense défi, et les événements, aux conséquences dévastatrices pour l’accueil des migrants, de la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne – plus de 800 plaintes déposées par des Allemandes pour agressions sexuelles de masse commises par de jeunes étrangers, résidents ou réfugiés présumés musulmans – montrent qu’il est urgent de s’y préparer.

 

Paris Match nous apprend que leurs altesses royales le prince Guillaume et sa femme Catherine aiment à se retrouver dans l’Est-Anglie, avec leurs semblables :

 

Le nord du Norfolk n’est pas un trou perdu pour le premier gueux de passage. C’est l’image de l’Angleterre éternelle, celle où un seigneur, lord Leicester, peut détenir depuis des générations autant d’hectares de terres que la Reine. Ce cercle, qui mélange aristocrates, gens bien nés, fortunés, éduqués dans les meilleurs pensionnats du pays, a un surnom dans le Norfolk : les « Turnip Toffs », difficilement traduisible. Les amis de Kate et William en font tous partie. 

 

[Je précise « Turnip Toffs » peut se traduire par « Snobinards à la tête de navet ». Dans cette région très agricole de l’Angleterre, les navets poussent à profusion. On appelle turnip quelqu’un d’un peu bas du chapeau, un aristo un peu consanguin, par exemple].

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

BM 15/02/2016 10:10

Il me semble bien que la Cour des Comptes ne fait, "techniquement" que poursuivre sa mission - qui, elle, a été modifiée par la loi sous Sarkozy précisément pour "prescrire des politiques publiques".

(Article 22-II de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, créant l'article 47-2 de la Constitution.)

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-revisions-constitutionnelles/loi-constitutionnelle-n-2008-724-du-23-juillet-2008.16312.html

Les médias n'en ont jamais parlé, sauf (à ma connaissance) le Monde Diplomatique et le Canard Enchaîné.

http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/ROLLAND/49801

AF30 15/02/2016 09:21

M.Migaud, s'il voulait réellement réduire les dépenses ( à définir ) publiques il pourrait commencer par se saborder lui même mais on n'a jamais vu une classe dominante se suicider politiquement. Moralité : toutes ces institutions - cour des comptes, cour constitutionnelle, conseil économique et social - qui servent à placer les copains et copines seront difficilement déboulonnables. Comme le rappelait quelqu'un en 81, lors de la nationalisation des grandes entreprises, un jugement du conseil constitutionnel a coûté des milliards, en indemnités pour les propriétaires, aux français. Une dizaine de 'juges' nommés ont plus de pouvoir que 2 assemblées élues.

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche