Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 06:36

La France et les Français sont tout de même dans un drôle d’état. Le Parisien TV rapporte l’initiative d’un restaurateur de Rueil-Malmaison :

 

Depuis mardi, un restaurateur interdit à tous les banquiers de venir manger dans son établissement. Sur une ardoise, exposée à l’entrée de ce restaurant, la consigne est claire et sans détour : « Chiens acceptés, banquiers interdits ».

 

« Ce n’est pas une blague. Aucun banquier ne passera cette porte », prévient le patron des lieux. Parce qu’il s’est vu refuser à plusieurs reprises un crédit qui lui aurait permis d’ouvrir un deuxième établissement, Alexandre Callet, gérant des « Écuries de Richelieu » a saisi sa plus belle craie. « A moins que l’un d’entre eux ne vienne avec un chèque de 70.000 euros, assure-t-il, je refuse de les servir ».

 
Revue de Presse (157)

 

 

Selon BFMTV, les parlementaires français doivent jouer les James Bond pour avoir accès à la documentation concernant le TAFTA (Traité transatlantique).

 

Le député Jean-Frédéric Poisson a dénoncé à l’Assemblée nationale le manque de transparence qui entoure les négociations du traité de libre-échange transatlantique. Pour consulter les compte rendus des négociations, il faut se rendre « dans un de services du Premier ministre dans une salle fermée, escorté par un fonctionnaire de Matignon qui sert de surveillant, en prenant soin déposer son téléphone portable pour ne pas s’en servir en consultant les documents ».

Il a également fait état de « sanctions pénales à la clef pour tout parlementaire qui divulguerait des informations qu’il a recueillis en consultant ces documents ».

 

 

Politis a rendu hommage à Thérèse Clerc, récemment disparue :

 

Femme de toutes les luttes, Thérèse Clerc s’est éteinte mardi 16 février, à l'âge de quatre-vingt huit ans. Nourrie par ses combats féministes, de l’avortement à la parité, la militante fait partie de cette première génération de femmes qui s'engagent, éprises de liberté et d'indépendance. C'est à ce titre qu'elle fonde la Maison des Femmes de Montreuil, ouverte aux victimes de violence de tous âges. En 2013, après une quinzaine d'années de lutte, Thérèse Clerc réussit à créer La Maison des Babayagas : une résidence ouverte sur la ville et la connaissance, qui accueille des retraitées à faibles revenus, attachées à leur autonomie. Une « utopie réaliste », selon ses dires.

 

 

A noter que Politis a publié une lettre ouverte adressée le 19 janvier à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, par la Ligue des Droits de l’Homme, la CGT et l’Association France Palestine Solidarité :

 

Madame la ministre,

 

Depuis maintenant plus de trois ans, nous vous alertons au sujet des circulaires Alliot-Marie et Mercier invitant les procureurs à engager des poursuites contre les militants de la campagne internationale BDS appelant au boycott, au désinvestissement et aux sanctions à l’égard d’Israël.

 

Le moment dramatique que nous vivons après les monstrueux attentats de Paris ne rend que plus nécessaire la suppression de cette circulaire. Il est impératif, si l’on veut s’opposer de façon crédible par tous à toutes les formes de racisme et singulièrement à l’antisémitisme, de marquer que la critique de la politique d’un État ne saurait être confondue avec la mise en cause d’une population. Ne pas oser le faire ne pourrait que renforcer une fracture et une incompréhension graves dans toute une partie de la population et de notre jeunesse alimentant les fantasmes antisémites que nous combattons.

 

 

Dans Res Publica, Evariste nous interpelle sur la « néolibéralisation » de l’école :

 

Que dire d’une société qui distribue davantage d’argent par élève à l’école privée confessionnelle qu’à l’école publique, alors que seule cette dernière peut prétendre devenir l’école de la république sociale ?

 

Que dire d’une « réforme des rythmes scolaires » dont le résultat est le remplacement fréquent d’enseignants par des animateurs qui ne sont pas tous titulaires du BAFA et la fin de la gratuité des activités dans 40 % des cas ?

 

Que dire de la confection de nouveaux programmes d’enseignement dont le but est d’empêcher le développement d’un esprit critique ?

 

Que dire d’une école qui a supprimé à la fin du siècle dernier la liberté pédagogique des enseignants chargés de transmettre les connaissances, en leur imposant un pédagogisme visant à formater la jeunesse ?

 

Que dire aujourd’hui du développement par le « mouvement réformateur néolibéral » d’une « école des compétences » définie par le patronat, au lieu d’être un lieu de construction du futur citoyen émancipé des pouvoirs constitués et capable d’esprit critique argumenté ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires