Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 05:46

 

György Lukács fut l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. Ses ouvrages de sociologie de la littérature sont à jamais des classiques. Je citerai simplement L’Âme et les formes, La Théorie du roman, Histoire et conscience de classe, Balzac et le réalisme français.

 

Ce Hongrois de langue allemande était né en 1885 dans la bourgeoisie juive de Budapest. Il avait obtenu son doctorat ès lettres à l’âge de 21 ans à l’université de Berlin. En 1917, il adhéra au parti communiste de Hongrie et devint commissaire à l’Instruction de la République des conseils de Hongrie, dirigée par Béla Kun. Après l’échec de cette République, il s’exila en Autriche et à Moscou. Il revint en Hongrie en 1945 et fut le ministre de la Culture du gouvernement d’Imre Nagy en 1956. Après l’insurrection de Budapest, il s’exila en Roumanie, revint en Hongrie en 1957 et se consacra alors exclusivement aux questions d’esthétique et de théorie littéraire.

 

Il fonda les études sociologiques sur la littérature, le roman en particulier. Son objectif fut de replacer systématiquement l’œuvre dans son contexte social et historique. Il défendit le réalisme au détriment du modernisme incarné par Kafka ou Joyce. Merleau-Ponty considérait son Histoire et conscience de classe comme l’œuvre fondatrice du marxisme occidental. Il dénonça l’idéologie bourgeoise en ce qu’elle prolongeait la conscience de classe des dominants. Pour lui, le marxisme ne se résumait pas à une accumulation de thèses à embrasser mais à une dialectique en perpétuel mouvement.

 

 

On ne s’étonnera pas que la Hongrie nationaliste de Viktor Orbán, ce délicieux pays où des policiers à la retraite surveillent les allocataires d’indemnités-chômage effectuant des travaux d’intérêt général et qui impose aux diabétiques des contrôles de leur régime alimentaire, ait entrepris de pulvériser le souvenir de György Lukács dans le cadre de l’éradication de la culture marxiste de son pays. Le régime tente actuellement de faire disparaître les archives Lukács à Budapest. L’Académie des sciences de Hongrie va les fermer, vendre l’appartement où habitait le philosophe et va mettre à la retraite les chercheurs qui s’efforçaient de faire vivre ce patrimoine unique. Les Archives Lukács comportent des milliers de livres et des correspondance inédites avec, par exemple, Thomas Mann ou Jean-Paul Sartre.

 

Une pétition internationale contre la fermeture des archives est à signer ici.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

pschitt 02/04/2016 07:28

Sacré Orban , qui a fait de la hongrie le plus grand cabinet dentaire d'europe . Un vrai arracheur de dents celui-la !

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche