Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 05:33

Dès lors qu’un fait inattendu se répète, il faut être attentif et ne pas s’en remettre aux caprices du hasard. Ma femme vient de connaître, en quelques semaines, la même surprise, le même léger désagrément.

 

Professeur des universités, elle a récemment siégé dans deux jurys de thèse. Les deux thésards étaient citoyens de pays d’Afrique du Nord, tous deux musulmans. Depuis Robert de Sorbon (1201-1274) – j’exagère un peu – il est d’usage qu’après la soutenance et les délibérations, le nouveau docteur (pardon : le-a nouv-eau-elle docteur-e) offre le champagne au jury et au public. De petits amuse-gueule ne sont pas de refus.

 

Il n’est évidemment pas question d’obliger des musulmans stricts à boire de l’alcool. On peut néanmoins attendre d’eux qu’ils offrent ce précieux breuvage tellement français à des éminences universitaires qui viennent de leur accorder un titre de docteur. A deux reprises, ma femme et ses collègues durent se contenter d’une orangeade sucrée pour faire passer les cornes de gazelle (le Coran ne savait rien du diabète).

 

 

Nous sommes en présence d’une démarche politique et non religieuse. Il y a près de quarante ans, lorsque je fus recruté à la Faculté des Lettres de l’Université Nationale de Côte d’Ivoire, mon doyen invita tous les collègues à fêter le nouvel an chez lui. Ce musulman très pieux, nommé depuis recteur de l'Université Musulmane de Côte d'Ivoire, appartenait à ce que Maurice Druon aurait appelé une « grande famille ». Il nous reçut avec ses deux femmes en nous gratifiant de son meilleur champagne, sans en boire une goutte. Pour ce qui est des collègues ivoiriens musulmans, ce fut selon. Certains burent le pétillant breuvage, d’autres pas.

 

J’ajoute que l’un des deux candidats au titre de docteur était un homme. Peu de temps après la soutenance, il s’adressa à ma femme en ces termes : « Nathalie, je te remercie. J’espère qu’on aura l’occasion d’écrire quelque chose ensemble. » Ben voyons ! Il lui avait donné du « Madame le Professeur » en la vouvoyant (ils se rencontraient pour la première fois). Son titre en poche, il pouvait désormais la considérer comme à son service.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

legal marketing 04/04/2017 17:57

Great post full of useful tips! My site is fairly new and I am also having a hard time getting my readers to leave comments. Analytics shows they are coming to the site but I have a feeling “nobody wants to be first”

international money transfer services 28/02/2017 10:37

Nice post! This is a very nice blog that I will definitively come back to more times this year! Thanks for informative post.

key west law firms 20/08/2016 13:03

There are so many different prospects when it comes to this subject. Thanks for sharing your knowledge on this particular aspect and making it easier for us.

adventis 10/06/2016 17:59

I have been searching for quite some time for information on this topic and no doubt your website saved my time and I got my desired information. Your post has been very helpful. Thanks.

Online fietsenwinkel zocht u? 13/05/2016 08:00

Great too the superb examine! Which will write-up is frequently acceptable an additional distinctive These kind of evening you'll uncover prepared, incorporates appointed many people. Keep obtaining of which inturn.