Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 05:58

 

 

Descartes nous explique dans son blog Pourquoi les “ Panama Papers ” n'ont aucun intérêt :

 

Je vous mets au défi de m’indiquer une chose, une seule, que vous ayez apprise grâce aux “ Panama papers ”. Alors, il faut se demander pourquoi on fait tant de raffut sur des informations que tout le monde connaît par cœur. Pourquoi tant de bonnes âmes se déclarent scandalisées en découvrant ce que tout le monde sait déjà. Pourquoi le commissaire européen aux Affaires financières, Pierre Moscovici, déclare que cette affaire doit nous pousser à lutter contre les paradis fiscaux. Aurait-il oublié que l’actuel président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker a fait la richesse de son pays grâce à des juteux arrangements qui permettaient aux multinationales de s’affranchir de l’impôt en échange de leur installation au Luxembourg ?

 

Comment expliquer que Le Monde, qui a salué l’élection de Juncker à la tête de la Commission européenne avec des articles dithyrambiques nous fasse aujourd’hui le numéro de la vierge effarouchée découvrant les turpitudes de Cahuzac ou de Porochenko ?

 

 

Perspectives communistes nous rappelle qu’il y a 70 ans, le 8 avril 1946, l’Assemblée nationale nationalisait l’énergie :

 

Marcel Paul ministre communiste de la Production industrielle monte à la tribune. Il rappelle qu’il a créé le pool de l’énergie électrique, pour mettre en commun toutes les ressources énergétiques. Il poursuit : « Allons-nous, alors, assister à je ne sais quelle concurrence entre les entreprises d’électrochimie, les entreprises électrométallurgiques, les chemins de fer et notre mécanisme national d’électricité pour l’équipement de nos chutes d’eau ? Dans ce cas, les errements du passé persisteront certainement. Nous assisterions encore à l’écrémage des meilleures chutes d’eau, à l’utilisation des meilleurs barrages, c’est-à-dire de ceux qui fournissent l’énergie la moins coûteuse. » 

 

 

Le quotidien néerlandais De Telegraaf, s’intéresse à l’évolution de l’entreprise Philips (chiffre d’affaires : 25 milliards d’euros) : Philips ne mise plus sur l’ampoule. Il y a plus juteux. Les applications paramédicales, par exemple, qui ont cet incomparable avantage de reposer sur un marché "captif" (les malades, y compris imaginaires) et subventionné par la sécurité sociale. Certes. Encore faut-il pouvoir se débarrasser des vieux rossignols. Philips s’est engagé à éjecter son département éclairage avant la fin du semestre 2016, par une mise en Bourse, ou en dénichant des repreneurs intéressés. Jusqu’il y a peu, Philips tablait sur une offre de la société Melrose mais, informe l’agence d’information financière Bloomberg, c’est tombé à l’eau. D’autres candidats repreneurs se presseraient cependant au portillon : Blackstone, Onex, Apollo Global Management et Go Scale. Point commun de ces étranges volatiles : tous des fonds d’investissement spéculatifs, de même que la société londonienne Melrose, dont Wikipedia dit, pince-sans-rire, qu’elle est "spécialisée dans l’acquisition et l’amélioration des performances de sociétés en difficulté".

 

 

Puisque nous sommes dans les polders, restons-y avec Jean-Emmanuel Ducoin qui revient dans son blog sur la mort de Johan Cruyff :

 

L’idole des années 1970, à l’Ajax d’Amsterdam puis à Barcelone, avant de devenir le plus grand entraîneur de tous les temps, n’était pas qu’une icône à l’esthétique et à la technique uniques en leur genre, mais bien, l’un de ces penseurs qui rendent la vie meilleure et donnent sens aux actions collectives les plus banales. Bien sûr, il ne s’agit là que de sport et de ballon rond, et les raisons ne manquent pas de nous détourner de ce spectacle outrageant de puissance communicative et de fric capté par quelques mains, penser qu’il n’est plus qu’un théâtre désenchanté, l’antre piétiné d’une humanité de contrebande hantée par la légende mythifiée de héros de pacotilles.

 

 

L’héritage de Cruyff a la valeur d’un petit concentré d’élaboration politique. Sur un terrain ou sur le banc de touche, il a véhiculé l’idée d’un sport au service des hommes, offensif et spectaculaire, celui dans lequel une équipe s’épanouit comme un collectif solidaire [un peu comme celle de l’émission “ Excusez-moi de vous interrompre ”], dans lequel tout individu quête sa part de bonheur à jouer en fonction des autres et pour les autres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

money transfer rates 27/02/2017 12:08

I really appreciate the kind of topics you post here. Thanks for sharing us a great information that is actually helpful. Good day!

compare conveyancing quote 19/12/2016 10:30

We believe that everyone deserves a chance at moving ahead with their lives. In our Mitigation services we strive to provide the Court with your history For our other court appointed services, our goal is to help provide the most up to date and relevant interventions

trademark service Miami 11/08/2016 16:07

Oh! What a brilliant job you’ve accomplished here. All the facts on this topic are available in this post. I have not read any article up till now that tells every little fact about a certain topic. You must be very proud of yourself. Keep this up and you shall become the best writer ever!

best pet vitamins 08/06/2016 07:53

The Usa offers a lot of choices which choosing it's possible to be difficult! Narrow lower your best choices as well as let your whole family choose.

vitamins for allergies 11/05/2016 10:02

I love reading through a post that will make men and women think. Also, thanks for allowing me to comment!