Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 05:48

 

 

Pour Bernard Tepper, qui paraphrase Jaurès dans Res Publica, le capitalisme porte en lui l’extrême droite comme la nuée porte l’orage :

 

Ce détournement de la formule de Jean Jaurès est aussi vrai que l’original, même si à un siècle de distance la catastrophe annoncée n’a pas le même visage. Après la Hongrie, la Slovaquie, la Pologne, il s’en est fallu d’un cheveu en Autriche le 22 mai dernier pour que le représentant du parti FPÖ ne l’emporte.

 

En France, comme dans d’autres pays en crise, l’extrême droite se développe à pas de géant en l’absence d’une vraie gauche de gauche. Comme dans les années 30, l’extrême droite est utilisée par l’oligarchie capitaliste quand l’alternance sans alternative entre les néolibéraux de droite et les néolibéraux de gauche ne suffit plus à assurer la défense de ses propres intérêts dans un contexte d’incertitude des profits et de dégradation de la rente.

 

 

Politis prône la séparation des banques et de l’État.

77 énarques contrôlent les quatre principales banques françaises !

La « séparation du Medef et de l’État » est une exigence qui monte dans le mouvement contre la loi travail. Le 20 mai, l’assemblée populaire de Nuit debout, devant le siège du Medef, a lancé un appel à des actions en ce sens, exigeant « le départ du Medef des caisses sociales » et « l’interdiction des tourniquets entre public et privé ».

 

 

A quoi joue le gouvernement et sa police, demande Jean-Emmanuel Ducoin dans son blog ?

 

La France va mal. Tellement mal que, non contente de refermer toutes les perspectives alternatives au libéralisme destructeur, elle cogne désormais sur ses enfants. Et pas n’importe comment : avec un acharnement si frappé d’impunité qu’elle fera rougir de honte les historiens du futur quand ils se pencheront sur cette période singulière qui a vu cette gauche dite « de gouvernement » passer définitivement à droite, même du côté de la répression. Il s’opère à vue un changement de régime affectif et politique, une espèce de mutation d’attitude « envers » la politique et « par » la politique – à moins qu’il ne s’agisse d’un retour en arrière brutal, digne des années 1950 ou 1960, quand les ministres de l’Intérieur et leurs services affidés disposaient de tous les moyens pour maintenir l’« ordre », cet « ordre » qui ne dit pas son nom mais signifie bien autre chose que la « sécurité » des citoyens dans un État de droit.

 

 

L’Humanité nous rappelle que le bureau du Sénat a décidé « qu'il n'y avait pas lieu de saisir la justice » pour faux témoignage à l’encontre de Frédéric Oudéa, patron de la banque Société Générale. Une décision scandaleuse et prise en toute opacité, dénoncée par les sénateurs communistes. Pourtant, les faits sont têtus. Frédéric Oudéa avait affirmé en 2012 sous serment que la Société Générale « avait fermé ses implantations et n’avait plus d’“ activités au Panama ” ». Pourtant les révélations des “ Panama Papers ”, début avril, prouvaient le contraire.

 

 

Toujours dans l’Humanité, une étude montre la relation entre les difficultés économiques et la santé : En classant les cancers selon deux catégories : « ceux que l'on peut traiter » dont le taux de survie est supérieur à plus de 50% et les “ incurables ” dont la survie est inférieure à 10%, des chercheurs étasuniens et britanniques ont pu démontrer le lien entre chômage et surmortalité. « Ce qui montre l'importance d'un accès aux soins », disent pudiquement les chercheurs. Autrement dit l’austérité tue.

 

Dans le détail, une hausse de 1% du chômage a été associée à 0,37 mort par cancer supplémentaire pour 100 000 habitants.

 

Le chômage est en plus à l'origine de quelque 45 000 suicides chaque année dans 63 pays, dont les économies occidentales. Une autre étude menée par l'Institut français pour la santé et la recherche médicale (Inserm) et publiée en mars 2015 avait mis en évidence une « surmortalité très importante » chez les chômeurs, presque trois fois supérieure à celle des non-chômeurs. Le chômage a notamment « des effets majeurs sur la survenue d'accidents cardiovasculaires et de pathologies chroniques », observaient les chercheurs.

Revue de Presse (169)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

JANCAP 01/06/2016 20:38

Pour Bernard Tepper, "le capitalisme porte en lui l'extrême droite comme la nuée porte l'orage". C'est un fait, certes, mais le capitalisme ne porte pas toujours l'extrême droite au pouvoir. Il l'utilise.
Cette manière de déplacer le problème fait l'impasse sur un postulat bien plus grave qui concerne le 20ème siècle en Europe : chaque fois que les Gauches trahissent ou désespèrent les Peuples, elles induisent toujours une montée des extrêmes droites fascistes et populistes, parfois jusqu'au pouvoir par les urnes.
Dans notre Europe néolibérale mafieuse (au sens littéral du terme), la trahison des "gauches" de gouvernement et l'émiettement des autres composantes de la Gauche qui la rendent irresponsable et dérisoire, provoquent la montée des périls fascistes. Jusqu'au pouvoir réel ? On peut le craindre.
Et là, ce sont les Gauches qui portent l'extrême droite comme la nuée porte l'orage...

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche