Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 06:07

Nicole Masson fut ma collègue à l'université de Poitiers où elle enseigne la littérature française du XVIIIème siècle. Elle est une grande spécialiste de Voltaire et préside la Société Rétif de la Bretonne. Très éclectique, elle a écrit plusieurs ouvrages sur les jeux.

 

Elle a publié récemment Les Victoires du Front populaire aux éditions du Chêne (préfacé par Jack Lang). 1936, le temps où un gouvernement de gauche donnait au peuple le sourire et de bonnes raisons d'espérer. Cet été, Télérama va consacrer cinq épisodes à ce grand moment de notre histoire. Dans le premier, il donne longuement la parole à Nicole Masson. Extraits.

 

L'engagement et le soutien des intellectuels Paul Langevin, Jean-Richard Bloch ou André Malraux m'ont touchée. Il est assez bouleversant de considérer les destins de Jean Zay, ministre de l'Education nationale et des Beaux-Arts, ou de Léo Lagrande, sous-secrétaire d'Etat aux loisirs et aux sports. Au-delà de leur propre dessins politiques, ils avaient des visions et des ambitions pour leur pays, voulaient développer les loisirs, l'éducation et la culture pour tous. Ils étaient intègres et auraient pu encore faire de grandes choses s'ils n'avaient pas été fauchés quelques années plus tard. […] C'est une génération d'hommes politiques et d'intellectuels dont l'intégrité force le respect.

 

 

 

 

[…] Le parti communiste décide d'abandonner la tactique classe contre classe pour privilégier le front commun contre le fascisme. Si l'on ne s'adresse pas aux classes moyennes, elles risquent de basculer du côté des ligues d'extrême droite. C'est une réflexion que l'on pourrait avoir aujourd'hui : pourquoi une parti des classes moyennes vote-telle pour le Front national ?

 

[…] L'autre point à souligner est la rapidité des décisons et de leur application. En douze mois, 24 lois ont été votées, sans atermoiement, et les décrets sont tout de suite signés. Le Front populaire arrive au pouvoir début juin et quelques semaines après les gens partent en vacances. Aujourd'hui, ça paraît extraordinaire.

 

[…] Je retiens aussi cet extraordinaire foisonnement culturel qui ne répondait pas à une revendication particulière.

 

[…] Ce sont tous ces aspects qui me passionnent dans juin 1936 : encourager le foisonnement culturel, enchanter le monde, redonner de la vigueur aux raisons d'espérer, m^eme en période de crise. Des hommes comme Jean Zay étaient en première ligne de ces ambitions. On pourrait se poser la question de savoir qui est aujourd'hui pôrteur d'un tel discours.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

Masson 13/07/2016 07:54

Merci Bernard de mettre ainsi en avant cet article. Ça fait plaisir !
J'ai quitté Poitiers depuis maintenant 5 ans et je consacre tout mon temps à écrire. J'espère que tout va bien pour toi.
Amitiés.
Nicole

Gensane 13/07/2016 10:36

Tout baigne. Je réside à Lyon où ma femme a eu sa promotion à Lyon 2, la fac stakhanoviste par excellence. Nous avons deux filles, 14 et 12, qui nous donnent, pour l'instant, que des satisfactions.
Comme j'ai des cheveux et qu'ils ne sont pas trop blancs, on me donne 10 ans de moins que mon âge, mais mes artères ont 68 ans...
Porte-toi bien,
Bernard

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche