Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 05:06

Sylvie Braibant vient de publier un très bon article sur TV5 Monde. Extraits :

 

Le 4 septembre 2016, mère Teresa devient sainte. Les hommages et les images pieuses pleuvent sur cette icône albanaise devenue indienne. Mais les critiques se font aussi entendre pour évoquer celle dont les méthodes managériales étaient rudes et les idées ultra-conservatrices, bien peu émancipatrices pour les femmes.

 

Mère Teresa, sainte, pour l'éternité des éternités. Une sanctification achevée au terme d'une canonisation hagiographique dont le Vatican a le secret. "Si jamais je deviens une sainte, ce sera sûrement une des ténèbres. Je serais en permanence absente du paradis, afin d'aller allumer une torche pour ceux plongés dans les ténèbres sur terre", écrivait en 1959 celle qui avait en tout cas le don de voir l'ascension de son destin et de sa popularité.

 

Le paradis et les ténèbres

 

D'un côté de la balance, une empathie extrême pour les plus démunis de cette “sainte des caniveaux” ; une stakhanoviste de la charité, nom qu'elle donna à sa congrégation de missionnaires aux saris blanc bordés de bleu, aujourd'hui au nombre de 5 000 réparties dans 132 pays ; l'édification de maisons pour les lépreux, les mères célibataires, les malades mentaux ou encore ceux du sida. Ce qui lui vaut un prix Nobel de la Paix en 1979 et une canonisation express en 2003, à peine cinq ans après son décès.

 

Sur l'autre plateau de la balance, un penchant certain pour la mortification, une exaltation de la religion sans jamais s'attaquer aux racines de la pauvreté, un refus de s'inscrire dans le social, un rejet viscéral de la contraception et de l'avortement – même en cas de viol, le mépris du divorce, des liaisons parfois dangereuses avec des donateurs ou des chefs d'Etat.

 

Des positions qui se faisaient entendre dans ses mots. Dans son discours de récipiendaire à Oslo en 1979, elle lance d'abord ceci : « Je suis sûre que cette récompense va conduire à un amour compréhensif entre les riches et les pauvres ».  Ou encore : « Nous ne sommes pas là pour faire du travail social ! »

 

Puis cela : « L'avortement est la plus grande force de destruction de la paix aujourd'hui, par le meurtre d'innocents enfants, un meurtre commis directement par la mère elle-même. Que signifie de s'entretuer ainsi ? Même si les mères oublient leurs enfants tués, moi je n'oublierai pas ces millions d'enfants non nés parce que tués. Et personne ne parle d'eux. Pour moi, les pays qui légalisent l'avortement sont de pauvres nations ».

 

Pas question donc de remettre en question l'ordre social ou moral. Il y avait même chez elle, une certaine complaisance à la contemplation de la misère du monde : « Il y a quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort, à le subir comme la passion du Christ. Le monde gagne beaucoup à leur souffrance ».

 

Contre le droit à l'avortement et contre l'autonomisation des femmes

 

Dans une charge polémique (datant de 2003 et republiée par le site Slate en décembre 2015), le journaliste Christopher Hitchens (aujourd'hui décédé) tente de détruire l'icône et sa sanctification, et va jusqu'à dénoncer une imposture de l'Eglise catholique en général et de Jean-Paul II en particulier dans l'édification de cette sainte.

 

« Mère Teresa n'était pas une amie des pauvres. Elle était une amie de la pauvreté. Elle disait que la souffrance était un cadeau de Dieu. Elle passera sa vie à combattre le seul traitement connu contre la misère – l'autonomisation des femmes et leur émancipation d'une existence de bêtes de somme à la reproduction obligatoirement compulsive. Et elle était une amie des pires des riches, qui profita des biens mal acquis de l'atroce famille Duvalier en Haïti ou des largesses du banquier Charles Keating, du scandale éponyme. Où sont allés tout cet argent, toutes ces donations ? A sa mort, son hospice de Calcutta était aussi délabré que de son vivant – malade, elle préférera se faire soigner dans des cliniques privées californiennes – et son ordre refusera toujours l'audit.

 

L'envers du décor vu de Calcutta

 

Aroup Chatterjee, médecin originaire de Calcutta et établi au Royaume Uni, a publié au printemps 2016 un livre à charge contre la future sainte : Mother Teresa, The Untold Story (Mère Teresa, l'histoire non dite). Interrogé par New Asian Writing, il explique pourquoi, lui, médecin, il s'est lancé dans cette aventure qui lui a valu pas mal de coups : « Quand je suis arrivé à Londres, je me suis rendu compte que Calcutta était devenue synonyme de Teresa et plus inquiétant encore, que tout le monde était convaincu que  Calcutta était infestée par la lèpre et d'autres maladies contagieuses et que seule Teresa nous secourait : qu'elle nous nourrissait, qu'elle nous habillait, qu'elle nous envoyait à l'école, et même qu'elle s'occupait de notre crémation quand nous mourrions. Alors qu'à Calcutta même, où j'ai grandi, presque personne ne la connaissait. Mon livre est une enquête et une analyse autour de sa vie de ses idéaux. Pour ma part je pense qu'empêcher des femmes violées d'avorter est fautif ; que les inciter à ne pas recourir à la contraception est fautif ; qu'utiliser des seringues usagées sur des pauvres est fautif ; que vendre des enfants abandonnés à des couples catholiques est fautif. Je dispose de preuves sur la vente d'un enfant par Mère Teresa à des Belges après falsification de son dossier. Et elle affirme elle-même avoir converti 29 000 personnes. Ce ne sont pas des suppositions mais des faits. »

 

Miracle or not miracle ?

 

Le processus même de sa béatification fut mis en cause. Le futur saint doit avoir obtenu deux miracles, l'un pour la béatification, l'autre pour la canonisation, signes de sa proximité avec Dieu. Dans le cas de Mère Teresa, il y aurait eu la guérison en 1998 d'une Indienne qui souffrait d'un cancer, puis celle en 2008 d'un Brésilien atteint de tumeurs au cerveau. Même si pour les membres de sa congrégation, elle était déjà sainte depuis le jour de sa mort le 5 septembre 1997.

 

Des faits fortement contestés par ses détracteurs  : "Un an après sa mort en 1997, une jeune Bangladaise atteinte d’un cancer, Monica Besra, se rend dans un centre des Missionnaires de la charité, l’organisation fondée par Mère Teresa. Elle raconte à Libération qu’elle a « immédiatement été frappée par un rayon de lumière qui émanait du portrait de Mère Teresa ». Elle se couche quelques heures plus tard, une médaille bénite par la « sœur des pauvres » apposée sur son ventre, et se réveille… guérie : “Mère Teresa était revenue pour me soigner” ».

 

C’est ce témoignage, retenu par le Vatican, qui a permis à la religieuse d’être béatifiée. Un témoignage douteux, contesté par les médecins de la jeune Bangladaise, comme le gynécologue Ranjan Mustafi : « J’ai examiné Monica Besra en mai 1998 à l’hôpital de Balurghat et j’ai diagnostiqué une méningite tuberculeuse. Elle a ensuite suivi un traitement antituberculeux pendant neuf mois, d’où sa guérison. C’était un problème médical qui a été soigné par la science, rien de plus. »

 

Mais le 4 septembre 2016, ces broutilles qui font tâche seront définitivement effacées par le pape François, comme elles l'ont été par les hagiographies filmiques (elle fut même incarnée par Geraldine Chaplin dans Mother Terese - In the name of God's poor de Kevin Connor), les innombrables reportages ou documentaires évoquant l'action et la vie de Mère Teresa.

 

 

PS : À propos de mère Teresa, voici ce qu’en disait Anal Edamaruku, Secrétaire Général de l’ Association Rationaliste Indiene et président de Rationalist International :

« On considère l’Inde, et spécialement Calcutta, comme le principal bénéficiaire des célèbres “bonnes oeuvres” de Mère Teresa envers les pauvres, et qui ont fait d’elle la catholique la plus fameuse de notre temps, un Prix Nobel de la Paix, et une sainte vivante. Mais quand j’examine ce qu’elle a fait ici, je pense que l’Inde n’a aucune raison de lui être reconnaissante » a déclaré Sanal Edamaruku, Secrétaire Général de l’Association Rationaliste Indienne et Président de Rationalist International, dans une intervention faite à l’occasion de la béatification de Mère Teresa aujourd’hui. Et il poursuit :

« Mère Teresa a fait une mauvaise réputation à Calcutta, donnant de la métropole indienne, belle, attachante, vivante, et culturellement riche, l’image même de la saleté, de la misère, du désespoir et de la mort. Présentée comme un immense cloaque, elle est devenue la toile de fond de son oeuvre de charité très spéciale. Son ordre n’est que l’une parmi quelque 200 organisations caritatives qui s’efforcent d’aider les habitants des bas-fonds de Calcutta à construire un avenir meilleur. Sur le terrain, il n’est ni très visible, ni très actif. Mais d’énormes campagnes, comme celle qui fut faite autour de cette histoire sans aucun fondement de son école pour 5000 enfants des bas-quartiers, ont donné à ses institutions une énorme publicité internationale. Et suscité des dons énormes !

Mère Teresa a récolté des millions et des millions de dollars (certains disent des milliards) au nom des indiens pauvres - et bien plus encore au nom des pauvres des autres "égouts" partout dans le monde. Où est allé tout cet argent ? Il n’est certainement pas utilisé pour améliorer le sort de ceux à qui il était destiné. Les religieuses vont leur distribuer quelques bols de soupe, et donner un refuge et des soins à quelques malades et souffrants. Et pourtant l’ordre le plus riche au monde n’est pas vraiment généreux, car il vise à leur apprendre le charme de la pauvreté : “La souffrance des pauvres est quelque chose de très beau, et la noblesse de cet exemple de misère et de souffrance est une grande leçon pour le monde” a dit Mère Teresa. Devons-nous être reconnaissants pour un tel sermon, venant d’une milliardaire excentrique ? 


La belle histoire de ses Maisons pour les mourants a tiré des larmes au monde entier. La réalité, pourtant, est scandaleuse : dans ces petites maisons primitives et surpeuplées, de nombreux malades doivent partager leur lit avec d’autres. Sans souci de l’hygiène, alors que nombreux sont ceux qui sont atteints de tuberculose, du SIDA ou autre maladie hautement infectieuse. Les patients sont soignés avec de belles paroles et des médicaments insuffisants - voire périmés, administrés avec de vieilles aiguilles, lavées à l’eau tiède.

On peut y entendre les cris de ceux à qui l’on extirpe des vers de leurs plaies ouvertes sans anesthésie. Par principe, on n’administre pas de calmants puissants, même dans les cas graves, car selon la curieuse philosophie de Mère Teresa, “C’est le plus beau cadeau pour un être que de pouvoir participer à la souffrance du Christ”.

Un jour elle a tenté de réconforter un malade qui hurlait de douleur en lui disant : “Vous souffrez, cela veut dire que Jésus vous embrasse !” L’homme devint furieux et répondit en hurlant : "Alors dites à votre Jésus qu’il arrête de m’embrasser !” Devons-nous éprouver de la reconnaissance parce que nous sommes les victimes de cette charité d’un genre très spécial ? Pouvons-nous tolérer que des gens ignorants et sans défense soient utilisés comme figurants dans le drame religieux, inhumain et cruel, de la souffrance du Christ ?

Quand Mère Teresa a reçu le Prix Nobel de la Paix, elle a profité de l’occasion que lui offrait son discours prononcé à Oslo et diffusé par les télévisions du monde entier pour déclarer que l’avortement était le mal le plus grand au monde, et elle a lancé un appel enflammé contre la régulation des naissances. Elle a reconnu que son oeuvre de charité n’était qu’une partie du grand combat contre l’avortement et le contrôle des naissances. Cette position fondamentaliste est une gifle envers l’Inde et les autres pays du Tiers Monde, pour lesquels le contrôle des naissances est l’un des leviers les plus importants du développement et des transformations sociales. Devons-nous être reconnaissants à Mère Teresa de mener son offensive de propagande contre nous avec l’argent qu’elle a collecté en notre nom ?

Mère Teresa n’a pas servi les pauvres de Calcutta, elle a servi les riches d’Occident. Elle les a aidés à surmonter leur mauvaise conscience en obtenant d’eux des milliards de dollars. Certains de ses donateurs ont été des dictateurs et des criminels, qui ont ainsi tenté de se blanchir. Ce n’est pas pour rien que Mère Teresa les a encensés. Mais la plupart de ceux qui l’ont soutenue, pourtant, étaient des gens honnêtes ; ils l’ont fait de bon coeur et avec de bonnes intentions, mais ils ont succombé à l’illusion que la "madone des bas-fonds" allait sécher toutes les larmes, mettre fin à la misère, et faire cesser toutes les injustices dans le monde. Ceux qui tombent amoureux d’une illusion refusent le plus souvent de voir la réalité en face

 

 

Sainte (?) Mère Teresa

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

camtecelectrical.com.au 05/11/2016 09:27

Very informative post! There is a lot of information here that can help any business get started with a successful social networking campaign.

native american jewelry 19/09/2016 03:49

This post has helped me for an article which I am writing. Thank you for giving me another point of view on this topic. Now I can easily complete my article.

pschitt 15/09/2016 18:33

et fidel castro qui reçoit le pape en 2015 ça vous inspire quoi ?

Michèle 15/09/2016 14:41

merci pour cet article !
Mais où sont donc passés les sous ?

pschitt 14/09/2016 18:42

En prévision d'un prochain " jet " sur un ami commun , auriez vous l'obligeance d' expliquer au pauvre pitre que je suis la différence entre un dalai lama serrant la main d'un macron et un castro serrant la main d'un obama ?
j'en profite pour vous rafraichir un peu la mémoire quant à vos citations que j'adore et l'utilisation que vous en faites ;
Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara

Parmi vos grands amis révolutionnaires j'en concluerai que certains n'ont plus cette qualité et que la retraite approche à grands pas

Un vrai ami leur conseillerai de prendre leur retraite et d'aller profiter enfin de ses proches .....