Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 05:51

Décidément, nos amis alsaciens aiment la proximité de Dieu. En novembre 2014, j'avais publié un article sur l'enseignement de la finance islamique dans l'université publique de Strasbourg.

 

Un prêtre, enseignant, chercheur, fonctionnaire, va peut-être présider aux destinées de l'UNISTRA. Une question que certains se posent : un individu ayant prêté allégeance à l'Église peut-il présider une université de la République ?

 

Je propose à ce sujet la réflexion de l'association laïque EGALE.

 

L’Université de Strasbourg, est un fleuron du système d’enseignement supérieur et de recherche français, le cinquième établissement de notre pays, si l’on en croit le « Classement de Shanghai ». Or, il est envisagé l’élection au siège de président de l’UNISTRA, fonction loin d’être uniquement honorifique, d’un prêtre catholique.

 

Il n’est évidemment pas question ici de mettre en cause les capacités intellectuelles ni la moralité du candidat, Michel Deneken, spécialiste de christologie et d’ecclésiologie, ancien Doyen de la Faculté de théologie catholique. Il convient seulement de rappeler le statut de cette faculté et de ses membres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au centre : Michel Deneken

 

La Faculté de théologie catholique de Strasbourg est une création de l’Empire d’Allemagne à l’époque où celui-ci avait annexé l’Alsace. Le 5 décembre 1902, une Convention est signée, entre le Vatican et le Gouvernement impérial, une Convention en vue de l’érection d’une Faculté de théologie. Elle précise que :

 

- « la nomination des professeurs se fera après entente préalable avec l’évêque. Avant d’entrer en fonction, les professeurs auront à faire la profession de foi entre les mains du Doyen, selon les formes et règles de l’Église »

 

-  « Si la preuve est fournie par l’autorité ecclésiastique qu’un des professeurs doit être considéré comme incapable de continuer son professorat […] pour manque d’orthodoxie[…], le Gouvernement […] prendra les mesures propres à faire cesser la participation dudit professeur aux affaires confiées à la Faculté ».

 

Cette Convention fut confirmée après le retour de l’Alsace à la France, en 1923, et reste ainsi toujours en vigueur.

 

 « Je suis un fonctionnaire d’État » ne cesse de répéter Monsieur Deneken…actuel vice-président de l’UNISTRA et candidat à la présidence. Un fonctionnaire bien particulier, avec une double allégeance, à la France et au Vatican !

 

 On est en droit de s’inquiéter de la « liberté » d’un président qui a prêté allégeance à l’Église, comme on peut craindre pour la liberté des recherches acceptées par l’université si doivent être exclus par principe les thèmes non approuvés par l’Église. On peut aussi redouter de voir s’installer durablement la confusion entre science et spiritualité comme ce fut le cas, le 19 septembre dernier, lors d’un colloque scientifique organisé en présence …du Dalaï lama. Ce colloque était organisé par le même Michel Deneken qui brigue aujourd’hui la présidence de l’université.

 

Source


Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

CanluCat 28/10/2016 00:05

Au début des années 70, lorsque je fréquentais le collège de Soultz, en 6è et 5è, les cours de biologie (la SVT n'existait pas encore), dans ma classe, étaient enseignés par une soeur, soeur Marie-Elisabeth, qui pratiquait dans son costume de soeur (voilée, en noir et blanc et grosse croix sur la poitrine). Mais ce n'est pas tout. Cette religieuse ne notait jamais au-dessus de 18 sur 20 parce que "le 19 et le 20/20 sont pour le Bon dieu, car seul le bon dieu est perfection" (soeur Marie-Elisabeth dixit !) !
Il faut également rappeler que les cours de religion, dans les trois départements "allemands" étaient obligatoires jusqu'en classes de terminale ! En d'autres termes - par rapport aux autres académies où il fallait demander expressément à suivre de cours de catéchisme (en dehors de la scolarité), dans les académies de Strasbourg et de Metz il fallait demander l'autorisation de NE PAS participer aux cours de religion dans les écoles publiques (et qui, dans le même temps, remplaçaient une heure d'une autre matière, en général le Français ou les mathématiques ; soit, au bas mot, sur une scolarité de la 6è à la terminale, plus de 200 heures de maths, ou de Français, en moins par rapport aux élèves des autres académies !!!). Heureusement, cette particularité à été supprimée pour la rentrée scolaire de 2012 (même si, dans les faits, elle n'était plus pratiquée depuis plusieurs années, sauf cas exceptionnels, notamment dans les collèges de campagne et des écoles élémentaires hors des villes. Et, effectivement, si je ne me trompe pas, en Alsace et Moselle, les religieux sont des fonctionnaires dont la rémunération est calée sur la grille indiciaire des enseignants (toutefois, nos élus, tout en demandant la réduction drastique du nombre de fonctionnaires, ne ciblent absolument pas ces fonctionnaires là !).
Par contre, il ne faut toutefois pas oublier que, dans son immense majorité, le Droit Local représente des avantages sociaux et législatifs dont feraient bien de s'inspirer nos concitoyens de "l'intérieur" au lieu de vouloir nous la supprimer, souvent par méconnaissance et/ou par jalousie. Comme Rocard l'a fait, mais en moins bien, en s'inspirant de notre Droit Local pour mettre en place le RMI (en Alsace-Moselle, les municipalités doivent prendre soin de "l'indigent" et ne doivent pas l'abandonner).
Ici, les tribunaux de commerce sont présidés par des magistrats professionnels (ce qui évite les captations d'entreprises concurrentes, par exemple, lorsqu'ils sont présidés exclusivement pas des magistrat chef d'entreprise).
Ici, n'importe qui (avec le bagage universitaire adéquat) peut s'installer en tant que notaire et huissier (par d'héritage de père en fils) ; et, si je ne me trompe pas, il n'y a pas de limite comme dans le reste de la France par rapport à la concentration de population. Ici, pendant très longtemps, les magasins alimentaires n'ouvraient pas le dimanche et, pendant des décennies, nous vivions très bien sans avoir, par exemple, du pain croustillant le dimanche ; mais sous les coups de boutoir de nos hypocrites chrétiens (je me souviens des cours de catéchismes durant lesquels les curés nous indiquaient que le dimanche était jour de repos parce que Dieu, le 7è jour, s'est reposé...) qui font ouvrir tous les commerces le dimanche (remarquez que c'est pire en Pologne : le dimanche tous les commerces sont ouverts jusqu'à 22 heures ; c'est beau les convictions religieuses).
Mais ici, c'est également une prise en charge par la sécurité sociale locale à un plus haut niveau (90% la visite médicale au lieu de 70% pour le reste de la France, pour 1,25% de cotisations en plus (et pour une Sécu locale bénéficiaire, elle !) ; donc, des cotisations de mutuelles complémentaires inférieures pour une couverture équivalente ; pas de jour de carence en cas de maladie, aussi bien pour le "Public territorial" que pour le "Privé" ; pas de "forfait hospitalier" (pris en charge par notre régime local).
Ici, c'est également 13 jours de congés ( au lieu de 11). Certes, il s'agit de deux jours religieux (mais comme beaucoup de nos jours de congés : Noël, Lundi de Paques, 15 août, Ascension, Pentecôte : le Vendredi Saint et la Saint-Etienne. Mais je suis de ceux qui ne crachent pas sur des jours de repos (comme je le dis à tous ceux qui me disent que les Français ne travaillent pas asez : "alors donne moi tes 5 semaines de congés si tu estimes être un fainéant"...). Etc.
Par contre, je n'ai jamais vu, même ici, de religieux prendre la tête d'un établissement d'enseignement public (mais je ne sais pas tout...).

Michèle 25/10/2016 15:46

Oui Bernard. Quant on rempli son dossier d´entrée à l´hopital aussi !
Pour le monde du travail je crois savoir que c´est pour les impots qui sont collectés par l´état et redistribué ainsi aux religions. Les Eglises et leurs ministres du cultes n´ont pas de problème de fin de mois.
A, que j´aime ma France et sa laicité...!
C´est un monde que j´adore, hihihi.

Michèle 25/10/2016 12:23

Tagada tagada voilà les Dalton....Et revoilà les Eglises ....
Ici en Germany des hopitaux, des écoles, des crèches...sont gérés par les catholiques ou les protestants...Je ne peux vous en dire plus, ne connais pas bien le système mais un de vos amis Cher Bernard pourra certainement vous en dire plus.
Bien sur que la religion s´invite dans l´administration....Problème à l´embauche si vous etes divorcé par exemple.
Je ne peux imaginer qu´un pretre à la tete de l´université soit neutre. Et avec quelles spécialités..J´en tremble.

Gensane 25/10/2016 13:47

A Michèle. l'Allemagne n'est pas un pays laïc. Lorsqu'on candidate, par exemple dans une université, on donne sa religion (ou son absence).

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche