Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 06:22

Bormes-les-Mimosas est une charmante bourgade de 8 000 habitants au sud du massif des Maures dans le Var. Le Fort de Brégançon y est situé.

 

Je vous vois venir : on doit y voter à droite plein pot. En fait, plus que ça encore : aux dernières élections municipales, trois listes de droite ont entièrement raflé la mise.

 

Bizarrement, juste en face de l’Hôtel de ville, se dresse un monument « à la gloire de la Révolution française ». Vous avez bien lu : ce monument n’est pas dédié « à la République française », mais à la Révolution, sans laquelle, on le sait bien, il n’y aurait pas eu de République.

 

Il est l’œuvre du sculpteur Hyppolite Moreau (1832-1927), dont les œuvres sont pour la plupart conservées au musées des beaux-arts de Dijon.

 

Je ne sais rien sur ce qui a motivé ce monument qui détonne quelque peu dans ce gros village où Sarkozy avait cartonné à 71% lors de l’élection présidentielle de 2012 et qui inspire à BFM-TV des reportages dignes du Prix Albert Londres.

Bormes-les-Mimosas et la Révolution française

Un correspondant (Xipetotec) m'écrit ceci :

 

Si c'était le cas (la thèse anarchiste de la "révolution bourgeoise") on trouverait ce genre de monument partout. Mais ce n'est pas le cas. Pas plus qu'il n'existe pléthore de monuments "à la République". Car à l'instar d'Adolphe Thiers, la bourgeoisie monarchiste et catholique n'a jamais été "républicaine".

Donc il s'agit évidemment d'un sujet à creuser. Merci à vous pour cette trouvaille.

Première réflexion : la Côte varoise, avant de voter massivement à droite, fut un bastion du communisme. C'est l'une des zones libérales et égalitaires qui, avec le Bassin parisien, ont fait la Révolution.

Selon la base Mérimée, l'inventaire du patrimoine, le monument a été érigé en 1892. Il s'agit peut-être d'un projet initié lors du centenaire de 1889. Peut-être à l'occasion du centenaire de la première République.

Un historique de l'orchestre La Seynoise confirme que l'inauguration coincide avec la célébration de la République. Le maire était Alexandre Vigourel, maire radical-socialiste de 1878 à 1911. L'inauguration fut suivie d'un grand banquet présidé par son ami le poète Jean Aicard, un saint-simonien, républicain très actif sous la Monarchie de Juillet (qui participa aussi aux fêtes de la République à Toulon). Aicard écrivit "Maurin des Maures" à Bormes, chez Vigourel.

Il existe un monument à la gloire de la Révolution à Aix, mais inauguré en 1792.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche