Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 06:45

Je me promenais récemment au pied de Fourvière (où je n'ai toujours pas rencontré la Vierge), sur la place Saint-Jean qui fait face à la primatiale Saint-Jean. C’est un endroit magnifique qui attire de nombreux touristes. Ce jour-là, la place était remplie de groupes chapeautés par des guides. En longeant l’un de ces groupes, j’entendis d’une oreille un peu vagabonde le guide (une femme) dire « boire un canon ». Comme je trouvais cette expression un peu incongrue dans un tel contexte, je m’arrêtai pour écouter la guide expliquer à ses touristes tout ouïe l’origine de cette expression. Elle créa un petit suspense (et se rendit intéressante) en amorçant son explication par une phrase du genre : « Vous allez être étonnés quand je vous aurai dit d’où vient cette expression prononcée pour la première fois à Lyon ».

 

Elle fit alors appel à Henri IV quand il rencontra pour la première fois sa femme Marie de Médicis qui appartenait – il faut toujours joindre l’utile à l’agréable – à une famille de banquiers italiens à qui le royaume de France devait beaucoup d’argent. Une première cérémonie de mariage avait eu lieu en Toscane, par procuration, Henri s’étant fait représenter par son favori Roger de Bellegarde, pas jusque dans le lit de la dame, j'imagine.

 

Bref, la rencontre au sommet eut donc lieu à Lyon. Henri ne s'était même pas déplacé jusqu’à Marseille pour accueillir sa future et les 2 000 personnes qui l’accompagnaient. Quant à moi, j’allais enfin connaître l’origine de cette expression aujourd’hui malheureusement ringarde lorsque la guide s’avisa de ma présence et me demanda d’un regard noir et haineux : « Monsieur, vous faites partie de ce groupe ? »

 

  • Non, lui répondis-je, et vous le savez bien, j’attends la solution du canon.
  • Monsieur, me dit-elle, les membres de ce groupe ont payé pour m’écouter, je vous demande donc de ne pas rester ici.
  • Madame, vous êtes nulle, lui dis-je.
  • Monsieur, vous pourriez être courtois.
  • Alors, Madame, je vous le dis courtoisement, vous êtes très nulle.

 

L’un des membres du groupe me souffla à l’oreille : « Vous avez raison ». Les autres se partagèrent entre sidération et amusement.

 

 

Sur ce, je quittai la place mais, en bon lecteur de Claude Duneton (même s’il fut pleuré par l’Action Française) et d’Alain Rey, je me dis que cette référence à Henri IV avait l’air un peu tirée par les poils de la barbe du bon roi.

 

Au XVIe siècle, le canon était une mesure utilisée pour le vin et les alcools (1/16e de pinte, donc un gros dé à coudre). Le « coup » signifiait, depuis le XIVe siècle, la quantité de liquide que l’on peut boire en une seule fois. D’où l’expression « boire un coup ». Selon certains, le mot « canon » aurait peut-être à voir avec la franc-maçonnerie, les frères tapant leur verre sur la table avant d’en ingurgiter le contenu.

 

En tout état de cause, et selon Alain Rey, l’expression date de 1826, Ravaillac ayant sévi depuis longtemps.

 

Moralité : les touristes francs-comtois côtoyés une minute durant n’en avaient même pas eu pour leur argent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Tranches de vie
commenter cet article

commentaires

Adario 27/12/2016 12:29

Et de plus... "un coup de canon" ! Wahouh ! On en redemande, c'est pas tous les jours Noël !

jean-jacques clement 25/12/2016 10:05

Au fait,la guide elle était canon? Même si elle tirait sur la nullitude...

Gensane 25/12/2016 10:43

Mais qu'est-ce que c'est que ce sexisme ? J'ai eu peur que tu me demandes d'expliquer l'expression "tirer un coup" ...

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche