Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 06:26

 

Huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, une situation "indécente" qui "exacerbe les inégalités", dénonce l'ONG britannique Oxfam dans un rapport publié en amont du Forum Économique Mondial qui s’est tenu à Davos.

 

"Il est indécent que tant de richesses soit concentrée dans les mains d'une si infime minorité, quand on sait qu'une personne sur dix dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour", affirme la porte-parole d'Oxfam France Manon Aubry.

Selon le rapport, le premier super-milliardaire du monde "pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards de dollars dans 25 ans à peine". Pour dépenser cette somme, il faudrait "débourser un million de dollars par jour pendant 2738 ans", souligne-t-elle.

La France n'échappe pas aux critiques d'Oxfam. Selon l'étude, 21 milliardaires possédaient autant que les 40% les plus pauvres de la population française en 2016.

 

 

 

 

Christophe Trontin brosse dans le Grand Soir un tableau très sombre des Etats-Unis : « Les politiques à court terme, la corruption massive, les dépenses inconsidérées entraînées par les récentes aventures militaires, ont provoqué un chaos intérieur bien analysé par quelques observateurs étrangers et parfaitement ignoré par la plupart des analystes étasuniens, dans un curieux exercice de déni médiatique. Bernie Sanders était bien seul à tirer la sonnette d’alarme, et même s’il fut écouté par un grand nombre de citoyens des classes modestes, il a rapidement été écarté par Mme Clinton et l’élite libérale du Congrès démocratique. Endettement massif des étudiants, surpopulation carcérale exponentielle, police détroussant impunément les citoyens, populisme échevelé des juges, ravages des prêts usuriers dans les classes populaires, absence de protection sociale des travailleurs pauvres, inégalités de revenus et de patrimoines dépassant tous les records historiques connus, retour des tensions raciales... La société étasunienne est malade, son état se dégrade, et la présence d’armes à feu dans chaque tiroir de commode du pays est une bombe à retardement qui attend son heure. D’un instant à l’autre, semble-t-il, dès que Donald Trump aura épuisé sa capacité déjà très limitée à rassembler, le désespoir va exploser et le pays se déchirer.

Les conséquences seront terribles pour l’Amérique et pour le monde. Tous les humoristes s’y sont collés et ont suggéré l’idée que Donald Trump serait non pas le 45e, mais le dernier président des USA. Et s’ils avaient raison ? »

 

 

L’Humanité évoque Jean Pisani-Ferry (fils d’Edgar Pisani, arrière-petit-neveu de Jules Ferry – on vient toujours de quelques part), l’un des ralliés importants à Emmanuel Macron :

 

Selon un proche d’Emmanuel Macron, l’équipe de campagne du candidat avait « besoin de quelqu’un comme lui qui a une vison globale de la situation, avec qui nous nous sentons en phase politiquement ». Cela n’a guère été dit durant le débat sur la loi travail en 2016, mais cette loi est inspirée d’un rapport franco-allemand rédigé par Jean Pisani-Ferry (par ailleurs président du comité de suivi du CICE) et Henrik Enderlin. Il fut remis le 27 novembre 2014 à Emmanuel Macron par ses deux rédacteurs. Ce rapport proposait d’assouplir les 35h en France. Il disait que notre pays « souffre du gouffre séparant les CDI et les CDD sur le marché du travail ». Il proposait de faciliter les licenciements et considérait que le niveau d’indemnisation du chômage en France « n’inciterait pas à la recherche active d’emplois ». Il proposait aussi de changer « la formule de calcul du SMIC», lequel ne serait plus corrélé à l’inflation mais à la productivité du pays. Bref, l’essentiel de contenu de la loi El Khomri que Manuel Valls a fait passer au 49-3 était dans le rapport rédigé par Jean Pisani-Ferry et son collègue allemand.

 

 

Le site Mirador explique comment Rolls-Royce achète son impunité :

 

Après des enquêtes pour corruption active, l’entreprise britannique Rolls Royce a conclu des accords avec la Justice des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Brésil, en versant près de 700 millions de livres, pour mettre fin à des enquêtes pour corruption. Rolls Royce est un constructeur de moteurs d’avions et de véhicules de luxe. Rolls Royce a corrompu des responsables d’autres entreprises et des politiques au Brésil, en Indonésie, au Nigéria et en Chine. L’objectif était de gagner des contrats : au Brésil par exemple de la société pétrolière Petrobras.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires