Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 06:33

Mes amis valaisans de l'1dex (et ici) ont publié récemment cette analyse de ce petit chef-d'œuvre de Brassens, “Le Vent”. Comme quoi Trump est – malheureusement – dans toutes les consciences et à tout moment.

Georges Brassens a fait paraître cette courte et magnifique chanson en 1953, dans son deuxième album.

Elle présente d’abord le vent comme une force naturelle violente et facétieuse qui, au hasard, vient semer le désordre dans la société. Il est « fripon » (gaillard, grivois) et « maraud »(coquin, impudent) et vient soulever les « jupon(s) » des filles et les « chapeau(x) » des hommes. Il ne respecte rien, « rebrouss’ les bois, détrouss’les toits, retrouss’les robes » et se moque indistinctement des « jean-foutre », indignes et des « gens probes », honnêtes, poétiquement rapprochés par la similitude des sons « jean-« et « gens », qui se plaignent également de lui.


Une deuxième partie des paroles corrige la première impression: « une attention profonde » permet de voir que le vent ne s’en prend pas au petit bonheur à tout le monde, mais qu’il vise spécialement les « fâcheux »(ceux qui sont déplaisants, importuns). Le vent est désormais doté d’une autre fonction: il vient rectifier le désordre du monde en punissant ceux qui l’empêchent de fonctionner correctement. Si les « fâcheux » ne sont pas remis en place par les lois ou les règles de la vie commune, ils passent au moins à la caisse grâce au vent. Imaginons que le vent s’intéresse plus aux « jupons » des ministres et banquières, et davantage aux « chapeaux » des candidats aux présidentielles et des milliardaires. Brassens nous entraîne avec lui quand il rit sous cape de voir se lever les jupons et s’envoler les chapeaux des puissants.

Brassens, avec son habituel sens du comique, nous fait prendre de la distance par rapport aux grands chefs qui se croient tout permis. A l’heure de l’élection du mégalomane Trump, il est bon de penser qu’il y a quelque chose comme le vent qui saura lui déplaquer sa mèche comme il saura lui faire perdre de sa vanité. C’est une satisfaction pour le simple citoyen de savoir qu’il y a quelque chose comme le « vent » qui vient remettre les pendules historiques à l’heure, comme on l’a vu mille fois, alors même que sur le moment on se sent écrasé par les tendances négatives qui semblent définitivement nous emporter !

Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc’, prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

Les jean-foutre et les gens probes
Médis’nt du vent furibond
Qui rebrouss’ les bois, détrouss’ les toits, retrouss’ les robes
Des jean-foutre et des gens probes
Le vent, je vous en réponds
S’en soucie, et c’est justic’, comm’ de colin-tampon

Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc’, prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

Bien sûr, si l’on ne se fonde
Que sur ce qui saute aux yeux
Le vent semble une brut’ raffolant de nuire à tout l’monde
Mais une attention profonde
Prouv’ que c’est chez les fâcheux
Qu’il préfèr’ choisir les victimes de ses petits jeux

Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc’, prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

http://www.parolesmania.com/paroles_georges_brassens_9624/paroles_le_vent_334332.html

Le Pont des Arts à Paris

 

Le Pont des Arts à Paris

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

Daniel 15/02/2017 07:01

https://www.youtube.com/watch?v=AzU5VBfkPO8

Gensane 15/02/2017 07:21

Les ressources de la pub sont infinies.

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche