Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 06:36

Lorsque Macron affirme que « pour un euro cotisé, chaque personne touchera le même montant de pension », il propose un système de retraites par points, donc de capitalisation, d’assurance, chacun devant alimenter un compte personnel pour plus tard. La pension devient le résultat de l’épargne individuelle pendant toute la vie active et non plus la suite du dernier salaire du fonctionnaire ou des meilleurs salaires du privé.

 

La retraite selon Macron, c’est la fin des solidarités. Par ailleurs, il fait disparaître les maternités, le chômage, la précarité, les pensions de réversion.

 

Cette forte régression sociale a incité des pays à modifier les règles pour maintenir un peu de solidarité, avec un abondement du capital virtuel par l’État. Pour la réversion, les retraités ont le choix entre toucher toute leur pension ou accepter d’en avoir moins pour que le veuf ou la veuve ait droit à une réversion.

 

Macron entend calculer les retraites non plus sur le dernier salaire ou les meilleures années, mais sur l’ensemble de la carrière, ce qui pénalise la précarité, le temps partiel imposé, le temps chômé.

 

Les salariés devront inévitablement repousser l’âge de départ en retraite.

 

Aujourd’hui, un salarié peut calculer, grosso modo, le montant de sa pension en prenant en compte son salaire et la durée des cotisations. C’est ce qu’avait pu faire, par exemple, la grand-mère chérie de Macron, enseignante vraiment de gauche. Après l’élection d’Emmanuel, les cotisations seront fixées une fois pour toutes, la variable d’ajustement pour équilibrer les comptes étant le montant total des pensions.

 

Une fois le système en place, comme en Suède par exemple, il ne sera plus possible d’y toucher, en d’autres termes de revendiquer des améliorations.

 

 

Les retraites selon Macron

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Christophe Vieren 28/03/2017 15:01

Je ne comprends pas le 'donc' dans cette phrase : "un système de retraites par points, donc de capitalisation, d’assurance, "
Le système par répartition se caractérise par le fait que les recettes des cotisations des actifs sont immédiatement reversés à l'ensemble des pensionnés, et ce indépendamment du mode de calcul (en € ou par points) qui a défini le montant de la pension de chacun des pensionnés.
Pouvez-vous expliquer ce 'donc' ?

Christophe Vieren 28/03/2017 16:01

Oui Gensane,le retraités ne sait pas ce qu'il v cotiser. Pas plus que l'élève, l'étudiant et l'actif d'aujourd'hui ne sait ce qu'il va gagner lors de son activité. Un nouveau krach et boum badaboum. Ainsi en Grèce le PIB a reculé de 25% et le montant des pensions (100% répartition) des retraités s'est effondré dans les même proportion (et peut-être même pire). Répartition ou capitalisation, quand les recettes s'effondrent les rétribution aussi. L'intérêt de la répartition est qu'il y a une solidarité nationale intra et intergénérationnelle Alors que par capitalisation, cela dépendra de la qualité de ton propre placement (voire le scandale d'Enron en 2002 au USA).

Gensane 28/03/2017 15:36

Si j'ai bien compris (pas sûr), le retraité ne sait jamais ce qu'il va toucher, sa retraite dépendant de facteurs extérieurs à sa volonté.

Adario 23/03/2017 12:36

Et vive la croissance (pour les nantis), vive la compétitivité, vive l'individualisme, vive le libéralisme ! A bas le social ! A bas les retraites ! Et surtout, avant tout à bas les fonctionnaires, ces vils profiteurs qui, plus ils vieillissent, plus grassement vivent grâce au travail acharné de ceux qui, eux, sont dans la vie active ! C'est bien connu, après 60 ans on ne fout plus rien, on profite. Enfin, quelqu'un qui aime et comprend son prochain ! Votez Macron, celui qui vous entend pour mieux vous retrouver sur le fion !

Christophe Vieren 29/03/2017 10:00

Petite erreur dans mon comm du 28 16:01 : "Oui Gensane,le retraités ne sait pas ce qu'il va TOUCHER. Pas plus que ...;" (et non "cotiser").