Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 05:42

Selon Res Publica : « Le vote Mélenchon est un vote urbain comme celui de Macron. Les quelques départements ruraux qui donnent un vote Mélenchon important correspondant aux endroits où une action syndicale et politique forte et une activité intense d’éducation populaire se sont inscrites dans le paysage depuis longtemps. Le vote Mélenchon est plus faible dans la France périphérique, périurbaine, rurale et déclassée où vivent de très nombreux ouvriers et employés. Cela pourrait accréditer l’idée d’une insuffisance de préoccupations pour l’aménagement du territoire et sans doute de l’insuffisance de militants dans ces zones.

 

Sur l’avenir, comme sans doute Macron sera élu président de la République, et qu’il va durant son mandat continuer de conforter, par une politique de plus en plus austéritaire, le développement ultérieur du vote Front national comme l’ont fait ses prédécesseurs, c’est bien à une confrontation entre les électeurs du FN renforcés par une partie de la droite et ceux de Mélenchon que nous allons vivre dans les années 20 de ce siècle comme dans les années 30 du précédent. De ce point de vue, le FN a une longueur d’avance. »

 

 

Pour Pierre Mascomère (Res Publica) : « La santé constitue l’un des thèmes majeurs de l’action politique. Elle est, depuis 1946, un droit inscrit dans la Constitution, celle de 1946 confirmée par celle de 1958. Toute remise en cause de ce droit suscite de vives et légitimes réactions de la part de l’ensemble des assurés sociaux.

 

Les gouvernements successifs du quinquennat de François Hollande s’y sont employés. Très discrètement, au travers d’un minuscule décret paru ces dernières semaines – en pleine campagne électorale, le gouvernement actuel a remis en cause l’un des acquis importants de la présidence de François Mitterrand.

 

Le quart environ des dépenses de santé est à la charge de l’assuré social, soit sous la forme d’une cotisation à un organisme d’assurance santé complémentaire, soit par ce qui reste directement à sa charge après intervention de la Sécurité sociale et de sa mutuelle santé.

 

En revanche, ce qui vient de changer pour les retraités, c’est le tarif auquel les organismes assureurs pourront désormais assurer une complémentaire santé. Des facteurs principaux qui influencent le risque santé : l’âge, le sexe la catégorie socio-professionnelle, c’est bien sûr l’âge qui pose le plus de problème puisque le coût de la santé croit constamment selon l’âge de la personne. Cela veut dire que si l’assurance complémentaire santé est individuelle et libre, dans un contexte concurrentiel et non réglementé, le tarif évoluera en hausse toute la vie de la personne pour atteindre des niveaux exorbitants pour les personnes très âgées. Et ce, quelques soient les efforts de certains organismes pour ne pas aboutir à ces extrémités et mutualiser le risque sur toute la durée de la vie humaine. Malheur d’ailleurs aux organismes assureurs qui s’efforcent de mutualiser les jeunes et les plus âgés, car ils seront rapidement menacés de faillite face à la concurrence sauvage des assureurs privés qui ne couvrent que les bons risques et écartent impitoyablement les mauvais risques … »

 

 

Dans Mémoires des Luttes, Maurice Lemoine replace ce qu’il appelle « la guerre totale au Venezuela » dans le contexte plus large de l’histoire récente de l’Amérique Latine : « Les renversements de Manuel Zelaya au Honduras (2009), de Fernando Lugo au Paraguay (2012), puis de Dilma Rousseff au Brésil (2016) par des coups d’Etat dits « institutionnels », ont amené les adeptes de « la fin de cycle » – un supposé recul définitif de la « vague de gauche » – à croire l’affaire bien engagée. Alors que, après douze ans de « kirchnérisme », l’entrepreneur multimillionnaire Mauricio Macri venait de remporter l’élection présidentielle, l’ambassadeur des Etats-Unis Noah Mamet se félicitait en mars 2016 : la décision de Barack Obama de visiter l’Argentine était « une reconnaissance à la détermination de Macri de la réinsérer dans l’économie globale ». Le 7 septembre suivant, le vice-président américain Joe Biden appelait à ce qu’un référendum révocatoire soit tenu rapidement au Venezuela ».

Revue de Presse (204)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires