Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 05:39

Sur son blog “ L’Ere du peuple ”, Jean-Luc Mélenchon se dit « traqué » par la Société générale : « En pleine campagne pour les élections législatives, je reçois une convocation d’un juge faisant suite à une plainte déposée contre moi par la banque Société générale.

 

La banque Société générale me poursuit en diffamation pour avoir pointé sa responsabilité dans le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers il y a un an. J’avais alors qualifié ses dirigeants de menteurs et demandé qu’ils soient châtiés pour avoir menti devant une commission d’enquête parlementaire.

 

Ceux qui mentent devant une commission d’enquête parlementaire et agissent depuis les paradis fiscaux se croient tout permis. Ils veulent instrumentaliser la justice pour intimider ceux qui leur résistent et parlent clair à leur sujet.

 

Je me rendrai à la convocation du juge le 26 juin comme n’importe quel citoyen le fait en pareil cas sauf madame Le Pen. »

 

 

Jean Giono avait estimé que Gaston Dominici, condamné pour le triple assassinat de Lurs, ne possédait que 35 mots de vocabulaire, ce qui n’était pas tout à fait vrai. En revanche, c’est tout à fait vrai pour ce qui est de Donald Trump qui, sur le livre d’or du Mémorial de la Shoah à Jérusalem, a livré cette impression historique : « C'est un grand honneur d'être ici avec tous mes amis. Tellement incroyable, je n'oublierai jamais ! » Pour « incroyable », Trump a utilisé le terme « amazing » qui s’est complètement désémantisé ces dernières années et qu’on peut traduire par «étonnant», « dingue ». Ce mot vient de « maze », qui signifie « labyrinthe », avec l’idée qu’on ne comprend absolument pas de quoi il retourne.

 

Selon Le Soir, Trump a également brillé dans la rhétorique en accueillant Notre Président : « C’est un grand honneur pour moi d’être avec le nouveau président de la France, qui a mené une campagne incroyable et a remporté une formidable victoire. Tout le monde en parle à travers le monde. Bravo. Bien joué ! »

 

A noter que Trump écrit en majuscules.

 

Revue de presse (208)

Laurent Dauré, dans Ruptures, revient sur un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne qui a invalidé une initiative pour lutter contre la fraude au travail détaché. S’appuyant sur cette décision, la compagnie aérienne Ryanair, condamnée à deux reprises par des tribunaux français pour « travail dissimulé », réclame le remboursement de 15 millions d’euros. Illustration de la façon dont l’UE favorise le dumping social et l’exploitation des travailleurs.

 

Heureusement qu’Hercule Macron et son Premier ministre boxeur vont régler tout cela en terrassant le code du travail, chimère repoussante venue du fond des âges.

Revue de presse (208)

Pour Jérôme Sainte-Marie, dans L’Humanité, l’élection présidentielle a marqué « une éclatante réunification de la bourgeoisie, Macron rassemblant libéralisme économique et libéralisme culturel. Globalement, le bloc élitaire, c’est la France qui a voté oui en 2005. Cela lui donne un avantage pour gouverner puisqu’il domine sans partage l’appareil de l’État et la direction des grandes entreprises. Toutes les structures institutionnelles convergent. La division partisane de la bourgeoisie, notamment dans la haute fonction publique et dans la direction des médias, constituait un garde-fou que ce processus d’unification idéologique pourrait supprimer. »

 

 

Dans son blog, El Diablo nous invite à rire avec Marx :

 

« Karl Marx meurt, et se retrouve devant Saint Pierre.

 

Saint Pierre lui dit « Vous avez tenté d’améliorer le sort de l’humanité, mais bon, vous êtes beaucoup trop athée, je suis obligé de vous envoyer en enfer ».

 

Et Marx se retrouve en enfer.

 

Deux semaines plus tard, Satan passe un coup de fil à Saint Pierre :
– Allo, ça va mon vieux ?


 

– Oui ça va, … sauf pour le nouveau, là, le Marx que tu m’a envoyé il y a 15 jours


 

–C’est quoi le problème ?

 

– Il m’a foutu une de ces pagailles : il a créé un syndicat et les démons se révoltent, ils crient « non aux cadences infernales ».

 

  • Oui, mais qu’est-ce que tu veux que j’y fasse ?
  •  
  • – Ben je me suis dit que je pourrais te l’envoyer au Paradis quelques temps. L’ambiance là-haut est plus calme.
  •  
  • – Bof, je ne suis pas sûr, mais bon, si tu veux.
  •  
  • Et Marx se retrouve au Paradis.
 Et Satan n’entend plus parler de Marx. Pendant deux mois. Au bout du troisième mois, il appelle Saint Pierre pour avoir des nouvelles :

  •  
  • – Allô, ça va mon vieux ?
  •  
  • – Oui ça va. Mais dis-moi, tu ne m’as pas renvoyé Marx. Ça se passe bien avec lui ?
–
  •  
  • Ah oui, super. Tous les anges le trouvent cool.

  •  
  • – Ah bon ! Alors tu veux bien le garder là-haut ?
  •  
  • 
– Oui, pas de problème.
  •  
  • – Mais quand même, c’est un athée… ça ne vous pose pas de problème ?
  •  
  • – Ben non, pourquoi ?
  •  
  • – Et Dieu, qu’est-ce qu’il en pense ?
  •  
  • – Dieu ? quel Dieu ?… »
Partager cet article
Repost0

commentaires