Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 05:41

Figurez-vous qu’il existe un « Forum des Happy Men » et que vous ne le saviez pas. Ce forum s’est tenu au ministère des Affaires sociales avec un discours de la ministre en clôture. La devise de l’association des Happy Men est ce slogan très profond parce qu’il est creux : « La confiance, levier de l’égalité et réciproquement… » Il doit sûrement plaire à Macron et à ses boys barbus !

 

Après avoir reçu Hanouna, notre ministre a donc poursuivi les mondanités avec ceux que la journaliste de Libération Juliette Deborde (horreur : une femme !) appelle des mâles blancs cravatés qui se plaignent. Je n’y étais pas mais je fais confiance à l’incisive journaliste de Libé lorsqu’elle écrit, en introduction de son article : « Le réseau masculin, qui tenait jeudi à Paris son forum annuel, prône la non-mixité pour “ libérer ” la parole des hommes et occulte la dimension politique des inégalités de genre. » Et je lui fais encore plus confiance lorsqu’elle conclut par : « Les Happy Men, eux, font l’erreur d’aborder l’égalité femmes-hommes uniquement sous l’angle du développement personnel, alors même que cette question est hautement politique. »

 

En discours de clôture, la ministre s’est fendue de quelques banalités très macroniennes. Elle a cru bon d'aller piquer sur internet en se l’appropriant (mais après tout le mari de Bri-Bri d’amour venait de voler à Ban Ki-Moon « Sur le climat, il n'y a pas de plan B. Car il n'y a pas de planète B ») une phrase qu’elle n’avait même pas été fichue de reopier correctement : « L'empowerment des femmes n'ira pas sans le dispowerment des hommes ». Elle aurait dû écrire « disempowerment ». Cette phrase posait deux problèmes. Les deux mots qu’elle a utilisés existent en français (langue de la République, article 2 de la Constitution : « empowerment » signifie responsabilisation ou autonomisation. Soit dit en passant, on a quelques difficultés à comprendre ce qu’elle signifie réellement. Mais surtout, cela implique qu'on ne peut donner plus à la femme sans enlever quelque chose à l’homme. On applique l’équité façon CFDT. Être féministe, défendre la cause des femmes requiert l’égalité des sexes, pas l’enfoncement de celui qui fut – et reste encore – dominant. CFDtisme, mais aussi Solférinisme. Nous sommes dans un jeu à somme nulle, à moyens constants, tels que les affectionnent les gestionnaires de gauche (comme de droite, bien sûr) depuis 45 ans.

 

C’est cela la justice macronienne : pour que quelqu’un gagne, il faut qu’un autre perde.

 

Madeleine Schiappa et les hommes heureux

Petit pari : huit (peut-être dix ou douze) des hommes hilares de la photo auront été licenciés dans les cinq ans à venir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche