Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 05:34

Granma raconte la guerre bactériologique qu’eut à subir Cuba dès les années 60:

 

Plusieurs maladies frappèrent le pays : la peste porcine, la pseudo-dermatose nodulaire bovine, la brucellose du bétail, le charbon et la rouille de la canne à sucre, la moisissure bleue du tabac, la rouille du caféier, la maladie de New Castle et la bronchite infectieuse des volailles, la conjonctivite hémorragique, la dysenterie et la dengue de type 2.

 

Des recherches et des études minutieuses effectuées tout au long de ces années ont prouvé que chacune de ces épidémies fut introduite délibérément sur le territoire national. La dengue hémorragique fut la plus mortelle de toutes. Très peu de familles cubaines furent épargnées par la maladie, qui toucha 344 203 personnes et provoqua 158 décès, dont 101 enfants de moins de 15 ans.

 

                   *                                                                                               *

 

Avec la miséricorde qu’on lui connaît, Théophraste R., du Grand Soir, s’est penché sur le CV de plusieurs candidats aux législatives de La République en Marche : « Le Premier ministre est mouillé avec Areva en Afrique, deux ministres sont sur la sellette pour emplois fictifs et, comme il a bien fallu trouver des candidats aux législatives pour assurer son pouvoir, Macron a pris ce qui venait.

 

Visant des candidats LREM, on entend : fraude fiscale, évasion fiscale (compte non-déclaré à Hong Kong), domiciliation de sociétés dans un paradis fiscal, viol, enrichissement personnel, tentative d’escroquerie au jugement, inéligibilité (ancienne condamnation), harcèlement moral, spéculation boursière douteuse, falsification d’un diplôme, location d’un logement insalubre, prise illégale d’intérêt, escroquerie à l’Assurance maladie, propos homophobes, misogynie, et même travail dissimulé de voyance.

 

Passons sur le floutage des métiers dans les « professions de foi » (les patrons membres du MEDEF y deviennent « Ingénieurs, cadres »…) »

 

                         *                                                                                               *

 

Plus modéré, Etienne Girard, brosse un tableau approchant dans Marianne : « Une petite troupe de professionnels de la politique s'apprête à intégrer l'Assemblée, pour y représenter Emmanuel Macron. Proches les uns des autres, ils présentent tous le même profil : ce sont des hommes, jeunes et issus du Parti socialiste.

 

Le renouvellement, oui, mais pas pour tous. Parmi la grande cohorte de nouveaux députés de La République en marche (LREM) qui investiront l'Assemblée nationale lundi prochain, tous ne seront pas dépaysés. Il y aura quelques députés sortants, mais aussi un petit groupe de permanents politiques, assistants parlementaires ou collaborateurs d'élus de carrière qui ont réussi à prendre la vague En Marche malgré le changement des profils promis par Emmanuel Macron. Leur connaissance des rouages de l'Assemblée pourrait leur permettre d'acquérir rapidement une grande influence au sein du groupe parlementaire.

 

                             *                                                                                               *

 

Adeline François revient pour RTL sur le destin tragique du grand footballer Jean-Pierre Adams : « Dans So Foot de ce mois-ci s’affiche le visage d’un footballer qui a eu deux vies, celle de footballeur pendant 35 ans, défenseur central mythique de l'équipe de France aux côtés de Marius Trésor dans les années 70. Et puis la vie d'après, qui dure depuis maintenant un peu plus de 35 ans. Il y a quelques jours, la longueur du coma végétatif dans lequel est plongé Jean-Pierre Adams depuis 1982 a dépassé l'âge qu'il avait quand est survenu l'accident d'anesthésie qui a privé son cerveau d'oxygène pendant une banale opération du genou. 35 ans que Bernadette, sa femme, veille sur lui chez eux dans leur maison près de Nîmes. L'ancien footballeur alterne phase de sommeil et phase éveillée, les yeux grands ouverts.

 

Bernadette est en colère, les visites se font de plus en plus rares. « Ça me fait trop mal », explique Charly Loubet. Marius Trésor, lui, n'y arrive plus non plus. « Les autres, explique Bernadette, sont morts. » « J'espère qu'il se réveillera un jour, dit-elle. De toute façon, il n'est pas question de le débrancher puisqu'il n'est branché à rien si ce n'est à moi ! » Elle raconte aussi au journaliste la fois où elle a mis un disque de Chuck Berry et soudainement son mari a écarquillé les yeux. « J'aurais juré que ça lui évoquait quelque chose ». Coïncidence ou non, quand Bernadette évoque cette anecdote, une larme se met à couler sur la joue de Jean-Pierre Adams.

Revue de Presse (210)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires