Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 05:41

Evariste dans Res Publica analyse ce qu’il appelle le coup d’État macroniste : « Le patronat et ses alliés ont anticipé l’écroulement du Parti socialiste et le déport de Fillon vers l’extrême droite catholique. Très vite, ils ont vu que pour battre leurs deux poulains, Juppé et Sarkozy, Fillon a passé un accord avec Sens commun, le parti d’extrême droite issu de la Manif pour tous. Ils ont alors organisé la mise en orbite d’un autre poulain : Macron. Car l’oligarchie jouera toutes ses cartes néolibérales avant de parrainer une alliance avec l’extrême droite. À cette fin, tous les groupes médiatiques dirigés par le patronat du CAC 40 ont « dégagé » des dizaines de journalistes qui n’étaient pas dans la nouvelle ligne. Beaucoup de députés, alliés du patronat, socialistes ou LR, ont rejoint le nouveau « roi ». Ce qui restera de LR aura le choix entre rejoindre le camp du FN comme Dupont-Aignan l’a déjà fait et rejoindre le camp du nouveau « roi ». Ce qui reste du PS aura le choix entre rejoindre le camp du nouveau « roi » et affirmer une franche opposition de gauche à ce coup d’État macroniste avalidé par un plébiscite sans précédent. Le vote sur la confiance au gouvernement et la loi d’habilitation des ordonnances donnera alors les tendances pour la séquence nouvelle qui s’ouvre.

 

 

Dan Israel, dans Mediapart, s’est intéressé aux méthodes de gestion des dirigeants de GM&S : « Les ex-propriétaires de GM&S se sont enrichis à millions. L'entreprise de La Souterraine risque la liquidation. Entre 2009 et 2014, le sous-traitant automobile était détenu par Altia Industry. Un juge d'instruction enquête sur les méthodes des trois anciens dirigeants de ce groupe, qui ont multiplié les manières de faire remonter jusqu'à eux la trésorerie de l'entreprise. La justice soupçonne des faits d'abus de biens sociaux et d'escroquerie.

 

Vendredi 23 juin, les quelque 280 salariés du sous-traitant automobile GM&S, basés à La Souterraine, sauront s’ils peuvent encore compter sur leur travail, ou si leur employeur mettra la clé sous la porte. C’est le tribunal de commerce de Poitiers qui tranchera, et la liquidation est très probable : aucun nouvel actionnaire potentiel n'a déposé d'offre de reprise. Il ne restera alors aux ouvriers et techniciens de l’usine qu'à se retourner sur l'histoire chaotique de leur entreprise. Ils s’arrêteront sur les mauvaises décisions stratégiques, la conjoncture difficile et les coups du sort. Mais nul doute qu’ils auront aussi en tête la gestion désastreuse de leur propriétaire précédent, Altia Industry. Et les choix de ses trois fondateurs, qui se sont enrichis à millions sur le dos des usines de leur groupe, avant de le mener dans le mur en 2014. »

 

 

Le Monde annonce la « fin de l’enquête belge contre Bernard Arnault. « Après la conclusion d’une « transaction », le parquet de Bruxelles annonce la fin des investigations contre le patron du groupe français de luxe LVMH après la conclusion d’une « transaction ». Le parquet de Bruxelles a refusé de donner le moindre détail sur le montant de cette transaction financière. Selon une source proche du dossier, le montant maximum légal est de trois millions d’euros.

 

Cette enquête visait notamment une possible fausse domiciliation en Belgique du milliardaire. La justice entendait faire la clarté sur diverses sociétés établies en Belgique par le groupe de Bernard Arnault et déterminer si elles respectent les lois fiscales du royaume. Elle avait « été ouverte par le parquet du procureur du roi à Bruxelles en 2012 à la suite de la demande de naturalisation belge, puis de son retrait, par monsieur Bernard Arnault », écrit le parquet dans un communiqué. »

 

Si l’on a bien compris, Bernard Arnault conteste être coupable mais accepte la proposition de transaction.

 

 

Selon le site belge Solidaire, « avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), l’incendie de la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus. L'organisation des habitants de la Grenfell Tower avaient dénoncé le manque de sécurité incendie de la tour, et 90% des habitants avaient signé une pétition demandant une enquête sur la mauvaise maintenance de ce grand immeuble, mais ils n'ont jamais été entendus.

Revue de Presse (211)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche