Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 05:43

Il fait chaud, c'est les vacances ; je reprends donc ma bonne vieille habitude de faire faire mon blog par d'autres. Ainsi par Le Point, qui raconte ce qu'il se passa lorsque les scénaristes de "Homeland" reconstituèrent Beyrouth avec des palmiers et des bédouins...

 

Des artistes arabes embauchés par la production de la série Homeland lui ont joué un bon tour. Leur mission sur le plateau : écrire des graffitis dans un camp de réfugiés syriens censé être situé à la frontière libano-syrienne. Selon le Guardian,qui rapporte l'histoire, les artistes ont d'abord songé à décliner la proposition. "Jusqu'à ce que nous réalisions que nous pouvions faire passer notre désaccord - et celui de tant d'autres personnes - avec la série. C'était l'occasion de faire valoir notre point de vue en subvertissant le message dans la série elle-même."

 

Personne ne sait lire l'arabe

 

Bien joué ! Ainsi, quand Carrie entre dans le camp, elle passe devant un graffiti qui proclame "Homeland est raciste". Et les artistes s'en sont donné à coeur joie : "Homeland n'est pas une série". "Ne faites pas confiance à cette histoire". "Ce programme ne reflète pas la vision des artistes". Mais personne ne sait donc lire l'arabe dans l'équipe de tournage de Homeland ? Non, visiblement pas. Et c'est le plus drôle de l'histoire ! Car c'est évidemment ce que reprochent ces artistes à une série qui, sous le couvert de nous narrer les tribulations d'agents américains plongés dans l'Orient compliqué, a bien souvent commis des bourdes monumentales, se mettant à dos la diplomatie des pays qu'elle caricaturait. En 2012, la saison 2 provoque l'ire des Libanais qui goûtent peu de voir leur pays représenté en nid de terroristes. Lors de la saison 3, c'est l'Iran qui s'émeut. En découvrant la saison 4, le Pakistan prend la mouche.

 

Sunnite ou chiite ?

 

Des protestations fondées ? Qu'on en juge à la lumière de cette 5e saison qui se déroule une nouvelle fois au Liban, un pays "en guerre" selon Carrie Mathison (atteinte d'une crise de démence peut-être ?), plus précisément dans un "camp de réfugiés syriens venus de la région de Raqqa, et contrôlé par le Hezbollah. La région de Raqua – fief de l'EI en Syrie – est très majoritairement sunnite, nous rappelle Slate. Le Hezbollah, lui, est chiite. Oups ! Qu'un Syrien sunnite fuyant les bombes du régime d'Assad (un chiite) soutenu par l'Iran (chiite) via le Hezbollah (chiite) se réfugie dans une zone contrôlée par le Hezbollah est donc très peu probable.

 

Mais les scénaristes de Homeland ne sont pas sectaires : pour eux, sunnite-chiite, c'est bonnet blanc-blanc bonnet. On voit ainsi, relève encore Slate, Carrie négocier son entrée dans le camp tenu par le Hezbollah avec un cheikh dont les vêtements laissent penser qu'il est… sunnite. À croire que le scénariste en chef de la série Homeland n'est autre que le célèbre commandant Sylvestre des Guignols...

Comment des artistes arabes ont saboté la série Homeland
Partager cet article
Repost0

commentaires