Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 06:36

 

 

Dans Le Grand Soir, Ilan Pappé décrit le nettoyage ethnique subi par les Palestiniens : « En 1948, le projet était clairement d’expulser autant de Palestiniens que possible de Palestine. Les colons croyaient pouvoir créer en Palestine un espace juif complètement débarrassé des Palestiniens. Ils ont presque atteint leur objectif. 80% des Palestiniens qui vivaient dans ce qui est devenu l’Etat d’Israël sont maintenant des réfugiés.

 

La stratégie choisie n’a pas été le nettoyage ethnique comme en 1948. Ils ont décidé de procéder à ce que j’appellerais un nettoyage ethnique progressif. Dans certains cas, ils ont expulsé des foules de gens comme à Jéricho, dans la vieille ville de Jérusalem et autour de Qalqilya. Mais, le plus souvent, ils ont enfermé les Palestiniens sur leur propre terre et sous la botte d’un strict régime militaire, dans l’idée qu’un siège serait aussi efficace que des expulsions.

 

De 1967 à aujourd’hui, il y a un nettoyage ethnique très lent qui s’étend sur une période de 50 ans, si lent que, parfois, il peut ne toucher qu’une seule personne en une seule journée. Mais si on regarde l’ensemble de la situation de 1967 à aujourd’hui, on voit qu’il y a des centaines de milliers de Palestiniens qui ne sont pas autorisés à retourner en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza. »

 

 

Dans son blog, Jean-Emmanuel Ducoin nous prévient contre la folie de la “ bitcoin ”, créée pour court-circuiter les banques mais désormais parfaitement intégrée à Wall Street : « Ce qui n’était au départ qu’une énième tentative de lancer une monnaie électronique alternative un brin «libertaire» excite désormais la convoitise de Wall Street. Cette « technologie monétaire » laisse entrevoir aux grands argentiers de nouvelles frontières du profit. Du coup, deux questions légitimes se posent. Assisterons-nous à une – improbable – intégration de cette monnaie virtuelle “ libre ” dans le système officiel ? Ou plutôt à l’éclatement programmée de sa “ bulle ”, simple symptôme supplémentaire ? Un actif financier reste toujours soumis aux vents du capitalisme... Au XVIIe siècle, la tulipe, dont le bulbe coûta jusqu’à plusieurs milliers de florins, fut le miracle financier des Pays-Bas. Cela ne dura qu’un temps, tout s’effondra du jour au lendemain. »

 

 

Revue de Presse (225)

 

Harold Bernat est interrogé dans le blog Le Comptoir sur le macronisme, pour lui une « stratégie de consolidation du pouvoir par le vide » : « Emmanuel Macron est surtout l’enfant de son temps, un temps dans lequel l’esprit est trop souvent une dépendance de la matérialité ou de la déraison, un temps dans lequel la pensée critique s’efface au profit d’un mélange non contradictoire d’économie et d’ésotérisme. Emmanuel Macron a pu dire que « la politique, c’est mystique ». Une phrase fort peu rationnelle, vous en conviendrez sûrement. Nous alternons entre le grand délire et l’hyper pragmatisme, entre des discours dont l’irrationalisme confondrait de honte un honnête homme du XVIIIe siècle et des discours sortis tout droit de logiciels informatiques. Cette phrase obscurantiste d’Emmanuel Macron doit être rapprochée de cette autre du nouveau “ chef ” du parti présidentiel, Christophe Castaner : « J’ai le logiciel Macron avec l’application Philippe. » Ce qui est attaqué reste le discernement intellectuel tout autant que la capacité de l’esprit à se déprendre du monde. Emmanuel Macron est le président d’un engluement spirituel très inquiétant, une sorte de résignation collective à l’effort qu’exige la pensée. »

 

 

Enfin Marianne nous informe qu’à l’heure actuelle 5 000 Françaises avortent chaque année à l’étranger à cause du délai de 12 semaines : « Déni de grossesse, difficulté à faire un choix, mineures mal informées, si la France se situe dans la moyenne européenne en matière de délai légal, plusieurs de ses voisins vont plus loin. Au Royaume-Uni par exemple, l’IVG est pratiquée jusqu’à 24 semaines de grossesse (voire plus si la vie de la femme est en jeu). Même délai au Pays-Bas, bien que les médecins n’avortent en général plus après 22 semaines. La Suède, où l’avortement est pratiqué jusqu’à la 18ème semaine (voire 22 et plus selon les situations), fait également partie de ces pays plus souples. »

Partager cet article
Repost0

commentaires