Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 06:31

Dans son Web Magazine, Robert Bibeau se demande quels pays sont visés par la nouvelle politique belliqueuse des États-Unis :

- La Russie en tant que fournisseur d’énergie.

- La Chine en tant que première puissance concurrente de l’Amérique économique, financière, boursière et militaire.

- La Corée du Nord en tant que terrain de confrontation par procuration entre les deux géants se battant pour l’hégémonie mondiale.

- L’Iran en tant que fournisseur d’hydrocarbure à la Chine et en tant qu’État récalcitrant tenant tête aux visées hégémoniques américaines.

L’Union européenne alliée des États-Unis qui reçoit cet ultimatum « Vous êtes avec nous dans cette aventure belliqueuse nucléarisée ou vous êtes contre nous! »

- Tous les pays du monde, alliés ou ennemis des États-Unis, que le Pentagone menace de représailles nucléaires s’ils osent résister à son hégémonie.

- Le peuple des Etats-Unis lui-même, si jamais en réaction à sa misère grandissante il osait résister et se soulever contre ses geôliers.

 

Dans Le Grand Soir, Olivier Petitjean se demande si, à propos du démantèlement de la SNCF, Macron ne va pas répéter les mêmes erreurs que les Britanniques, avec des entreprises privées qui laissent tomber les lignes qu’elles gèrent :

Tout récemment, Virgin Trains et le groupe de transport Stagecoach, les deux entreprises privées qui ont obtenu la gestion de la ligne de la Côte Est ont annoncé qu’elles abandonneraient leur concession trois ans avant la fin du contrat et qu’elles ne payeraient pas les redevances qu’elles devaient verser à l’État. Cet abandon représente un manque-à-gagner de 2,25 milliards d’euros pour le trésor public britannique. Ironie de l’histoire : cette ligne a été gérée directement par le gouvernement de 2009 à 2014 suite à la défaillance successive de deux prestataires privés. Elle a été reprivatisée en 2015. Ces événements n’ont pas empêché le ministère britannique des Transports de confier – sans mise en concurrence – le contrat de concession d’une autre ligne ferroviaire, InterCity West Coast (donc sur la côte ouest, cette fois-ci), aux deux mêmes entreprises, Virgin et Stagecoach.

Le gouvernement britannique se trouve ainsi régulièrement contraint de renationaliser aux frais du contribuable des services qu’il avait privatisés. Le parti travailliste a adopté pour les élections de juin 2017 un programme radical de renationalisation des services publics, suscitant l’opprobre des milieux d’affaires et de l’aile néolibérale du parti. Ce programme semble avoir trouvé un écho dans l’électorat puisque le Labour reste en position de l’emporter en cas d’élections anticipées.

 

 

Revue de presse (232)

 

Dans Res Publica, Yvan Quiniou et Paul Ariès dénoncent la complicité de la gauche avec les religions :

 

Nous assistons à un retour catastrophique des religions. Que la gauche, dont l’identité est laïque et fondée sur une critique rationnelle et raisonnable des méfaits des religions dans l’histoire, s’en fasse la complice est surprenant. La gauche a choisi d’oublier que les Églises, en tant qu’appareils, ont toujours été du côté des puissants, des dominants. Nous devons nous en souvenir deux ans après la manif contre l’égalité des droits face au mariage et quelques jours après la mal nommée « marche pour la vie ».

 

 

Enfin selon L’Obs, Najat Vallaud-Belkacem se cherche : Recrutée en janvier chez Fayard où elle devait diriger une collection d’essais sur le progressisme, elle change d'orientation un mois et demi plus tard. L'ex-ministre de l'Education nationale vient d'être nommée directrice générale déléguée des Études internationales et de l'innovation au sein du groupe Ipsos. Elle interviendra dans le cadre du plan de refonte de l'institut de sondage, « dont l'objectif est de déployer de nouveaux outils de mesure afin de mesurer les données en temps réel ».

 

Je me permets de rappeler que, pour la présidentielle de 1988, François Mitterrand commanda à Ipsos un sondage par jour. Jean-Marc Lech, son ancien directeur décédé en 2014, rapportait dans ses mémoires comment, payé avec l'argent des fonds secrets, il repartait de l'Élysée avec des valises de billets de banque.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Je me demande lorsque par exemple on parle d'une gauche complice des religions s'il est judicieux de parler de "gauche " ? et je me demande par la meme occasion s'il est tjrs judicieux de parler de droite et de gauche tout court ! parce que dans la tete de beaucoup , hollande comme macron sont des gauchistes et wauquiez reste de droite .... allez comprendre . Tjrs est il qu 'aux vues de ces affirmations plus fallacieuses les unes que les autres on se rend bien compte que les populations n'y comprennent plus rien..... d'où peut etre un nouveau vocable nécessaire .....un angle d'attaque différent ....
Répondre