Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 14:48
Un musée de Manchester censure un tableau du XIXe siècle

 

Il s'agit de “ Hylas et les nymphes ” de John William Waterhouse qui a été enlevé le 26 janvier. Á la place, le musée (la Manchester Art Gallery) a accroché une feuille de papier expliquant que :  « Cette galerie présente le corps des femmes soit en tant que "forme passive décorative" soit en tant que "femme fatale". Remettons en cause ce fantasme victorien! Cette galerie existe dans un monde traversé par des questions de genre, de race, de sexualité et de classe qui nous affectent tous. Comment les oeuvres d'art peuvent-elles nous parler d'une façon plus contemporaine et pertinente ? »

 

Á ce jour, les réactions ont été majoritairement hostiles à la décision du musée qualifiée de “ censure politiquement correcte ”.

 

Par la plume de son critique Jonathan Jones, Le Guardian a vivement dénoncé cette initiative en se demandant si Picasso ne serait pas le prochain censuré.

 

Ben oui, quoi ! Les "Demoiselles d'Avignon ” était des prostituées.

 

L'art n'étant que très rarement moralement pure, on va finir par croire que ce sont les extrémistes islamistes qui ont raison lorsqu'ils interdisent, en public comme en privé, toute expression artistique.

 

​​​​​​​Harvey Weinstein n'avait pas prévu cela.

 

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Pour prolonger : " https://beta.arretsurimages.net/chroniques/mais-oui-fredeic-beigbeder-le-nu-dans-lart-a-toujours-ete-cochon "<br /> J'aime particulièrement la phrase "...le nu dans l'art a toujours été cochon ". En effet l'art est, si on peut dire, un cache sexe car si la nudité dans ce domaine peut être une représentation de la nature ou une métaphore (la vérité, la liberté,...) elle reste d'abord ce qu'elle est en premier. Combien de jeunes garçons et d'adultes n'ont-ils pas rêvé devant ces tableaux dont ils devaient absolument cacher tout émotion sexuelle. Parlant de ce sujet il m'est venu à l'esprit un parallèle avec la remarque que faisait Audiard à propos de la danse :" La danse, c'est du pelotage: tout ce qu'on fait avec les pieds est parfaitement secondaire. Tout le monde s'en fout". <br /> Comment ne peut-on pas rêver, en premier lieu, devant ces jeunes filles. N'est-ce pas ça qui retiendra notre attention et qui peut-être nous conduira à aller plus loin dans la compréhension de ce tableau.Mais pas forcément.<br /> Tout ça bien évidemment relève d'un regard masculin.
Répondre
D
Quand on éclaire un tel débat sur scène, vérifions si on nous cache quelque chose en coulisse☺
Répondre