Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2018 5 23 /03 /mars /2018 06:24

Je reproduis ici un article de Stéphane Riand, de l'1dex.

 

L’1Dex, en son temps, avait expliqué pourquoi, dans un Etat de droit, Cristiano Ronaldo, la star du Real Madrid, ne pourrait pas éviter la prison. C’était le 26 juin 2017. C’est ici.

 

Mediapart enfonce le clou et affirme que Ronaldo, effrayé par la prison, veut négocier. Voici la chose, publiée par trois journalistes de El Mundo.

 

« Plus d’un an après nos révélations sur son argent caché dans les paradis fiscaux, Cristiano Ronaldo change de stratégie : il déclare être prêt à payer ce qu’il doit. À condition que les poursuites pénales soient abandonnées.

 

Sur les terrains de football, Cristiano Ronaldo a bâti sa légende par sa vitesse d’exécution. Pour régler ses contentieux fiscaux, le joueur et son équipe prennent en revanche le temps de réfléchir. Quelque 16 mois après que Mediapart et ses partenaires de l’European Investigative Collaborations (EIC) ont révélé lors des Football Leks que l’attaquant portugais avait placé 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux, le quintuple ballon d’or a décidé de rendre les armes, contraint et forcé. À présent, il se dit prêt à payer aux autorités espagnoles ce qu’il leur doit, selon les informations obtenues par notre partenaire espagnol au sein du consortium, El Mundo.

 

Un remords tardif ? Le besoin de se confesser ? L’envie de tout déballer ? Aucunement. Selon les informations de l’EIC, Cristiano Ronaldo a tout simplement peur d’être condamné à une peine de prison. Il est donc prêt à payer le montant que l’administration jugera approprié pour la taxation de ses droits à l’image si la procédure pénale est abandonnée.

 

Pour ne pas perdre la face, le clan Ronaldo estime que cette affaire relève d’une simple « interprétation de la loi » et qu’elle doit donc se régler par la voie administrative, pas par une procédure pénale. De plus, le joueur assure qu’il a toujours ordonné à ses conseillers de payer ce qui était dû – la défense classique des footballeurs.

 

L’entourage du joueur plaide ainsi la bonne foi, en prétendant qu’il a toujours eu la volonté de payer, et qu’il ne s’agirait en somme que d’un malentendu, une interprétation différente des textes. Une version bien peu crédible au vu de l’enquête que nous avions publiée lors des Football Leaks et qui démontrait le mal de chien que s’étaient donné ses conseillers fiscaux, via un montage aux îles Vierges britanniques, pour que Ronaldo échappe au maximum à l’impôt.


 

Dans un état de droit, Cristiano Ronaldo devrait dormir en prison

 

La justice espagnole va à présent analyser l’offre transmise, mais d’ores et déjà, dans un document interne du procureur auquel l’EIC a eu accès, le parquet insiste sur le fait que les déclarations « mensongères » du joueur représentent quatre infractions fiscales, pour une fraude estimée à 14,7 millions d’euros.

 

Le parquet, qui rappelle qu’au vu de la jurisprudence Messi, tous les conseillers et agents du footballeur doivent être mis en examen en tant que co-auteurs des délits, estime même que le joueur devrait actuellement dormir en prison. Quoi qu’il en soit, l’enquête touche à sa fin, et le juge d’instruction espagnol va bientôt devoir décider s’il veut ou non que s’ouvre un procès ô combien symbolique. »

 

Dans un Etat de droit, Cristiano Ronaldo devrait être condamné à une peine ferme, la jurisprudence Lionel Messi le démontrant !

 

Mais, question éminemment Catalane, l’Espagne est-il un Etat de droit ?

 

Cristiano Ronaldo prie pour que la réponse soit négative. Les supporters Merengue aussi.

 

Les partisans d’une justice équitable et égalitaire, et peut-être aussi les fans du Barça, ont l’espoir que le droit et la justice ne sont pas toujours du bullshit.

 

Bonjour à tous les amis de Dominique Giroud !

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
"Ce qui précède n'est pas une défense biaisée de Ronaldo car je n'éprouve aucun intérêt pour le foot. C'est peu dire. Alors Ronaldo..." <br /> Très juste ! Ah ! le foot et le fric ou le fric et le foot ! Je me souviens des réflexions de mon père lorsque Raymond Kopa et Just (quel extraordinaire prénom) Fontaine étaient joueurs et qu'en fan de foot il admirait, étaient d'après lui trop encensés parce que la radio et la télé se déchaînaient ! Le pauvre, il serait surpris de l'évolution aujourd'hui ! "Panem et circenses" c'est bien connu, donnons au peuple un minimum vital et surtout des divertissements pour qu'il ne réagisse pas.<br /> <br /> L'état de droit n'implique-t-il pas la primauté du droit sur le pouvoir politique ? N'en sommes-nous pas loin et "l'affaire Sarkozy" ne le démontre-t-elle pas ? Et si nous nous posions les bonnes questions tant pour le foot que pour la politique : ressortir aujourd'hui ce que beaucoup savaient depuis 2007 à savoir que, vu le fric octroyé à Sarkozy pour qu'il passe, Ségolène Royal n'avait aucune chance ! Que de bruit pour ce qui est évidence. Et si les journalistes pour le présent et, à coup sûr, pour notre avenir posaient enfin et courageusement les bonnes questions, celles qui nous intéressent ici et maintenant : qui a financé la campagne de M. Macron et dans quel(s) but(s) ?
Répondre
A
" via un montage aux îles Vierges britanniques " . Et si le problème était en premier l'existence de ces paradis fiscaux dans états prétendument démocratiques ? Sans compter que ces paradis fiscaux sont les refuges de l'argent sale. Il y a fort à parier que dans l'hypothèse idéale où ils n'existeraient plus la délinquance mondiale baisserait de plusieurs degrés. Par cette volonté incontestable de ne pas les supprimer, pour le plus grand profit des grandes fortunes, ces gouvernements sont les complices objectifs des meutriers contre lesquels ils prétendent lutter en empilant les services policiers. Mais ça c'est une autre histoire dont il faudrait parler longuement. Ce qui précède n'est pas une défense biaisée de Ronaldo car je n'éprouve aucun intérêt pour le foot. C'est peu dire. Alors Ronaldo...
Répondre
G
Dans un "véritable" état de droit cette situation n'aurait pas eu lieu ..... ou alors cela veut dire que dans un état de droit il y faudrait 5 fois plus de prisons .... et si le soucis était l' "Etat" justement .
Répondre