Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 05:35

 

Je propose ici de larges extraits d’un long article (https://www.legrandsoir.info/combien-de-millions-de-personnes-ont-elles-ete-tuees-dans-les-guerres-menees-par-les-etats-unis-apres-le-11-septembre.html) publié par Nicolas J.S. Davies dans Le Grand Soir sous le titre « Combien de millions de personnes ont-elles été tuées dans les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre ? » 

 

 

Première partie : L’Irak

 

 

Combien de personnes ont été tuées dans les guerres menées par les États-Unis après le onze septembre ? Je mène des recherches et j’écris à ce sujet depuis que les États-Unis ont déclenché ces guerres, qu’ils ont essayé de justifier en alléguant que c’était une réponse aux attentats terroristes qui ont fait 2996 victimes aux États-Unis, le 11 septembre 2011.

Les États-Unis sèment la mort de par le monde (I)

 

The Iraq Death Toll 15 Years After the US Invasion[Le nombre de victimes irakiennes 15 ans après l’invasion par les États-Unis, NdT] , que j’ai écrit en collaboration avec Medea Benjamin, estime le nombre de victimes en Irak de la façon la plus précise et la plus honnête possible. Selon nous, environ 2 400 000 personnes ont été tuées en Irak suite à l’agression historique, en 2003, des États-Unis et du Royaume Uni. 

 

 

Des pays où les États-Unis et leurs alliés font la guerre depuis 2001, l’Irak est le seul où des épidémiologistes ont étudié le nombre de victimes en employant les meilleures méthodes, élaborées et expérimentées dans d’autres zones de guerre, comme l’Angola, la Bosnie, la République démocratique du Congo, le Guatemala, le Kosovo, le Ruanda, le Soudan et l’Ouganda. Dans tous ces pays, comme en Irak, les résultats de ces études épidémiologiques de grande ampleur ont révélé que le nombre de victimes était de 5 à 20 fois supérieur à celui qui avait été publié auparavant et qui était basé sur le compte rendu passif de faits.

 

Body Count : Casualty Figures After 10 Years of the “War on Terror”[Nombre de victimes après 10 ans de « guerre contre le terrorisme », NdT] , un rapport publié par Physicians for Social Responsability (PSR) ( les Médecins et la responsabilité sociale ) a conclu en 2015 que l’étude du Lancetétait la plus complète et la plus fiable de toutes celles menées en Irak, ceci en se fondant sur le type de l’étude, l’expérience et l’indépendance de l’équipe de recherche, le peu de temps écoulé depuis les morts qu’elle recensait et sa cohérence avec d’autres chiffres sur les violences commises en Irak depuis l’occupation. Selon cette étude, environ 601 000 Irakiens ont été tués dans les 39 premiers mois de la guerre d’Irak et de l’occupation du pays, sans oublier que la guerre avait été aussi à l’origine de 54 000 morts non violentes.

 

Les épidémiologistes ont retrouvé dans de nombreuses zones de guerre, au niveau mondial, des disparités énormes – de 5 à 1 et de 20 à 1 – entre les résultats des études du nombre de morts et les rapports passifs. Dans des pays où les gouvernements occidentaux ne sont pas responsables de la guerre en cours, il n’y a pas eu de controverse à propos de ce type de résultats qui sont cités régulièrement par les responsables occidentaux et les médias.

 

Cependant les hommes politiques et les médias occidentaux rejettent et marginalisent les résultats des études à propos du nombre de morts en Irak, et ce, pour des raisons politiques. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont, en effet, responsables de la guerre d’Irak, par conséquent l’ampleur du massacre est une question très sérieuse de responsabilité politique et juridique pour les hauts responsables qui ont choisi de ne pas écouter les mises en garde juridiques, cette invasion de l’Irak étant légalement une « agression criminelle ».

 

En 2006, des responsables britanniques ont demandé l’avisde Sir Roy Anderson, le conseiller scientifique en chef du ministère de la Défense du Royaume Uni et ce dernier leur a déclaré que « l’étude du Lancetétait solide et employait des méthodes considérées comme quasiment “ les meilleures ” dans ce domaine ».

 

 

La plupart des Étasuniens diraient qu’il importe de savoir si le rôle de l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale a été à l’origine de millions de morts violentes ou de seulement dix mille. Suggérer le second terme de l’alternative est, en fait, un délit en Allemagneet dans plusieurs autres pays.

Ainsi les hommes politiques, les journalistes et les citoyens des EU qui affirment ne pas se soucier de savoir combien d’Irakiens ont été tués ont-ils, consciemment ou non, ce qui est moralement insoutenable, deux poids, deux mesures au sujet des conséquences des guerres menées par notre pays ; précisément parce que c’est notre pays qui les mène.

 

 

Une guerre qui continue à tuer.

 

L’étude du Lancet de 2006met en évidence la flambée de violence qui n’a cessé de croître dans l’Irak occupé entre 2003 et 2006 et beaucoup d’autres paramètres indiquent que l’escalade de la violence a continué dans le pays au moins jusqu’à la fin de « l’augmentation des troupes » en 2007. Le déferlement de corps mutilés, victimes des escadrons de la mort, qui envahissaient les morgues de Bagdad n’a pas atteint son maximum avant la fin de 2006 avec 1 800 cadavres en juillet et 1 600 en octobre. Puis les bombardements aériens de l’Irak ont été multipliés par cinqen 2007 et janvier 2008 a été le mois où le bombardement de l’armée américaine a été le plus intensedepuis l’invasion de 2003.

 

Ces éléments rendent crédibles le rappot, en juin 2007, un an après l’étude du Lancet, d’une société de sondages respectée, Opinion Research Business (ORB), rapport selon lequel 1 033 000 Irakiens avaient déjà été tués.

 

L’étude du Lancetestime que 328 000 ou plus des morts violentes avaient eu lieu entre mai 2005 et mai- juin 2006. Alors si l’estimation de l’ORB est exacte, cela signifierait qu’environ 430 000 Irakiens ont été tués l’année qui a suivi l’étude du Lancet.

 

La violence en Irak a décru en 2008 et pendant les quelques années qui ont suivi. Cependant ont continué à faire régner la terreur parmi les Arabes sunnites du nord et de l’ouest du paysles escadrons de la mort de la police spéciale, qui ont été recrutés, entraînés et lâchés en Irak par le ministre irakien de l’Intérieur, les forces d’occupation des États-Unis et la CIA entre 2004 et 2006 (ces escadrons seront d’ailleurs rebaptisés police nationale après la révélation au monde de leur centre de torture Al-Jadinyah, avant de devenir police fédérale en 2009). Leurs exactions ont provoqué une reprise de la résistance arméeet elles ont amené, en 2014, de grands pans du pays à se soumettre à l’autorité de l’EI, vu comme une alternative aux abus continuels du gouvernement irakien, corrompu et sectaire, et de ses escadrons de la mort.

 

Le Body Count d’Irakbasé au Royaume Uni a compilé des compte rendus passifs à propos des morts de civils en Irak depuis l’invasion, mais il n’avait enregistré que 43 394 morts en juin 2006 alors que l’étude du Lancet avait estimé le nombre de morts violentes à 601 000, ce qui nous donne un ratio de 14 à 1. Just Foreign Police (JFP) aux États-Unis a créé le « Iraqi Death Estimator », un outil d’estimation des victimes irakiennes qui a mis à jour l’estimation de l’étude du Lanceten allant chercher les victimes rapportées par l’Iraq Body Countet a multiplié leur nombre par le ratio entre l’étude sur les victimes de guerre et le compte rendu passif de l’IBC de 2006.

 

Puisque l’IBC se base principalement sur des articles de médias anglophones, il a peut-être sous-dénombré les victimes, et ce, encore plus après 2007, puisque les médias occidentaux se désintéressent peu à peu de l’Irak. D’autre part, comme les responsables gouvernementaux et les journalistes courent beaucoup moins de risques à se déplacer en Irak, il est possible que ces rapports soient devenus plus précis. Ou peut-être ces facteurs se sont-ils combinés à d’autres pour donner plus de précision à l’Iraqi Death Estimatordu JFP. Il est probable cependant qu’au fil du temps, il ait perdu de sa précision et on l’a arrêté en septembre 2011. À ce moment, les victimes de la guerre d’Irak se chiffraient à 1 460 000.

 

En 2013, la revue médicale PLOSa publié une autre étude du nombre de victimes, qui allait jusqu’en 2011. L’auteur de l’éditorial a déclaré au National Geographicque son estimation de 500 000 morts en Irak était « probablement basse ». L’étude avait une marge d’erreur plus importante que celle du Lancet et les équipes d’enquêteurs ont décidé qu’il était trop dangereux de travailler dans deux des grappes qui avaient été choisies de façon aléatoire.

 

Le problème le plus sérieux avec l’étude PLOSest, semble-t-il, que tellement de maisons ont été détruites ou abandonnées et tellement de familles ont été exterminées ou sont simplement disparues qu’il ne restait personne pour rapporter le nombre de victimes de ces familles aux enquêteurs. Il est même arrivé qu’on considère qu’il n’y avait eu aucune victime dans des maisons ou des immeubles entiers où tout le monde avait été tué ou s’était enfui.

 

Un famille sur six en Irak a été obligée de déménager au moins une fois entre 2005 et 2010. La UNHCR [l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés] a enregistré 3 millions de réfugiés à l’intérieur ou hors du pays, mais elle a concédé qu’un bien plus grand nombre n’était pas enregistré. Les auteurs ont ajouté 55 000 morts à leur total pour tenir compte des 15% des 2 millions de réfugiés qui ont perdu, chacun, un membre de leur famille, mais ils ont reconnu que c’était là une estimation très prudente.

 

Depuis 2011, le guerre est entrée dans une nouvelle phase. Il y a eu un printemps arabe en Irak en 2011, mais il a été réprimé brutalement, poussant Fallujah et d’autres villes à entrer en rébellion ouverteune fois de plus. Plusieurs villes importantes ont succombé à l’EI en 2014, elles ont été assiégées par les forces gouvernementales irakiennes avant d’être détruitespar le bombardement aérien des États-Unis, l’artillerie et les roquettes des Irakiens et de leurs alliés. Le Iraqi Body Countet la mission d’assistance des Nations Unies à l’Irakont collecté des rapports passifs sur des dizaines de milliers de civils tués lors de cette phase de la guerre.

 

L’ancien ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a déclaré à Patrick Cockburn du quotidien britannique The Independentque les rapports des services secrets kurdes irakiens avaient estimé qu’au moins 40 000 civils avaient été tuésdans le seul bombardement de Mossoul. Selon Zebari, il y avait probablement beaucoup plus de victimes dans les décombres, ce qui implique que les rapports dont il a pris connaissance faisaient jusque là référence à des victimes dont on avait retrouvé le corps et qui avaient été enterrées.

 

Une opération récente qui a consisté à débarrasser les décombres et à chercher les corps dans un seul quartier de Mossoul a donné 3 353 victimes, 20 % étaient apparemment des combattants de l’EI et 80 % étaient des civils. En outre, dans cette même ville, 11 000 personnes sont toujours considérées comme disparues par leur famille.

 

IBC a maintenant mis à jour le nombre de victimes pour la période qui va jusqu’en juin 2006, réduisant ainsi le ratio vis-à-vis de l’étude du Lancetde 11,5 à 1. Si nous appliquons la méthode du Iraqi Death Estimator du JFPdepuis 2007 jusqu’à maintenant en employant ce ratio mis à jour et l’ajoutons à l’estimation de l’ORB de 1 030 000 morts jusqu’en juillet 2007, nous pouvons arriver à une estimation actuelle du nombre total des victimes irakiennes depuis 2003. 

 

Et ceci nous donne une estimation de 2 380 000 victimes irakiennes depuis 2003 par suite de l’invasion criminelle de l’Irak par les États-Unis et les Britanniques.

 

 

 

 

Fourchette haute et fourchette basse.

 

Pour arriver au nombre maximum et au nombre minimum des victimes probables de la guerre d’Irak, nous pouvons commencer avec les nombres minimum et maximum des personnes mortes de mort violente qui ont été établis avec une probabilité de 97,5 % par l’étude du  Lancet,soit respectivement 426 000 et 794 000. L’ORB, en 2007, a donné, avec un échantillon plus important, un écart plus étroit entre les deux chiffres, mais cette enquête n’a pas été considérée comme aussi rigoureuse que celle du Lancet, sur d’autres aspects. Si nous appliquons les mêmes marges que dans l’étude du Lancetà l’estimation principale de l’enquête de l’ORB, cela nous donne un minimum de 730 000 et un maximum de 1 360 000 victimes de 2003 à juillet 2007.

 

Pour mettre à jour ces chiffres de nombres maximum et minimum en utilisant une variation de la méthode du JFP, nous devons aussi tenir compte des changements de ratio entre le décompte des victimes par IBC et le nombre réel de victimes. Les ratios des nombres minimum et maximum de l’étude du Lancetavec le compte revu à la hausse d’IBC pour juin 2006 sont d’environ 8 à 1 et 15 à 1.

 

Ces ratios sont caractéristiques des ratios entre les études complètes du nombre de victimes et les rapports passifs qu’on trouve dans d’autres zones de guerre au niveau mondial et qui varient de 5 à 1 à 20 à 1, comme je l’ai déjà fait remarquer. Cependant peut-être que l’IBC compte plus ou moins des victimes effectives depuis 2006 qu’il ne l’a fait auparavant. Il doit, en effet, sûrement essayer constamment d’améliorer la portée de sa collecte de données. D’ autre part, dans la phase la plus récente de la guerre, il y a eu beaucoup de victimes tuées par les bombes et les obus dans des zones gouvernées par l’EI, où des gens étaient punis ou même exécutés pour avoir essayé de communiquer avec le monde extérieur.

 

Pour arriver à des nombres minimum et maximum réalistes, nous devons tenir compte de ces deux possibilités. Le ratio de 8 à 1 du nombre minimum de victimes tuées jusqu’en 2006 se rapproche peut-être du ratio minimum historique de 5 à 1 ou son ratio de 15 à 1 par rapport au nombre de l’étude du Lancet en 2006 peut avoir augmenté et atteindre le maximum historique de 20 à 1. En employant un ratio de 6,5 à 1 pour arriver au nombre minimum de victimes et celui de 17,5 à 1 pour le nombre maximum, on tient compte d’un minimum plus bas et d’un maximum plus élevé qu’en 2006, sans égaler les ratios les plus extrêmes jamais rencontrés dans d’autres conflits. Tout cela nous donne donc un minimum de 760 000 victimes irakiennes depuis juillet 2007 et un maximum de 2 040 000.

 

Nous avons ajouté ces chiffres au minimum et au maximum que nous avions calculés pour la période qui se terminait en juin 2007, ce qui nous donne des chiffres complets minimum et maximum depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis et le Royaume Uni. Nous pouvons estimer que le nombre d’Irakiens tués par suite de cette invasion illégale de leur pays doit se situer quelque part entre 1 500 000 et 3 400 000. Comme c’est généralement le cas avec ce genre d’amplitude statistique, le nombre réel de victimes se rapproche probablement davantage de notre estimation principale de 2 360 000 que des nombres minimum et maximum.

 

 

Appel en faveur d’une nouvelle enquête sur les victimes de guerre en Irak

 

Lors du 15èmeanniversaire de l’invasion illégale de l’Irak, le Center for Constitutional Rights[le Centre pour le respect des droits constitutionnels] des États-Unis a demandé de nouveau aux États-Unis de payer des dommages de guerre au peuple irakien. C’est une façon dont les pays qui sont coupables d’agression et d’autres crimes de guerre s’acquittent traditionnellement de leur responsabilité collective pour les morts qu’ils ont provoquées et les destructions qu’ils ont causées.

 

Dans Blood on Our Hands, je conclus mon exposé sur la guerre des États-Unis en Irak en lançant, de la même manière, un appel en faveur de l’allocation de dommages de guerre et pour des poursuites pénales contre les hauts responsables états-uniens et britanniques tant civils que militaires pour le « crime international suprême » d’agression et d’autres crimes de guerre systémiques en Irak.

 

Partie 2 : Afghanistan et Pakistan

 

J’en viens maintenant aux morts afghanes et pakistanaises dans le cadre de l’intervention américaine en Afghanistan en 2001. Dans la troisième partie, j’examinerai les morts causées par la guerre en Libye, en Somalie, en Syrie et au Yémen. Selon Le général étasunien à la retraite Tommy Franks, qui a mené la guerre contre les talibans en Afghanistan en réaction aux attentats du 11 septembre 2001, le gouvernement des EU ne tient pas les comptes des pertes civiles qu’il cause. « Vous savez, on ne compte pas les cadavres », a dit Franks un jour. Il est difficile de savoir si c’est vrai ou si un décompte est caché.

 

Comme je l’ai expliqué dans la première partie, les États-Unis ont tenté de justifier leurs invasions en Afghanistan et dans plusieurs autres pays comme une réponse légitime aux crimes terroristes du 11 septembre. Mais les États-Unis n’ont pas été attaqués par un autre pays ce jour-là, et aucun crime, aussi horrible soit-il, ne peut justifier 16 années de guerre – et ce n’est pas fini – contre une succession de pays qui n’ont pas attaqué les États-Unis.

 

Comme l’ancien procureur de Nuremberg Benjamin Ferencz l’a dità la NPR [National Public Radio], une semaine après les attentats terroristes, il s’agissait de crimes contre l’humanité, mais pas de « crimes de guerre », car les États-Unis n’étaient pas en guerre. « Ce n’est jamais une réponse légitime de punir les gens qui ne sont pas responsables du mal fait », a expliqué Ferencz. « Nous devons faire une distinction entre punir les coupables et punir les autres. Si vous vous contentez de riposter massivement en bombardant l’Afghanistan, disons, ou les talibans, vous tuerez beaucoup de gens qui ne croient pas en ce qui s’est passé, qui n’approuvent pas ce qui s’est passé ».

 

 

Afghanistan

 

En 2011, le journaliste d’investigation Gareth Porter faisait des recherches sur les raids nocturnes des forces d’opérations spéciales américaines en Afghanistan pour son article intitulé “ How McChrystal and Petraeus Built an Indiscriminate Killing Machine ”. La multiplication des raids nocturnes de 2009 à 2011 a été un élément central de l’escalade de Barack Obama dans la guerre des États-Unis en Afghanistan. Porter a documenté une augmentation graduelle de 50 fois le nombre de raids par mois, passant de 20 raids par mois en mai 2009 à plus de 1 000 raids par mois en avril 2011.

 

Mais curieusement, la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) a fait état d’une diminution du nombre de civils tuéspar les forces américaines.

 

 

Les rapports de la MANUA sur les décès de civils sont basés sur des enquêtes menées par la Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan (AIHRC). Noori Shah Noori Noori, journaliste afghan travaillant avec Porter sur l’article, a interviewé Nader Nadery, un commissaire de l’AIHRC, pour savoir ce qui se passait.

 

Nadery a expliqué à Noori, « …que ce chiffre ne représentait que le nombre de morts civiles dans 13 incidents ayant fait l’objet d’une enquête approfondie. Il excluait les décès dans 60 autres incidents pour lesquels des plaintes avaient été reçues, mais qui n’avaient pas encore fait l’objet d’une enquête approfondie ».

 

« Nadery a depuis estimé que le nombre total de civils tués lors des 73 raids nocturnes qui ont fait l’objet de plaintes était de 420 », a poursuivi M. Porter. « Mais la Commission admet qu’elle n’a pas accès à la plupart des districts dominés par les talibans et que les habitants de ces districts ne sont pas au courant de la possibilité de se plaindre à la Commission des raids nocturnes. Ainsi, ni l’AIHRC ni les Nations Unies n’ont connaissance d’une proportion importante – et très probablement la majorité – des raids nocturnes qui se soldent par la mort de civils ».

 

Comme les officiers supérieurs de l’armée américaine l’ont admisà Dana Priest et William Arkin du Washington Post, plus de la moitié des raids menés par les forces d’opérations spéciales américaines ciblent la mauvaise personne ou la mauvaise maison, de sorte qu’une forte augmentation des décès de civils était un résultat prévisible et attendu d’une telle augmentation massive de ces raids meurtriers « tuer ou capturer ».

 

L’escalade massive des raids nocturnes américains en 2010 en a probablement fait une année exceptionnelle, de sorte qu’il est peu probable que les rapports de la MANUA excluent régulièrement autant de rapports non instruits sur les décès de civils qu’en 2010. Mais d’un autre côté, les rapports annuels de la MANUA ne mentionnent jamais que leurs chiffres concernant les décès de civils sont basés uniquement sur les enquêtes menées par la Commission indépendante des droits de l’homme ; il n’est donc pas clair à quel point il était inhabituel d’omettre 82 pour cent des incidents signalés de décès de civils lors de raids nocturnes des États-Unis dans le rapport de cette année-là.

 

En fait, les rapports de la MANUA ne reflètent que le nombre de décès sur lesquels le personnel de la Commission indépendante des droits de l’homme a enquêté au cours d’une année donnée, et peuvent n’avoir que peu ou pas de rapport avec le nombre de personnes tuées. Vu sous cet angle, les fluctuations relativement faibles dans les rapports de la MANUA sur les décès de civils d’année en année en Afghanistan semblent tout aussi susceptibles de représenter des fluctuations dans les ressources et le personnel de la Commission indépendante des droits de l’homme que les augmentations ou diminutions réelles du nombre de personnes tuées.

 

Si une seule chose est claire au sujet des rapports de la MANUA sur les décès de civils, c’est que personne ne devrait jamais les citer en tant qu’estimations du nombre total de civils tués en Afghanistan – et encore moins les fonctionnaires de l’ONU et du gouvernement et des journalistes qui, sciemment ou non, induisent en erreur des millions de personnes lorsqu’ils les répètent.

 

Les États-Unis sèment la mort de par le monde (I)

Des marines étasuniens patrouillent dans la rue Shah Karez, dans la province de Helmand, en Afghanistan, le 10 février. (photo du Corps des Marines des États-Unis prise par le sergent d’état-major Robert Storm).

 

Estimation du nombre de morts afghanes au travers du brouillard de la tromperie officielle

 

Body Count : Casualty Figures After 10 Years of the “War On Terror”[dénombrement des victimes après 10 ans de guerre contre le terrorisme NdT], publié en 2015 par Physicians for Social Responsibility (PSR), colauréat du prix Nobel de la paix 1985, a estimé le nombre de morts combattants et civils en Afghanistan sur la base des rapports de la MANUA et d’autres sources. Les chiffres de Body Count pour le nombre de combattants afghans tués semblent plus fiables que le sous-dénombrement des décès de civils par la MANUA.

 

Le gouvernement afghan a signalé que 15 000 de ses soldats et policiers ont été tués jusqu’en 2013. Les auteurs de Body Count ont pris les estimations des talibans et autres forces antigouvernementales tuées en 2001, 2007 et 2010 à partir d’autres sources et les ont extrapolées à des années pour lesquelles aucune estimation n’était disponible, sur la base d’autres mesures de l’intensité du conflit (nombre de frappes aériennes, raids nocturnes, etc.). Ils estiment que 55 000 « insurgés » ont été tués à la fin de 2013.

 

Les années qui ont suivi 2013 ont été de plus en plus violentes pour le peuple afghan. Avec la réduction des forces d’occupation des États-Unis et de l’OTAN, les forces pro-gouvernementales afghanes supportent maintenant le gros du combat contre leurs compatriotes farouchement indépendants, et 25 000 autres soldats et policiers ont été tués depuis 2013, selon mes propres calculs à partir de reportages et de cette étude de l’Institut Watson de l’Université Brown.

 

Si le même nombre de combattants antigouvernementaux a été tué, cela signifierait qu’au moins 120 000 combattants afghans ont été tués depuis 2001. Mais, comme les forces pro-gouvernementales sont armées d’armes plus lourdes et sont toujours soutenues par l’appui aérien des États-Unis, les pertes anti-gouvernementales risquent d’être plus importantes que celles des troupes gouvernementales. Il serait donc plus réaliste d’estimer qu’entre 130 000 et 150 000 combattants afghans ont été tués.

 

La tâche la plus difficile est d’estimer combien de civils ont été tués en Afghanistan à travers le brouillard d’informations erronées de la MANUA. Les rapports passifs de la MANUA ont été profondément faussés, sur la base d’enquêtes effectuées sur 18 % seulement des incidents signalés, comme dans le cas des raids nocturnes en 2010, sans qu’aucune information ne parvienne des nombreux secteurs du pays où les talibans sont les plus actifs et où la plupart des frappes aériennes et des raids nocturnes des États-Unis ont lieu. Les talibans ne semblent pas avoir publié le nombre de morts civiles dans les zones qu’ils contrôlent, mais ils ont contestéles chiffres de la MANUA.

 

Il n’y a pas eu de tentative de mener une étude sérieuse sur la mortalité en Afghanistan semblable à l’étude de 2006 du Lanceten Irak. Le monde doit aux Afghans ce genre de comptes sérieux pour le coût humain de la guerre qu’il a laissé les submerger. Mais il semble peu probable que cela se produise avant que le monde n’accomplisse la tâche plus urgente de mettre fin à la guerre qui dure maintenant depuis 16 ans.

 

Body Counta pris les estimations de Neta Crawford et le projet Costs of War de l’Université de Boston pour 2001-6, plus le décompte erroné de l’ONU depuis 2007, et les a multipliés par un minimum de 5 et un maximum de 8, pour produire une gamme de 106 000 à 170 000 civils tués de 2001 à 2013. Les auteurs semblent avoir ignoré les failles des rapports de la MANUA révélés à Porter et Noori par Nadery en 2011.

 

Mais Body Count a reconnu la nature très prudente de son estimation, notant que « par rapport à l’Irak, où l’urbanisation est plus prononcée, et où la couverture par la presse locale et étrangère est plus importante qu’en Afghanistan, l’enregistrement des décès de civils a été beaucoup plus fragmentaire ».

 

On peut estimer qu’environ 875 000 Afghans ont été tués depuis 2001, avec un minimum de 640 000 et un maximum de 1,4 million.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Vous donnez des chiffres précis mais je pense qu’en France et même ailleurs beaucoup de voies reconnues se font entendre. Si l’on reste dans l’Hexagone, il y a le Monde Diplomatique (vous avez publié un article de Frédérique Lordon je crois), Pascal Boniface, Régis Debray, des hommes politiques aussi (certains à la retraite), mais ne pensez-vous pas que nous sommes à l’aube d’une guerre mondiale, car la Russie, elle aussi, intervient militairement dans des pays étrangers, et j’ai été étonné d’entendre Noam Chomsky (certes presque ostracisé en France) dire que ce pays soutient certes le régime syrien mais n’était pas intervenu comme l’ont fait les USA pour soutenir des groupes armés, alors qu’il s’est avéré que les forces russes ont pénétré le territoire aérien de la Syrie et sont même intervenus au sol. La paix exige qu’il n’y ait plus aucun seigneur de guerre, et d’ailleurs Russes et Américains peuvent s’entendre on le sait bien pour maintenir leurs intérêts de grandes puissances, au détriment des plus faibles.
Répondre
D
La situation de guerre ne justifie jamais de tuer des civils.
On se souvient des villes Hiroshima et Nagasaki avec 200 000 morts directs (petits joueurs?) et les morts de leucémie, cancer; les enfants déformés à la naissance.
Répondre