Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 06:00

Une idée de génie des technocrates qui dirigent La Poste pour le grand bien-être des banques : distribuer, comme en Belgique, le courrier tous les trois jours (j'ai connu l'époque où, à Amiens, il m'arrivait de recevoir du courrier le samedi après-midi) et remplacer les bureaux de poste, dans de nombreuses communes, par des Agences postales communales (APC).

 

Lorsqu'une commune n'est pas assez rentable, La Poste cesse son activité, partiellement ou en totalité. La Mairie prend le relais en finançant une partie des services. La Poste justifie alors son départ en incriminant la désertion de la  zone concernée. Désertion qu'elle a elle-même occasionnée en réduisant ses horaires et ses jours d'ouverture. Ce système a été institué il y a au moins trente ans.

 

L'usager, pardon le client, pardon le contribuable paye alors deux fois la note. En plus de financer le service public postal en tant qu'usager, la commune et ses habitants payent le personnel au guichet, les locaux et leur sécurisation. Sans parler des assurances.

 

Le service est bien souvent restreint : pas de service bancaire, pas d'obligation de service minimum, certaines opérations postales sont impossibles, le réseau est de moins en moins dense.

 

C'est ainsi que l'on passe de La Poste service public à ce que les idéologues du capitalisme financier appellent "le service au public".

 

Source : CGT

 

La désertification du pays par La Poste
Partager cet article
Repost0

commentaires