Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 06:14

J'ai adoré le Bécaud des années cinquante et soixante. Je pense, comme l'auteur de ce très bel hommage, qu'il s'est amenuisé à partir des années soixante-dix, qu'il a moins apporté à la chanson populaire, qu'il a moins innové.

 

J'ai vu Bécaud sur scène une fois en 1957. P'tain : 61 ans...

 

J'ai raconté ici ma trop brève rencontre avec le chanteur. Un groupe d'admirateurs s'est constitué sur Facebook, auquel je me suis tout naturellement agrégé.

 

Je propose ci-dessous quelques photos proposées par des membres de ce groupe.

 

 

Gilbert Bécaud insolite
Gilbert Bécaud insolite
Gilbert Bécaud insolite

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Louis Amade, compositeur et préfet!, raconte comment il a lancé la carrière de Bécaud dans " Il faut me croire sur parole" Chapitre: "La naissance d'un baladin" (ed Julliard)
Répondre
A
Je vais aller de mes souvenirs à propos de ce chanteur. Je l'ai vu, de mes yeux, vu alors que j'avais 14 ans au Casino de Lourdes ( hé, oui Lourdes, ma mère...) . C'était une scène au ras des tables des spectateurs et son piano à quelques mètres des premières. Â l' époque ( ouille ! ) la proximité avec les artistes était facile et banale. Ça m'avait impressionné. La présence, l'énergie, le talent finalement. Du coup j'ai écouté souvent " l'absence" et d'autres. ( je préférais quand même Aznavour).<br /> Quelques années plus tard un dimanche soir d'élection, les résultats ne parvenant pas à la même vitesse qu'aujourd'hui, les interventions des journalistes étaient entrecoupées par des chansons. Alors que Bécaud chantait, sa chanson a été brutalement interrompue pour l'énoncé de plusieurs résultats électoraux. À la reprise d'antenne , Bécaud énervé par cette interruption déclare " nous ne sommes pas des balayeurs pour être traités comme ça ". Ayant, quelque temps après, mesuré l'énorme maladresse à l'endroit d'une classe sociale il s'est fendu de quelques mots embrouillés. Sauf qu'il m'a semblé que nous avions découvert sa vraie nature. Depuis je n'ai pu le voir qu'à travers cette déclaration et y desceller toujours une part de cette vanité méprisante et une sympathie feinte.
Répondre
S
Je pensais que ce triste épisode était tombé dans l’oubli. Manifestement non. <br /> Voilà, un homme avec ses travers, mais un immense artiste.
G
Je me souviens très bien de cet incident. C'était le soir de l'élection de Giscard. Bécaud était de droite mais il avait surtout exprimé son ego. Sans le disculper, il faut savoir qu'il était hyper professionnel et qu'il réglait tout au demi millimètre près. Il n'y avait jamais une once d'improvisation dans ce qu'il faisait. S'il avait prévu de saluer 11 fois, il saluait 11 fois. Ce soir là; il avait été perturbé et avait réagi bêtement.<br /> La gentillesse avec laquelle il avait discuté avec moi dans le train n'était pas feinte.<br /> J'avais par ailleurs une étudiante à Poitiers qui était très copine avec sa fille. Elle allait souvent chez eux dans la campagne poitevine et me disait que c'était un type vraiment très cool, d'autant qu'il était sur son territoire. Il était prévu qu'un jour elle m'y amène et puis cela n'a pas pu se faire, de mon fait.