Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2019 2 15 /01 /janvier /2019 06:24

Les hauts fonctionnaires de Bruxelles le pilonnent depuis des années : la volonté populaire est moins légitime que les décisions prises dans les instances européennes. Le mouvement des Gilets Jaunes, tout comme le Brexit, nous disent peut-être que le poisson européen est voué, avant longtemps, à mourir par la tête.

 

En 1992, le Danemark rejette le traité de Maastricht par référendum. Les Danois sont obligés à revoter pour approuvé le traité.

 

Le 7 juin 2001, 53,9 % des électeurs irlandais rejetèrent la ratification du traité de Nice par référendum. Les Irlandais sont obligés à approuver le traité par un nouveau référendum en 2002.



En 2005, la France et les Pays Bas votent NON au traité constitutionnel européen. Ce dernier est adopté dans les mêmes termes sous la forme du traité de Lisbonne. Le traité n’est pas soumis à nouveau référendum.

 

Le 12 juin 2008, à 53,2 % des Irlandais votent contre la ratification du traité de Lisbonne. À nouveau le vote est piétiné et les Irlandais reconvoqués aux urnes pour “corriger leurs vote” le 2 octobre 2009. Avec un taux de participation de 59 %, les Irlandais acceptèrent la ratification du traité à 67,1 % des votants.

 

Le 6 avril 2016, les Pays Bas votent à 61% contre l’accord d’association Union Européenne Ukraine. Aucun autre peuple n’est consulté. L’Union Européenne passe en force au mépris du vote des néerlandais.

 

Le 23 juin 2016, le royaume uni vote pour le Brexit. Immédiatement les tenants de l’Union Européenne réclament un nouveau référendum.

 

Mais cela ne s’arrête pas là. L’Union Européenne est censée avoir mis en place un droit à référendum sur pétition. Un droit qu’ont voulu exploiter les opposants au traité instituant une zone de libre échange entre les EU et l’UE, avec le traité appelé TAFTA ou GMT. Des conditions drastiques sont nécessaires pour proposer ce référendum, des millions de signatures à travers tous les Etats membres doivent être réunies. Les conditions sont réunies. Et la Commission Européenne donne la suite prévue dans les traités européens à cette pétition. Elle l’envoie directement à la poubelle. La commissaire européenne responsable des négociations du TTIP/TAFTA et du CETA, Cecilia Malmström avait d’ailleurs annoncé la couleurs d’un tonitruant et très clair “Je ne tiens pas mon mandat des peuples européens”.

 

La démocratie selon Bruxelles
Partager cet article
Repost0

commentaires