Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2018 5 14 /12 /décembre /2018 06:25

Je suis étonné de voir comment, dans les médias ou les réseaux sociaux, on nomme le fondateur de la Vème République : “ Charles De Gaulle ”, ou encore “ Charles de Gaulle ” (ce qui est absurde car la famille n'était pas noble). Nous qui l'avons aimé ou subi l'appelions De Gaulle ou le général De Gaulle ou le président de la République. Par moquerie, le grand Charles, Charlot. J'imagine, mais ne saurais jurer de rien, que cette dénomination d'aujourd'hui l'historicise.


Je suis également surpris de le voir bénéficier d'un réel crédit auprès de gens de gauche, au nom de l'indépendance nationale. Fortement influencé par les grands penseurs de droite et d'extrême droite du XIXème siècle, De Gaulle fut un vrai homme de droite. Il eut beau fanfaronner, en une seule occasion, en déclarant que la politique de la France ne se faisait pas à la corbeille, il nomma premier ministre un banquier ayant quitté la Fonction publique (tiens, tiens) qui succéda à un autre premier ministre férocement de droite. Son dernier premier ministre, Maurice Couve de Murville, avait été haut fonctionnaire de Vichy chargé d'avaliser tous les mouvements financiers franco-allemands tout en devant « réduire l'influence juive dans l'économie française ». Il considéra toujours les gaullistes autoproclamés de gauche comme de la roupie de sansonnet. Il envisagea le comte de Paris comme nouveau roi de France. En 1968, il tomba à droite. L'énorme défilé de mai ( j'y étais) était à 98% de gauche.

 

René Andrieu a fait remarquer à juste titre que de 1954 à 1958, puis de 1958 à 1962, la guerre d'Algérie a duré aussi longtemps sous De Gaulle que sous la IVe République. Les massacres de Sétif, qui firent 45 000 morts, se déroulèrent alors que De Gaulle était chef du gouvernement provisoire. En Indochine, les choix stratégiques et diplomatiques de De Gaulle empêchèrent un règlement pacifique, ce qui déboucha sur une guerre de trente ans. En particulier, De Gaulle avait confié les pleins pouvoirs civils et militaires, non à Leclerc, mais à l'amiral d'Argenlieu, colonialiste fanatique hostile à tout compromis avec Hô Chi Minh. Pour ce prêtre, religieux carme, le communisme devait être combattu “ pour des raisons aussi spirituelles que politiques ”. Lucide, Leclerc prévint : « De Gaulle va perdre l'Indochine comme il a perdu la Syrie. »


Il est indéniable que, sa vie durant, De Gaulle sut tenir tête aux Étasuniens, mais cela n'en fit jamais un homme de gauche.

 

J'ai visité Colombey il y a une quarantaine d'années. J'ai été frappé par le style des pièces qu'on nous donnait à voir : classe, simplicité et sobriété. Le contraire de Sarkozy ou Macron. Il ne s'est effectivement pas enrichi avec la politique. A l'Élysee, il y avait un compteur électrique pour son appartement.

 

 

 

 

Nommer De Gaulle
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
De Gaulle très bien résumé par l'historienne Annie Lacroix-Riz : https://www.youtube.com/watch?v=Mm4PE4wK_qE
Répondre
J
Le linky ayant remplacé l'ancien compteur,Hollande décida de ne pas se représenter..Son remplaçant est un autre genre de conteur
Répondre
A
Merci pour ce rappel historique très juste. De Gaulle et - pour faire bonne mesure (d'un côté de l'échiquier et de l'autre) Mitterrand non plus - ne se sont certes pas enrichis, du moins de façon ostensible, de leur position présidentielle, il n'en reste pas moins qu'ils ont usé et parfois même... abusé des pouvoirs de la Vème République pour servir leur ego d'"ultra". Le culte de la personnalité qu'ils ont provoqué est celui du monarque absolu et est imité par leurs successeurs de plus en plus médiocres, aux ordres car mis en place par le fric et qui veulent tirer, eux, - vite fait bien fait -, le maximum de la place qu'ils ont indûment, injustement et sans vergogne acquise. Depuis l'Antiquité, rien ne change sous le soleil : à moi les honneurs et le magot, aux autres le boulot et la misère. Normal ! Tous pour un ! et pour ça flattons, occupons ces braves gens : panem et circenses. Le commerce de la communication : télé, tablettes numériques et autres, a de beaux jours devant lui ! Amusez-vous, dormez, JE suis là !
Répondre
A
Même si on connaît la formule qui oppose la comparaison et la raison, on ne peut s'empêcher de faire un parallèle entre De Gaule et Poutine. Côté politique étrangère il semble que chez les 2 il y a une préoccupation soucieuse de défendre l'indépendance et donc l'existence de leur pays, côté intérieure énormément de régressions. Retraites en Russie, introduction du patronat dans la gestion de la sécu. Quant à son mode de vie, sa sobriété relativement aux moyens publics dont il disposait si ils sont respectables ils ne dénotent nullement un souci de justice sociale et de démocratie. Pour exemple, celui de Salazar au Portugal dont l'ascétisme n'en a pas moins fait un dictateur.
Répondre