Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 06:28

 

 

Marianne explique que les agents de la CAF sont sommés de traiter les dossiers de primes d’activité au détriment des minimas sociaux : « En 2016 déjà, Denis Lalys, secrétaire général de la fédération CGT des organismes sociaux, regrettait que "les 22 000 salariés des CAF n’ont plus les moyens d’assurer correctement leur mission de service public"du fait des trop nombreuses suppressions de postes, près de 1.500 entre 2012 et 2016. Une hémorragie qui doit se poursuivre entre 2018 et 2022, selon les termes de la Convention d’Objectif et de Gestion (COG) signée entre l'Etat et la Cnaf : 2.100 doivent encore être supprimés sur cette période.

 

Face à l'échéance que représente la hausse de la prime d'activité, la direction de la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) a annoncé la mise à disposition des Caf de 400 CDD… Une "offrande" jugée "ridicule" par Rudy Derumier, secrétaire général de la CGT de la Caf du Nord, auprès de Marianne : "Il faut neuf mois pour former un agent qui puisse répondre aux demandes des allocataires, détaille-t-il. Ce petit renfort ne va pas forcément nous aider à absorber la frustration, et parfois la colère, qui prend parfois nos allocataires". Car les moments de tensions ne sont pas rares à l'accueil des différentes Caf. Des incivilités aux mouvements d'impatience, les agents d'accueil "prennent toutes cette violence de plein fouet", regrette le nordiste. "Et tout ça pour des salaires de misères", poursuit-il. Dans son département, la majorité des employés qui totalisent plus de dix années de service ont des salaires au niveau du Smic et sont éligibles… à la prime d'activité. »

 

Dans Le Grand Soir, Thibaud propose une analyse marxiste de Netflix ; « Outre le modèle commercial, ce qui fait la force de Netflix (ainsi que nombreux autres services en ligne comme Facebook, Youtube, etc) est l’effet de plateforme. Un hébergeur de contenus sur internet bénéficie de cet effet à partir du moment où la quantité de données hébergées atteint une certaine “masse critique”. Plus la masse de données est grande, plus l’usager a de chances de trouver ce qu’il cherche sur une seule et même plateforme, moins il devient intéressant d’héberger des contenus ailleurs. En langage économique on pourrait dire que les coûts de transaction du passage d’un hébergeur à un autre augmentent au fur et à mesure que le passage se fait d’un “grand” à un “petit” hébergeur. Très simplement, il est plus intéressant de payer 10 euros par mois pour accéder à 5 millions de films que de payer la même somme pour accéder à 500 000 films, ces derniers fussent-ils de meilleure qualité.

Cet effet de plateforme pousse à la concentration des contenus de manière quasi inéluctable. Seule une innovation majeure peut briser un effet de plateforme préexistant, voyez par exemple comment Facebook a remplacé MySpace au milieu des années 2000 grâce à ses fonctionnalités et son interface radicalement neuves.

Une telle “disruption” a bien moins de chances d’avoir lieu aujourd’hui, car le marché des services en ligne est de plus en plus dominé par une fraction du capital qui s’est concentrée à mesure que se sont concentrés et amplifiés les contenus. Aujourd’hui Facebook se prémunit de toute concurrence en rachetant les services qui pourraient un jour avoir l’envie de chasser sur ses terres propres (Instagram, WhatsApp). »

 

 

Sur son blog, Jean Lévy dénonce la privatisation de l’aéroport de Paris : « Avec son projet de privatiser  ADP - les Aéroports De Paris - le Président de la République veut vendre à des intérêts privés, au profit de ceux-ci, non seulement un bien indispensable à la sécurité de la France, à sa souveraineté - les aéroports sont les premières frontières de notre pays – mais ADP est une entreprise publique des plus rentables économiquement pour l'Etat. 

C'est justement ce pactole que Macron et son équipe veulent brader au privé. N'a-t-il pas été porté à l'Elysée par l'oligarchie financière avec la mission précise de démanteler notre République au profit du Capital ?

C'est du pur brigandage. 

Laisserons-nous dépecer la France ? »

 

Revue de Presse (274)
Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche