Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 05:36

 

 

Une chargée d’accueil de la Caisse d’allocations familiales (Caf) a été agressée, lundi 29 avril 2019, à Quimper (Finistère), vers 14 h.

 

Une allocataire s’est présentée à l’accueil de la caisse. Malgré la réponse apportée par l’agent d’accueil, cette allocataire s’est emportée verbalement et a été reçue en bureau individuel par la responsable de l’accueil. L’allocataire l’a alors agressée avec un couteau qu’elle avait en sa possession. La responsable a été blessée à la main et a été choquée.

 

La femme a également pris à partie deux autres allocataires qui se trouvaient dans l’accueil. Interpellée par les agents de police de Quimper, la femme, âgée de 46 ans, a été placée en garde à vue, présentée au parquet puis placée sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès.

 

L’accueil de la Caf de Quimper a été fermé après les faits. Il restera fermé jusqu’à vendredi 3 mai, inclus, tout comme les points d’accueil de Morlaix et Brest, « afin d’identifier les mesures à prendre de nature à garantir la sécurité des agents et du public reçu », annonce dans un communiqué la direction de la Caf ce mardi 30 avril. Les allocataires sont redirigés vers le site internet de la Caf. « Les dossiers des allocataires sont traités dans les conditions habituelles et tout est mis en œuvre pour rouvrir les accueils dans de bonnes conditions de sécurité pour tous. »

 

La direction de la CAF « condamne fermement les incivilités, menaces et actes de violence envers ses agents qui exercent une mission de service public. Elle rappelle que ces faits constituent un délit et font l’objet d’un dépôt de plainte ».

 

 

 

Le Grand Soir se demande si La présidence de la République et le gouvernement font de nouveau utiliser par la police des armes spéciales ou chimiques, des gaz, des marqueurs radioactifs, afin de contenir ou neutraliser des opposants. Y-a-t-il des munitions et/ou des agents chimiques ou autres contenus que l’on nous fait utiliser, qui sont dangereux pour la santé de nos collègues et pour les citoyens ? Pourquoi aucune information publique, aucune mise en garde publique sur les médias n’a été faite par les pouvoirs publics, en expliquant la dangerosité ? De nombreuses publications scientifiques sur l’agent CS (Orthochlorobenzylidenemalononitrile, agent chimique se présentant sous forme de cristaux) nous sont communiquées depuis quelques jours à notre demande, en réponse aux bien trop nombreux retours de collègues dont l’état de santé semble se dégrader radicalement de semaine en semaine (très gros problèmes ORL, broncho-pulmonaire, brûlures aux yeux, de peau, etc). Les services hospitaliers et d’urgence constatent les mêmes blessures et symptômes graves sur personnes qui viennent les consulter, manifestants et passants ayant été soumis à des expositions plus ou moins longues de gaz de grenades lacrymogènes, grenade assourdissante et lacrymogène, aérosols lacrymogènes, etc.

 

 

 

 

La vie sous le banquier éborgneur (9)

 

EDF fait payer aux citoyens le prix de la concurrence. Sous la pression des « gilets jaunes », le gouvernement a différé l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité. Mais la Commission de régulation de l’énergie a rappelé qu’une hausse de 5,9 % devrait intervenir « au plus tard le 1er juin 2019 ». Une envolée programmée des prix due à l’obsession européenne pour la concurrence.

 

Depuis la fin des années 1980, l’Union européenne s’attache à casser les monopoles dans le secteur des énergies de réseau que sont le gaz et l’électricité. Ces services publics ayant montré une grande efficacité, elle a dû appliquer une stratégie radicale, mise au point au Chili sous le régime dictatorial d’Augusto Pinochet, puis importée quelques années plus tard dans le Royaume-Uni de Margaret Thatcher.

 

Le principe consiste à scinder les activités de production, de gestion du réseau et de fourniture (la vente au client final), auparavant réunies au sein d’une même entreprise publique. Ce découpage sépare les secteurs susceptibles de générer des profits rapides de ceux qui sont difficilement rentables. On introduit ainsi la concurrence directe dans la production et la fourniture, tandis que le transport et la distribution restent publics, mais doivent s’adapter pour favoriser la compétition entre les autres acteurs.

 

 

Pour les 30 ans de la pyramide du Louvre, Airbnb a proposé un concours pour "privatiser" le musée. La société étasunienne a monnayé ce coup de com' 200 000 euros avec le Louvre. Pas si lentement que ça, mais sûrement, la liste des opérations de privatisation de lieux culturels s'allonge. On a tendance à ignorer que la quasi-totalité des établissements publics administratifs que sont les musées s’adonnent désormais à la location de leurs espaces. Le désengagement de l'Etat a mis les musées au régime sec. Le Louvre voit, par exemple, sa dotation stagner à 100 millions d'euros. 

Partager cet article
Repost0

commentaires