Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 05:20

 

Viktor Dedaj, du Grand Soir, pose une quinzaine de questions aux médias dominants peu soucieux de traiter comme il convient le harcèlement inhumain que subit Julian Assange de la part des autorités britanniques, étasuniennes, équatoriennes et suédoises. J’en ai retenu trois, avec les réponses de Dedaj :

  • « Considérant que vous avez largement et longuement écrit que Julian Assange était accusé – et donc recherché – pour viol par la Suède,
  • Considérant que j’ai lu les dépositions et les rapports de police de l’époque, qui ont fuité et sont disponibles sur Internet, et que le mot « viol » n’y figure pas,
  • Considérant que le terme « viol » fut d’abord lancé par un tabloïd suédois,
  • Considérant que l’affaire fut close en quelques jours par la procureuse générale de Stockholm,
  • Considérant que Julian Assange a quitté la Suède avec l’autorisation de la justice suédoise,

Pouvez-vous, ou un de vos spécialistes en « fake news », offrir à vos lecteurs l’acte d’accusation contre Julian Assange, ou un mandat d’arrêt signé par un juge, ou tout document officiel suédois, traduit ou non, relatif à ou mentionnant un viol ?

 

 

  • Considérant qu’il est souvent reproché à Wikileaks de publier des choses « qui ne devraient pas l’être »...

Pouvez-vous nous donner un seul exemple, parmi les 10 millions de documents publiés par Wikileaks, d’un document qui, selon vous, n’aurait pas dû être révélé au public ?

Si oui, pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

 

  • Considérant que Julian Assange n’a violé aucune loi d’une juridiction dont il dépendait,
  • Considérant que Julian Assange n’est pas citoyen des Etats-Unis,
  • Considérant que Julian Assange n’a pas opéré sur ou à partir du territoire des Etats-Unis,
  • Considérant qu’une « extradition » est le renvoi d’un accusé/coupable vers le pays où le crime aurait ou a été commis,
  • Considérant ce qui précède, l’action entreprise par les Etats-Unis – avec la complicité de la Grande-Bretagne, du nouveau gouvernement de l’Equateur et d’une partie de l’appareil judiciaire suédois – ne saurait en aucun cas être qualifiée d’extradition stricto sensu,

Pouvez-vous nous suggérer un terme plus approprié pour désigner ce qui est en train d’être manigancé contre Julian Assange ? (Un indice enlèvement/kidnapping sous couvert de légalité).

 

 

Que le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, soutien efficace des lobbies agricoles, se prononcent pour les hublots pour vaches se comprend à la limite mais que la ministre à la Transition écologique Brune Poirson fasse de même surprend. Je cite Paris Match : « "C'est choquant", mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l'animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux", a assuré Mme Poirson. "C'est utile, parce que nous avons besoin de la science" a-t-elle insisté, tout en estimant qu'il faudrait "mieux encadrer ces pratiques là". »

 

 

 

 

Revue de presse (287)

 

Marianne s’est penchée sur les conditions de vie de plus en plus désastreuses des étudiants français : « S'ils sont 60% à ne pourtant pas être boursiers, ils sont tout autant à devoir exercer une activité rémunérée pour s'en sortir, dont un sur deux plus de douze heures par semaine. Malgré ces efforts, le montant du budget qu'ils allouent chaque jour à leur alimentation reste bien maigre : 12,20 €. Alors, il n'est pas rare qu'ils sautent des repas, de temps à autre, comme l'avouent 68% d'entre eux. Et, sur ce total, plus d'un tiers confessent même le faire au moins une fois par semaine. Un quart des étudiants interrogés ont déjà rejoint une distribution de repas effectuée par des associations du genre Secours populaire, Restos du cœur ou épicerie solidaire sur les campus. 79% se disent « régulièrement stressés », principalement à cause de leurs études, des relations sociales ou même en raison de leurs problèmes de santé. Un stress qui, disent-ils, a eu quelques conséquences : perte d'appétit, isolement… Jusqu'à causer des épisodes dépressifs au cours de l'année écoulée pour 24% des sondés. Un peu plus d'un sur cinq a consommé du cannabis au cours de l'année écoulée. L'usage de codéine (7%) ou d'ecstasy et de MDMA (3%) est heureusement plus limité.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Les vaches hublots. Comme beaucoup de monde j'ai croisé cette info. Cependant devant cette atrocité supplémentaire je n'ai pas eu le courage de lire la totalité d'un des articles en question. J'ai lu cependant une ligne ici ou là mais la photo suffit à montrer l'immensité de l'horreur. Apparemment ça dérange pas trop et comme d'habitude notre gouvernement est au top. <br /> On en vient par étape à ces usines aseptisées des romans d'anticipation dans lesquelles sont élevés en batteries des êtres monstrueux, non plus des animaux, réduits à ce qui est utile.<br /> La situation des étudiants. J'espère que tous ceux là, si ils réussissent à mener à terme leurs études, qu'ils n'oublieront pas ce temps de leurs difficultés. Malheureusement je crains que pour bon nombre d'entre eux, le temps ayant fait son œuvre et ayant glisser vers une classe sociale plus élevée, ils puiseront dans ces conditions d'étude les arguments pour justifier leur " réussite" et donc la perpétuation du système.
Répondre