Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 05:34

Je connaissais cette histoire depuis mes années estudiantines mais je l'avais oubliée. Elle est fort bien racontée ici, sur le site de France Inter, par Anne Audigier.

 

Quel rapport peut-il bien exister entre l'affection dont souffrait le roi soleil et l'hymne de la perfide Albion? Le professeur Jean-Noël Fabiani raconte cette histoire étonnante à Daniel Fievet dans la "Tête au Carré".

 

 

L'histoire de la médecine est à la fois effrayante et incroyable. Tels sont les sentiments qui prévalent lorsque l'on écoute le professeur Jean-Noël Fabiani, chef de service à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, évoquer dans “ La Tête au Carré ”, ses grandes figures, ses étapes clés et ses grandes avancées.

 

La fistule anale la plus célèbre du monde

 

Nous sommes en 1686. Une fistule a fait son apparition sur le royal séant.

 

Pour faire simple, une fistule est un abcès. Et il faut bien reconnaître que celle-ci est pour le moins mal placée puisqu'elle se situe entre une glande anale et le rectum. Mal placée, certes, mais pas étonnante. Ses médecins prodiguent souvent des lavements au roi. Pour cela, ils utilisent un clystère en métal (qui, soit dit en passant, n'est pas stérilisé vu que Nicolas Appert "n'inventera" la stérilisation qu'en 1810).

 

Fagon, le médecin du roi, lui conseille de boire de l'eau minérale. Non seulement ça ne plaît pas au roi, mais ça n'arrange en rien son problème. C'est Louvois, l'un des principaux ministres de Louis XIV qui, devant son état qui s'aggrave, le convainc de voir son barbier-chirurgien.

 

 

Comment la fistule anale de Louis XIV a permis la création de l'hymne britannique "God Save the Queen"

 

"Barbier-chirurgien" ?! 

 

Petit point historico-médical : jusqu'au milieu du Moyen Âge, la pratique médico-chirurgicale était l'apanage de religieux jusqu'à ce que l'Église ne se rende compte que les gens venait voir les prêtres plus pour le salut de leur corps que pour le salut de leur âme. À l'issue du concile de Tours (1163), le décret suivant est publié : "L'Église hait le sang". Conséquence : l'interdiction à tout membre du clergé de pratiquer la chirurgie.

 

Jean-Noël Fabiani précise : "Les barbiers s'engouffrent dans ce métier de chirurgiens parce qu'ils sont les seuls au Moyen Âge à avoir des lames qui coupent à peu près bien pour faire des saignées, des abcès, des amputations... Les barbiers exercent donc la chirurgie, mais sous les instructions des docteurs en médecine. C'est à cette époque que l'on passe de la médecine monastique à la médecine scolastique, avec la création des grandes universités de la fin du Moyen Âge."

 

Charles-François Félix

 

Le "barbier-chirurgien" de Louis XIV s’appelle Charles-François Félix. Après avoir examiné le roi, il a ces mots : "Sire je m'inquiète un peu, car l'opération que je vais devoir faire est cruciale." Ce à quoi le roi répond : " Entraînez-vous Félix. Toutes les galères et toutes mes prisons vous sont ouvertes. ”

 

Félix va donc s'entraîner. Plusieurs mois. Et va même mettre au point des instruments spéciaux pour être en mesure de traiter le royal derrière.

 

L'opération a lieu à Fontainebleau le 18 novembre 1686. Elle dure trois heures. Le roi, dit-on, fit preuve de beaucoup de courage. Rappelons qu'il n'y a pas d'anesthésie. 

 

"Félix pratique une opération qui, explique Jean-Noël Fabiani, "met à plat" cette fistule de façon à la guérir. Il faut dire, ajoute le professeur, que Félix avait une recette imparable, il faisait les pansements avec du vin de Bourgogne !!!"

 

Dieu sauve le roi

 

Pour soutenir son époux, Madame de Maintenon demande à Lully de composer un hymne. Le texte est écrit par Madame de Brinon, supérieure de la Maison royale de Saint-Louis, créée par la marquise. Pendant l'opération, les Demoiselles de Saint-Cyr chantent cette composition. Elle l’interpréteront ensuite à chacune des visites du roi à la Maison royale de Saint-Louis.

 

Comment cet air est-il devenu l'hymne britannique ?

 

Deux thèses s'affrontent :

 

En 1714, Haendel, alors compositeur officiel du roi britannique George Ier est en visite à Versailles. Il entend l'hymne de Lully. Il le note, fait adapter le texte en anglais et le soumet au roi. Énorme succès. L'hymne est dorénavant joué dans toutes les cérémonies où le roi est présent et s'impose au fil du temps comme l'hymne national.

 

L'autre piste vient de la maison Stuart. Jacques Stuart, qui régna en Angleterre sous le nom de Jacques II, vit en exil en France à partir de 1689. Il aurait entendu l'hymne et aurait décidé de l'adopter lorsqu'il remonterait sur le trône. Ce qui n'est jamais arrivé puisqu'il est mort en exil en 1701. Son fils, Jacques III, tenta à plusieurs reprise de récupérer son trône. Lors d'une ultime tentative, en août 1745, ses partisans entonnèrent le fameux chant.

 

Quel qu'en ait été le cheminement, Dieu sauve le roi est aujourd'hui l'hymne le plus connu au monde. 

 

Je laisse le mot de la fin à Jean-Noël Fabiani : “ Les Anglais ont aujourd'hui, sans certainement le savoir, comme hymne à leur souverain, un air qui a été composé pour le cul du roi Louis XIV ! ”

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

jean-jacques clement 28/09/2019 09:52

Pour que Louis 14 crée les fondements de l'Europe,la Vistule ne suffisait pas. Il lui aurait fallu aussi un Ulster à l'estomac.

Gensane 28/09/2019 09:58

Ouaf !

AF30 28/09/2019 08:42

Outre que la photo est horrible mais c'est comme ça, on ne sait pas si Loulou a été guéri définitivement de la fistule en question.
Ensuite je me marre en pensant que beaucoup de britanniques ne doivent pas connaître l'origine de leur hymne. Sachant en quelle estime ils portent les français, nombre d'entre eux en seraient retournés